Voici un nouveau jardin qui a vu le jour à Paris en 2007 dans un quartier en pleine mutation . Allons le découvrir ensemble les JARDINS D'EOLE .
  En 2001 , la municipalité de Paris décide de créer un parc de 4.2 hectares dans le XVIII ème arrondissement de Paris au 45 de la Rue d'Aubervilliers , répondant ainsi à la très forte demande d'espaces verts dans ce quartier  déshérité de Paris  et privé d'espaces verts . lI est situé non loin du "104" ( Anciennes Pompes Funèbres Générales réhabilitées en  lieu de création et de production artistique ) . A cet  endroit se trouvait une ancienne friche appartenant à la SNCF et à RFF ( réseau ferré de France ) faisant face à  la halle Pajol .

         medium_google_pajol       DSC01020        article_288_img_chapo

               Friche SNCF                               Le "104"                       Projet pour la Halle Pajol

Historique du projet


A l’automne 2002, après une large concertation, un projet est arrêté : réaliser sur ce site un parc de grande qualité architecturale, paysagère et écologique. En septembre 2002, le Conseil de Paris approuve le programme d’aménagement et donne l’autorisation de lancer un concours restreint de maîtrise d’Oeuvre pour la conception et la réalisation du parc.En février 2003, six équipes sont retenues par le jury de sélection, sur les 46 concurrentes . Les Maîtres d'œuvre sont Michel et Claire Corajoud  tous deux paysagistes mandataires . Entre décembre 2004 et janvier 2005, a lieu la consultation des entreprises. Entre janvier 2005 et mai 2005, 43 000 m3 de remblais sont mis en place. Ces travaux étaient indispensables pour le modelage du profil des terrasses. En juin 2005, les travaux d’aménagement du jardin proprement commencent par les terrassements. De mai à octobre 2005, il a été nécessaire d’injecter 8 200 m3 de coulis afin de consolider le sous-sol, en partie miné par la dissolution du gypse. En mars 2005, le Conseil de Paris autorise le maire de Paris à signer les marchés de travaux d’aménagement du jardin et de réalisation des locaux attenants par les 14 entreprises retenues. En juin 2005, le permis de construire est signé pour les quatre bâtiments dont trois en bois pour les locaux sociaux, les toilettes publiques, un local associatif, le kiosque de garde et un en béton pour un local technique et un entrepôt.

Le parc offre une large gamme de paysages et d’équipements

- une grande esplanade en stabilisé, ponctuée de grands arbres tiges, ouverte au public en permanence, équipée de bancs, de fontaines et d’un bâtiment de service ; elle sert de lien entre le parc et le quartier ;

- un quai en platelage bois, à l’ouest de l’esplanade et sur toute sa longueur où sont installées de longues tables en bois ;

- un canal planté de végétaux aquatiques offre un biotope remarquable, en contrebas, au niveau du  jardin sur toute la longueur de la zone sud ;

- un jardin de graviers offre la vision d’un jardin en perpétuel renouveau. Il est semé de plantes pluriannuelles qui se ressèment spontanément ;

- une grande prairie se divise en trois parties distinctes, à l'aide de bosquets d'arbres : une partie semée en prairie fleurie au sud, une aire plus rustique et enfin une dernière semée de gazon, supportant une fréquentation dense jusqu’aux places centrales du parc ;

- un écran rouge, à l’ouest de la prairie et sur presque toute sa longueur, conçu par Carmen Perrin, limite la partie du parc réservée aux services de gestion et de gardiennage. Cet écran, à l’image des moucharabiehs, assure la transparence entre parc et réseau ferré ;

- une rampe, installée à l’angle sud, permet de rejoindre directement la grande prairie et l’aire de jeux sous la passerelle ;

- une aire de jeux, installée sur un sol en asphalte et en appui sur le mur de soutènement de la voie de desserte SNCF, permet les jeux de balles et de glisse ;

- une passerelle à niveau relie la rue du Département, en forte pente, à la dernière terrasse de la partie nord du parc et à la rue Riquet ;

- un jardin de la crèche, en prolongement de la façade sud du bâtiment réaménagé en crèche, protégé par des clôtures en bois ;

- un accès principal, au centre du parc, descend dans le jardin par un très large escalier. Deux placettes en béton teinté accueillent le public. La première, est équipée de trois fontaines, la seconde, d’un brouillard d’eau  ;

- un grand escalier mène vers le belvédère de la terrasse sportive ;

- un belvédère, sur le toit du bâtiment de service, domine le domaine ferroviaire ;

- une allée ombragée en stabilisé prolonge la grande esplanade mitoyenne de l'avenue d'Aubervilliers jusqu'à la rue Riquet ;

- un jardin associatif, au bord de l’allée ombragée, est réservé aux associations. Cet espace est laissé à leur initiative ;

- des terrasses engazonnées , plantées d’arbres et d’arbustes produisant des baies recherchées par de nombreuses espèces d’oiseaux, favorisent leur installation dans le parc.

- des rampes biaises de faible pente, 4%, assurent le passage d'une terrasse à l'autre ;

- un jardin de meulières où se développent des plantes vivaces entre les pierres de l’ancien mur ;

- un jardin de graminées constitue le premier plan des terrasses ;

- une terrasse sportive  en hauteur, est en grande partie destinée aux jeux de balles, enclos dans des pare-ballons, et aux jeux pour les tout-petits ;

- une coursive en bois, à l’ouest de la 3e terrasse et sur toute sa longueur, offre une promenade qui domine les voies ferrées et le panorama parisien ;

- trois petites places vers la rue Riquet, s'adossent sur des murs bien exposés où s’implante le jardin de bambous.

Le projet présente une démarche environnementale innovante basée sur :

- le respect du site : inscription du projet dans l’histoire du site, réutilisation de pierres des murs limitrophes pour le jardin de meulière, projet simple, facile à s’approprier, traçabilité des matériaux ;

- le projet de vie : concertation avec les riverains et les associations de quartier, information sur le projet et pendant la phase du chantier, accessibilité aux personnes à mobilité réduite, rôle accru des agents de la surveillance spécialisée et des jardiniers ;

- la création de milieux écologiques variés : jardin de graviers, canal planté, grande prairie et pelouse fleurie, arbres en bosquet et massifs arbustifs, jardin de meulière, jardin de graminées ;

- la préservation de la faune : choix de la flore, implantation de nichoirs ;

- la gestion de l’eau avec un circuit fermé pour le canal : les eaux de ruissellement sont rejetées dans le sous-sol ou les zones plantées et moins de 6 % des eaux sont rejetées à l’égout ;

- la mise en place d’une démarche HQE (Haute Qualité Environnementale) pour les bâtiments (traçabilité des bois et suivi particulier de la réalisation) ;

- la prise en compte d’une gestion plus écologique : jardiniers associés dès les premières études, feuilles conservées dans les massifs arbustifs, collecte sélective.

Un sociologue fait partie intégrante de l’équipe de conception du parc

La Ville de Paris a souhaité la présence d’un sociologue dans l’équipe de conception, afin de favoriser la bonne intégration dans le projet des attentes des divers acteurs et surtout celles des habitants et des riverains. Durant la phase d’étude, le projet a été présenté et commenté à un large public et a recueilli une très grande adhésion. Pendant la phase de chantier, le sociologue sera un relais utile pour que les futurs usagers du parc soient informés d’une manière très précise sur les différents lieux et équipements qui seront mis à leur disposition.

 

   DSC01024   DSC01022   DSC01041 

Et rien n'a été laissé au hasard. Eclairage sécurisant, accessibilité aux personnes handicapées, aires de jeux adaptées aux plus petits : les jardins d'Eole se veulent au centre de la vie de quartier. D'ailleurs, un sociologue a été intégré à l'équipe des concepteurs dès le début du projet pour analyser et répondre au mieux aux attentes des habitants du quartier.
Autre particularité, les jardins d'Eole font partie de la génération de jardins à dimension « écologique ». Les prairies sont fauchées à la main, les feuilles sont récupérées dans des bacs à compost et moins de 6% des eaux utilisées sont rejetées à l'égout, le reste étant récupéré et réutilisé.

   DSC01045      DSC01035    DSC01026

   DSC01036      DSC01023    DSC01042