C'est tout à fait par hasard que j'ai découvert ce petit cimetière non loin de la Porte de Charenton à l'occasion de l'une de mes pérégrinations . Bien que ne renfermant pas de sépultures célèbres , sa visite nous permet de découvrir les tombes de quelques personnes qui ont marqué le petit village de Bercy qui ne fut rattaché à Paris qu'en 1860 .

   RequestDigitalElement      RequestDigitalElement__3_      RequestDigitalElement__1_  

    Le château de Bercy              Bercy et la Seine                 La barrière de Bercy

                    ber-plan1     ber-plan2

                                       Plans du château de Bercy

 Bercy restera à tout jamais immortalisé grâce à son passé vinicole . Le commerce du vin à Bercy est très ancien puisqu'il  remonte au XVIIème siècle . Aux XVIIe et XVIIIème siècle , de somptueuses propriétés , tels le Petit-Bercy , la Folie-Rambouillet et le domaine des frères Paris , occupaient une bonne moitié des terrains de la de la commune , déployant de beaux jardins tout le long de la Seine . Ils seront démembrés au début du XIXème siècle pour laisser place aux célèbres Entrepôts de Bercy . La carrière vinicole de Bercy naît de son emplacement . Bercy étant situé en dehors des murs parisiens, le vin n’y est  pas soumis à l'octroi , donc aux taxes !!! Construits en bords de Seine en 1860 pour remplacer des installations trop vétustes , deux entrepôts verront le jour en bord de Seine en 1860 afin de remplacer des installations par trop vétustes : le " Petit Bercy " et le " Grand Bercy " , qui en feront le plus grand marché en gros de vin et de spiritueux européen . Ses entrepôts fermeront petit à petit à partir des années 1960 pour laisser place à un magnifique parc qui a su conserver quelques anciens bâtiments , vestiges de son passé vinicole . 

    10_13    9531_2   sap01_mh00039906_p__1_

                                              Les Entrepôts de Bercy  

    Cour_St_Emilion_Paris     Parc_de_Belleville_Paris_01    P1010673

                                                      Parc  de  Bercy 

  Jusqu'à ce que l'église de Bercy , Notre-Dame-de-Bon-Secours , devint en 1791  l'église paroissiale  les habitant de Bercy furent inhumés dans le cimetière de l'église Sainte-Marguerite de laquelle il dépendait depuis 1712 . A partir de 1791 date où la commune de Bercy comptait 1.500 habitants , ceux-ci disposèrent d'un cimetière paroissial propre , situé , selon la coutume autour de leur église . Cette petite église était la chapelle d'un couvent des Pères de la Doctrine-Chrétienne qui se trouverait située de nos jours à l'extrémité de la rue Gabriel-Lamé en bordure nord du " Petit Bercy " des entrepôts . Cette église trop petite et trop vétuste fut démolie en 1821 , ce qui entraina la fermeture puis la désaffection du cimetière . Celui-ci n'avait donc duré que trente ans . 

       34634087         34793413

        Eglise Sainte-Marguerite      Cimetière Sainte-Marguerite 

 Si la nouvelle église fut construire en 1821 à l'endroit où s'élève aujourd'hui , place Lachambeaudie , l'église Notre-Dame de Bercy ( de son vrai nom Notre-Dame de la Nativité ) , le nouveau cimetière fut ouvert aux confins de la localité à son endroit actuel délimité par les rues de Charenton , Théodore-Hamont , des Meuniers et de l'avenue Michel Bizot . Construite à la fin du XVIIème siècle, elle a été détruite une première fois et reconstruite dans les années 1820 par l'architecte André Chatillon . Détruite une seconde fois lors de la Commune , elle présente la particularité d'avoir été reconstruite à l'identique. L'église est totalement inondée pendant la crue de la Seine de 1910 .

    eglise_nd_de_bercy_1a  _glise_Notre_Dame_de_la_Nativit__de_Bercy__Paris__1  Jun21763

                                  Eglise Notre-Dame de la Nativité à Bercy 

  Il était alors moins étendu que de nos jours avec seulement 31 ares acheté à un sieur Contour au lieu des 62 ares qu'il comporte aujourd'hui . Ce cimetière fit agrandi 4 fois , en 1838 , 1841 , 1850 et 1871 . Il fut diminué trois fois : en 1840 pour l'élargissement de la route nationale n°5 de Paris à Genève ( actuelle rue de Charenton ) , en 1876 et 1879 en prévision de l'ouverture en 1885 de la rue Michel Bizot entre la rue des Meuniers et de Charenton . Ce cimetière fut fermé en 1860 , sauf pour les inhumations faites dans les concessions à perpétuelles datant de l'ancienne commune . Il fut toutefois réouvert , de septembre 1870 à février 1872 pendant le siège de Paris pour les inhumations de la population du XIIème arrondissement . On pourra admirer la porte d'entrée , dont les deux sabliers de pierre , symbole du temps qui passe , nous renvoient à notre condition humaine et à notre inexorable fin . 

     P1020314    P1020340   P1020328 

 Ce cimetière est planté d'une dizaine d'arbres disparates , comme ce pêcher qui a surgit spontanément d'une tombe ou cette vigne vierge qu'agrémente le mur d'entrée face au bureau de la conservation . Le cimetière de Bercy ressemble plus à un " jardin de curé " qu'à un cimetière de quartier .  Parmi les 1120 sépultures de cette petite nécropole quelques tombes méritent notre attention . Tout d'abord  l'imposante chapelle surmontée d'un sarcophage que l'on peut voir au centre du cimetière où repose Julius Gallois ancien maire de Bercy de 1815 à 1821 . Il fut l'un des premiers  à constituer à Bercy en 1819 , dans l'ancien domaine du " Petit-Bercy " qu'il avait acheté , un entrepôt de vin , ce qui l'amena à lotir ce domaine et à y percer des rues qui portèrent son nom et ceux de ses proches . 

    P1020322   P1020325   P1020345

  Une tombe encadrée d'une grille argentée , située le long du mur , dans le prolongement de la conservation mérite une attention particulière . Il s'agit de la tombe de Théodore Dehaese, jeune pompier qui mourut victime de son courage à 24 ans , en combattant un incendie qui s'était déclaré dans la nuit du 31 mars 1853 dans les Entrepôts d'alcool Gabriel Alain sur le port de Bercy au n°20 et qui détruisit vingt mille pièces . Encadrée d'une grille argentée , cette tombe , toujours bien entretenue , elle est honorée chaque année par les sapeurs pompiers de la caserne de Reuilly . Malheureusement on a de plus en plus de mal à lire les inscriptions figurant sur la pierre tombale . Ne vous étonnez pas de ne pas trouver son nom sur la liste des pompiers de Paris " mort au feu " , cela est normal car Bercy ne fut rattaché à Paris qu'en 1860 . 

    cvg   36692508  RequestDigitalElement

          P1020355    P1020358    P1020332

  La curieuse tombe du pasteur écossais Charles Greig ( 1853-1821 ) , ne manquera pas d'attirer votre attention avec son obélisque surmonté d'une croix gallicane sur laquelle figure un très grand " Christ est ma vie " .   

        P1020317    P1020318   

 Parmi les autres sépultures on peut en citer quelques autres intéressantes . La tombe du père de l'ultra-catholique Louis Veuillot ( ardent défenseur de l'enseignement privé ) décédé en 1836 et qui malheureusement a été relevée .C'était un pauvre tonnelier de Bercy , dont la femme , mère de quatre enfants dont Louis était l'aîné , tenait à l'ex-n°22 du quai de Bercy , une petite gargote à l'enseigne " Au soleil d'or " . 

       veuillot3lg8      03 

                  Louis Veuillot ( 1813-1883 )

  On peut également citer : Armand Guillon ( 1880-1968 ) résident général de France en Tunisie , préfet et conseiller d'Etat , Louis-Jules Albert Vandal ( 1853-1910 ) historien français , professeur à l'École des Sciences Politiques et il fut reçu à l'Académie Française en 1896 . Il repose dans la chapelle de Julius Gallois dont nous avons déjà parlé précédemment ; Jean-Alfred Besnard ( 1863-1924 ) architecte du gouvernement et le compositeur de musique Henri Carbonetto-Derouville ( 1858-1919 ) qui repose dans le caveau familial Bellanger .

  Dans son carnet tenu à Vianden (Grand-duché de Luxembourg) par Victor Hugo, on trouve une note collée à la date du 17 juin 1871. Il s'agit d'und longue notice d'après laquelle (selon les déclarations de Marie Mercier, jeune veuve Garreau, de 20 ans, devenue ensuite l'une des maîtresses de Hugo) les corps remplissant trois fourgons de cadavres furent enterrés dans le cimetière de Bercy . C'étaient des communards (hommes, femmes et enfants) fusillés . . Par ailleurs lors des massacres du dimanche 28 Mai 1871 au lundi matin 29 , 400 communards furent passés par les armes à la prison de Mazas selon l’attestation de Dumas, adjoint de l’Ordre à la mairie du XIIe qui, sans procéder à la moindre contestation d’identité, laissa jeter les cadavres dans un puits du cimetière de Bercy . ( Renseignements envoyés par deux de mes lecteurs ) . Un grand merci à eux .

 

       P1020344   P1020347   P1020330

             P1020339      P1020337    P1020360

  J'espère vous avoir donné l'envie de visiter cette petite nécropole qui fait revivre à sa manière le petit village de Bercy à tout jamais disparu !!!