Je vous invite à découvrir la passionnante histoire de la rotonde de La Villette , ce bien curieux bâtiment , miraculeusement parvenu jusqu'à nous et dont bien peu de parisiens connaissent l'histoire !!! Elle est située place de Stalingrad à la recontre de des avenues Secrétan et Jean-Jaurès , des quais de la Loire et de la Seine , des rues Lafayette et du Faubourg-Saint-Martin avec le boulevard de La Villette dans le XIXème arrondissement face au bassin de La Villette. Cette place à été détachée en 1945 du boulevard de la Villette pour recevoir le nom de de la ville de Russie où les armées russes remportèrent une victoire décisive sur les armées allemandes entre septembre 1942 et janvier 1943 . Elle a aussi porté les noms de place de l'Ourcq et de rond-point de la Villette . Elle ferme le bassin de la Villette, et une écluse permet le passage vers le canal Saint-Martin .

   gh     WEBbarrieresaintmartinseule     P1020560                           

                           La  rotonde de La Villette ou barrière Saint-Martin

  La rotonde de la Villette est l'un des monuments conçus par l'architecte Claude Nicolas Ledoux et réalisés entre 1784 et 1788 , pour équiper le mur des Fermiers généraux ( le mur murant Paris rend Paris murmurant !!! ) institué par le chimiste et Fermier Général Antoine Lavoisier , qui devait avoir 6 lieues de tour (24 kilomètres) et comporter 60 bureaux de perceptions , dont le boulevard de La Villette suit ici le tracé , des bureaux nécessaires à la perception de l'octroi, l'impôt dû sur les marchandises qui entraient à Paris institué pour lutter contre la contrebande . A l'extrémité du faubourg Saint-Martin, Claude Nicolas Ledoux réalisa un ensemble de cinq monuments : deux petits monuments constituaient la « barrière de la Villette » (appelée « barrière de Senlis » jusqu'en 1798). Situés de part et d'autre de la route de Senlis (ou route de Flandre, aujourd'hui rue de Flandre, au nord du bassin de la Villette) , ils participaient au contrôle des marchandises entrant par cette route, qui se prolongeait, à l'intérieur de Paris, par la rue du Faubourg-Saint-Martin , deux autres petits monuments analogues constituaient la barrière de Pantin. Ils étaient situés de part et d'autre de la route d'Allemagne (ou route de Meaux ou route de Strasbourg, actuelle avenue Jean-Jaurès, au sud du bassin de la Villette) . À l'intérieur de l'enceinte, cette route se prolongeait sous le même nom, mais devint la rue La Fayette à partir de 1823 . 

    Nicolas Ledoux ( 1736-1806 )        

 

                         

 

 Nicolas Ledoux est un architecte et urbaniste français, né à Dormans le 27 mars 1736, il est considéré comme le premier urbaniste et précurseur de l'architecture moderne. Ses parents marchands, l'envoient faire des études au collège de Beauvais , haut lieu du Jansénisme , à Paris de 1749 à 1753 . La chapelle Saint-Jean l'évangéliste, est parvenue jusqu'à nous : c'est l'Église orthodoxe roumaine des Saints-Archanges , située au 9 de la rue Jean de Beauvais dans le Vème . Elle fut édifiée en 1375 par l'architecte Raymond du Temple, également maître d'œuvre du Louvre et de Vincennes. Ce fut également lui qui construisit en 1381 les bâtiments du collège, aujourd'hui disparus .

     5868656471_c185243e13        Portrait-Ledoux-Aperçu1       450px-Église_des_Saints-Archanges

                      Nicolas Ledoux                       Eglise des Saints Archanges  

  Nicolas Ledoux était boursier, car depuis la fondation de ce collège par Jean de Dormans, les enfants de sa commune natale devaient être préférés à tous les autres, dans la répartition des bourses. De 1753 à 1758, il fait des études à l'Ecole des Arts de Jacques-François Blondel . Il effectue en 1762 sa première commande importante sous la forme de décors de lambris pour un café (aujourd'hui au musée Carnavalet ) .

    5911        institut_p12_gallimard       m110400_34717-10-286_p

    Jean-François Blondel           Ecole des Arts           Musée Carnavalet

 En 1764, il est nommé ingénieur des eaux et forêts. A cette époque il construisait de nombreux hôtels particuliers à Paris, l'hôtel d'Hallwyll (1766) visible au 28 de la rue Michel-Lecomte, l'hôtel d'Uzès (1767) et l'hôtel de Montmorency (1772) . La plupart seront détruits lors des travaux du baron Haussmann.  Remarqué et protégé par Mme du Barry (maîtresse du roi Louis XV) dont il construit le château à Louveciennes, il est reçu à l'Académie d'architecture en 1773. Ledoux, désormais architecte du Roi, poursuit une brillante carrière privée et publique et obtient de l'administration royale de vastes chantiers . Dans ce cadre, il réalise la cité-usine des salines royales d'Arc et Senans, dans la forêt de Chaux, près de Salins en Franche Comté. (1775/1778) .

       399px-P1010277_Paris_III_Rue_Michel-le-Comte_Hôtel_Hallwyll_reductwk       pavillon-de-musique-louveciennes       arc-et-senans-1         

       Hôtel d'Hallwyll       Pavillon de Louveciennes        Saline d'Arc et Senans          

  Il est chargé de la construction des pavillons d'octroi de l'enceinte des Fermiers-Généraux (1784/1787) . Quatre barrières de l'enceinte des Fermiers généraux subsistent encore aujourd’hui : deux bâtiments place Denfert Rochereau ( barrière d'Enfer ) l'un servant d'entrée aux Catacombes et l'autre utilisé par les services de la voirie ) , deux autres constructions  place de la Nation ( barrière du Trône ) , le plus imposant des pavillons d'octroi , la rotonde de La Villette ( barrière Saint-Martin ) et la rotonde du parc Monceau ( barrière de Chartres ) . On peut y ajouter une partie de la barrière de Bercy, dont le pavillon au 139 rue de Bercy est devenu l’entrée du Ministère des finances . En 1789. à la suite d'une polémique sur la symbolique de la décoration, le roi lui enlève le chantier . Après le 14 juillet et l'incendie de quelques barrières en construction, l'Assemblée décide la suppression de l'octroi, à partir du 1er mai 1791 . 

     5894705424_2c922c7a0e      boctroi75011paris      Parc_Monceau_-_La_Rotonde_02-03-06

          Barrière d'Enfer                   Barrière du Trône              Barrière de Chartres

  En 1793 (le 29 Novembre) il est arrêté par le comité révolutionnaire du faubourg du Nord qui lui reproche de ne pas avoir assez changé d'attitude après 1789 et le suspecte d'amitiés aristocratiques . Incarcéré à La Force , il sera libéré le 13 Janvier 1795 après avoir échappé de peu à la guiIIotine . Réhabilité il prend place dans les assemblées académiques. Cependant le temps de sa gloire est passé et il ne construira plus . En 1804 Ledoux publie, à son compte, son livre " L'architecture considérée sous le rapport de l'art, des mœurs et de la législation ", ouvrage à la rédaction duquel il a consacré ses dernières années. En 1806 ruiné et désabusé, Claude Nicolas Ledoux meurt à Paris le 18 Novembre, à l'âge de soixante dix huit ans. Il est inhumé au cimetière Montmartre le 21 novembre .

   La rotonde La Villette 

  Le principal bâtiment de celle-ci , la rotonde qui subsiste encore de nos jours , était édifié entre deux grandes routes , au milieu d'une demi-lune . Il était accompagné de deux groupes de pavillons auxquel il était relié par une grille : un de ces groupes à l'entrée de la route de Flandre formait la barrière de La Villette , faite de deux bâtiments avec arcades . L'autre , situé à la route d'Allemagne ( avenue Jean-Jaurès ) , formait la barrière de Pantin . Elle était faite d'un pavillon triangulaire à trois péristyles avec dôme , qui devait être remplacée sous le règne de Charles X par un ensemble plus important . Ces barrière furent incendiées en 1871 par la Commune , puis finalement démolies . 

   DF     39056002     Magasins-de-la-villette-2

      La barrière de Pantin      La barrière Saint-Martin    Incendie sous la Commune 

   La rotonde La Villette présente dans son pourtour , quatre péristyles en saillie ornés de huit pilastres carrés ; au dessus une galerie circulaire , composée de 40 colonnes accouplées soutient des arcades ; au premier étage , l'édifice est couronné par une corniche d'ordonance dorique . Cette rotonde fut utilisée de 1830 à 1860 par la Garde Municipale . En 1865 elle est restaurée de nouveau , puis louée à la Compagnie des Magasins Généraux et devient un entrepôt à sel , cette location sera effective jusqu'en 1921 . Incendiée entre-temps en 1871 par la Commune , elle est encore restaurée , elle est dégagée des constructions qui l'étouffent et entourée d'un square en 1934 . En 1935 elle est à nouveau incendiée et restaurée à nouveau . Après la seconde guerre mondiale , la rotonde reste sans affectation . Plusieurs projets restèrent sans suites ( musée de la Résistance , musée de la Batellerie ) .

      xc    parismetro    rotonde de la villette 1a 

                                              La rotonde de La Villette 

  Enfin le 19 novembre 1959 l'Aministration affecta le bâtiment à la Commission du Vieux-Paris pour servir de dépôt archéologique . La rotonde étant classée depuis 1907 des travaux de restauration et  d'adaptation à sa nouvelle fonction furent confiés au service des Monuments historiques . Fin août 1971 la Ville de Paris reprit la maîtrise de l'ouvrage afin de terminer l'aménagement . En 2004 le dépôt archéologique fut transféré dans l'hôtel Cromot du Bourg rue Cadet . La rotonde fut laissée à l'abandon . En 2009, le bâtiment est en réhabilitation. L'objectif du projet est de faire de la rotonde un lieu de vie culturel et festif, comprenant notamment une brasserie-restaurant . La société COFITEM-COFIMUR a été désignée par le conseil de Paris pour atteindre cet objectif . 

     1358026285    Capturer    P1020557

                              Hôtel Cromot du Bourg                        Rotonde de La Villette 

     La résurrection de la Rotonde de La Villette 

  Soit deux cent vingt ans après sa construction la rotonde de La Villette ré-ouvre enfin ses portes . Mr Romain Viennois vos r accueillera dans sa magnifique brasserie-restaurant baptisée tout naturellement " La Rotonde " !!! Quelle magnifique restaurant dans un lieu ô combien chargé d'histoire et quel accueil sympathique . Cette brasserie festive et créative est un lieu de fête et de bonne humeur . En toute simplicité , ce nouveau phare de l'est parisien mélange gens et genres . Restaurant , salon privatifs , soirées entre amis , événement culturels , a chacun " sa Rotonde " selon ses envies , ses besoins et son porte-monnaie !!! la cuisine de son chef Gilles Choukroun est raffinée et variée . Chaque samedi soir vous pouvez vous laisserez tenter par les huîtres et les fruits de mer d'une fraîcheur sans égal venus tout droit , non pas du bassin de La Villette tout proche , mais de l'Ile d'Oléron !!! Ne manquez pas de vous y rendre , vous ne serez pas déçu et vous y reviendrez à coup sûr , croyez moi , « Les barrières de l'octroi sont ouvertes ! Les portes de Paris cèdent ! A nous la Rotonde » !!! (Ref. La maquette de la présentation du restaurant-brasserie " La Rotonde ") .

   6068673326_05bdd56b97      6068682494_11c8be703a_b       P1020566               

   P1020568      6068687662_2c8f8208f6_b        P1020570 

                                Brasserie-restaurant la Rotonde 

   J'espère que vous prendrez autant de plaisir à découvrir cette passionnante histoire de la rotonde de La Villette que j'en ai eu à le rédiger . La quartier de La Villette est en pleine mutation , ne manquez pas de vous y promenez , vous serez dépaysés et surpris par tout ce changement . Ce quartier quitte deux siècles de durs labeurs pour s'inventer un futur de loisirs et d'arte mélangés .