afiorient-expresswsb_700x393_181-230g353surleparvisdel27ima1

                      La locomotive à vapeur  230 G 353 sur le parvis de l'Institut de monde arabe    

   Je me propose aujourd'hui de vous faire découvrir la passionnante histoire de cette locomotive à vapeur installée sur le parvis de l'Institut du monde arabe à l'occasion de la magnifique exposition sur ce train mythique connu sous le nom  " d'Orient-Express " ,  qui s'y déroule jusqu'au 31 août . 

                            Affiche_Expo_Orient-Express-SNCF-Paris (Copier)

     DSC_4590 (Copier)       img-corp-orient_express_restaurant-3       VSOE platform met stewards 2

     P1260563       P1260570       P1260575

                                            Exposition " l'Orient-Express "   

  L'Orient-Express est un train de luxe créé par la Compagnie Internationale des Wagons-Lits qui , depuis 1883, assure la liaison entre Paris , Vienne, ainsi que Venise , et à partir de 1919 Istanbul , desservant ainsi plusieurs capitales européennes . Son activité cessera en 1977 , vaincu par la faiblesse de sa vitesse commerciale (à peine 55 km/h vers la fin) due aux interminables arrêts douaniers dans les pays communistes traversés, ainsi qu'à l'état obsolète de leurs réseaux, et malmené par la concurrence grandissante de l'aviation . Depuis 1982 , un nouveau train de luxe régulier, assuré par une compagnie privée , le " Venice-Simplon-Orient-Express " a pris le relais sur le trajet Boulogne-sur-Mer (désormais Calais) - Paris - Venise , via Innsbruck ou Vienne , avec parfois un prolongement vers Istanbul .

     P1020772      P1020765      P1020777

     P1020785      veniceorientexpress1291887490      P1020781

                        Le Venice-Simplon-Orient-Express en gare de l'Est 

    Numérotation des locomotives à vapeur 

  La numérotation d'une locomotive à vapeur est défini comme suit : Pour les locomotives à vapeur standard , le  numéro qui la caractérise se compose de trois chiffres : le premier chiffre représente la quantité d'essieux porteurs a l'avant , le deuxième la quantité d'essieux moteurs et le troisième la quantité d'essieux porteurs a l'arrière . En cas d'absence d'essieux porteurs on attribue le chiffre zéro . Les locomotives-tender possédaient à la fin de leur numérotetion la lette T . Voici quelques exemples en images . 

    Locomotive_030T_27_La_Glaciere-Gentilly     images

                            Une 030                                                          Une 241

      pvc1-28ecc0a    loco_oe_0

                          Une Pacific 231                                                Une 230

     141tc34        La-151-TQ-puissante-imposante

 

                   Un 141 T                                                      Une 151 TC

     La prise d'eau en marche d'une locomotive à vapeur

 

  Le problème majeur rencontré pour les puissantes locomotives à vapeur telles les 241  , capables de parcourir de longues distances sans arrêts en gare , fut celui de l'approvisionnement en eau contrairement à celui du charbon dont les tenders pouvaient contenir une quantité de charbon nécessaire . La solution fut trouvé en 1866 par un ingénieur anglais , Ramsbottom . Son ingénieux procédé reposait sur la construction au milieu des rails d'un bac de 15 cm de haut et d'une longueur de 400 mètres . Lorsque la locomotive arrivait sur cette zone le mécanicien abaissait un bec situé sous la locomotive qui grâce la vitesse écopait l'eau comme le feront plus tard les Canadairs pour se ravitailler en eau en plein vol . On peut voir dans le film " La bête humaine " de Jean Renoir , Jean Gabin , le mécanicien de la locomotive à vapeur effectuer les manœuvres de cette prise d'eau pendant la marche de son train . 

 

      imagesCAJO077E     sans-titre   Capture

 

         sd     

 

        Histoire de la locomotive à vapeur 230 G 353

 

  La 230 G 353 (ex 4353 du P.O.) construite aux ateliers des Batignolles en 1922 , lourde de ses 4,2 tonnes de charbon , elle est classée Monument Historique en 1987 . Elle fait partie de la collection gérée par convention par la Cité du Train de Mulhouse. Pour sa présentation à Paris, SNCF et la Cité du Train ont confié à l’association APPMF (Association Pour la Préservation du Patrimoine et des Métiers Ferroviaires) crée par un ancien mécanicien de la SNCF , la réalisation des travaux de remontage et de remise en peinture de cette locomotive aux ateliers d'Epernay . Ces machines robustes et fiables, sont faites pour la remorque des trains de voyageurs, express, omnibus et des trains de marchandises. Elles pouvaient emmener des trains de 400 à 500 tonnes à la vitesse de 90 à 100 km/h selon la dureté du profil. Elles craignent cependant les fortes rampes (supérieures à 25 pour 1000) car l'adhérence n'est pas leur point fort. Elles accomplirent tout au long de leur carrière qui s'acheva en 1970, un excellent service . Son dépôt fut celui de Noisy-le-Sec , puis Paris La Villette jusqu'à son retrait du service . Les photos ci-dessous m'ont aimablement été envoyées par un parent , ancien mécanicien à SNCF , qu'il en soit grandement remercié . 

   depôt Noisy 04        10      Gretz 30

       Dépôt de Noisy-le-Sec                       230 G 353 tractant d'un rapide . 

                          1633768059_B972405607Z

                                 La 230 G 353 au dépôt d'Epernay 

  Surnommée affectueusement ,  “ la zézette ” par Jean d’Ormesson , elle débute en 1974 sa  « carrière » de star de cinéma dans un film resté dans les mémoires : Le Crime de l’Orient-Express, du Britannique Sydney Lumet , tourné près de Pontarleir . Suivront , Monsieur Klein, La vie parisienne , Vipère au poing , La rage de Paris 1938 et Le sang des autres . elle fut aussi utilisée par les associations de passionnés du rail , pour des circuits touristiques autour de Paris, sur la petite ceinture où elle parcouru  plus de 15.000 kilomètres pour le plaisir de 40 000 voyageurs . Elle fut la seule locomotive à vapeur autorisée à circuler sur le réseau  SNCF . Suite à une gave avarie de chaudière en 1999 elle sera définitivement hors service !

                images         sans-titre          imagesCA5EOI11  

     fgh     imagesCA8BR2W2

                                                    La 230 G 353 sur la " Petite Ceinture " 

   Mais l’histoire n’est toujours pas terminée. Lionel Henoch veut, en effet, la voir reprendre à nouveau du service . Dès la fin de l’exposition , la locomotive sera donc à nouveau entre les mains de passionnés de la vapeur du dépôt d'Epernay qui tenteront de la «  remettre en chauffe  » , quinze ans après l’avarie de chaudière qui a mis fin à sa deuxième vie .

   

                                                          La 230 G 353  en Gare de l'Est 

    Ne manquez de vous rendre à la magnifique exposition " L'Orient-Express " qui se tient à l'Institut du monde arabe et d'aller admirer l'imposante 230 G 353 , en espérant qu'elle pourra de bientôt circuler sur les voies de la SNCF .