Aujourd'hui je me propose de vous faire découvrir le Parc Monceau . Il est méconnu de beaucoup de parisiens , j'espère vous donner envie d'aller vous y promener ; vous ne le regretterez pas !!!

   La plaine Monceaux , dépendant de la Seigneurie de Clichy , se présentait alors comme un terrain nu et aride où l'on ne pouvait voir que quelques remises à gibier et de rares moulins ; qui appartenait en grande partie au Fermier Général Antoine Gaspard Grimod de la Reynière , Seigneur de Clichy-la-Garenne et de Monceaux .

 

    114_Vue_de_la_plaine___par_Rousseau       Grimod_de_La_Reyni_re

       LA PLAINE MONCEAUX                                   GRIMOD DE LA REYNIERE

   C'est en 1769 que le Duc de Chartres , Philippe II d'Orléans ( 1747-1793 ) plus connu sous le nom de Philippe Égalité pendant la Révolution , achète la terre de Monceaux au lendemain de son mariage avec la Princesse de Penthièvre pour en faire un lieu de plaisir et de rencontres adapté aux fêtes , une " folie " comme on le désignait à l'époque . La chasse ne l'intéressant pas , il demande à Louis Carrogis dit Carmontelle qui est à la fois , peintre , dessinateur , graveur , auteur dramatique , architecte paysagiste et organisateur de fêtes, de créer un jardin pittoresque montrant des scènes qui donnent l'illusion de tous les temps et de tous les pays en dix sept points . C'est l'architecte Poyet  qui l'ornementa de "fabriques" , on peut ainsi recontrer : des tombeaux , un moulin à eau en ruines , un moulin à vent hollandais ,  un temple en marbre blanc , un obélisque , un minaret , une pyramide égyptienne et une naumachie . La Chine est partout présente avec des constructions vivement colorées avec ses barrières , portiques , pavillons et jeu de bagues ( sorte de carrousel ) .
   

 

    454942a_i1     Carmontelle___Parc_Monceau_1

 

      CARMONTELLE                               LA FOLIE DE CHARTRES     

 

           Carmontelle___Parc_Monceau_2   

 

             LA  FOLIE  DE CHARTRES - LES TENTES TURQUES   

 

    En 1783 , l'écossais Thomas Blaikie prend la direction du jardin et fait de nombreux changements pour en simplifier le tracé et en diversifier les plantations . En 1785 , Calonne , ministre des finances de Louis XVI , décide d'entourer Paris d'une enceinte ponctuée de barrières d'octroi . Nicolas Ledoux , architecte de la Ferme Générale , est chargé de la construction de ces édifices . La plupart des édifices de l'enceinte des Fermiers-Généraux ne résistera pas à la Révolution, à l'exception des rotondes La Villette et du parc Monceau et les pavillons d'octroi de la place Denfert-Rochereau et de l'avenue du Trône, près de la place de la Nation.

 paris_barriere_du_trone_avec_une_colonne Paris_14e___place_Denfert_Rochereau___pavillon_Ledoux_ouest      20060501072104_Paris_Rotonde_de_la_Villette_2004

   Place de La Nation     Place Denfert-Rochereau   Rotonde de La Villette

    La Folie de Chartres fut amputée au nord lors de la construction du mur des Fermiers-Généraux , elle constituait tout de même une propriété d'une superficie du double du Parc Monceau que nous connaissons aujourd'hui . Afin de ne pas gêner la vue que l'on avait de ce parc sur la campagne environnante , ce mur fut remplacé par un fossé entre la barrière de Monceaux et celle de Courcelles . Pour mieux s'opposer à la contrebande , ce fossé fut pourvu d'une rotonde à colonnades ,dite le Pavillon de Chartres , qui servit de poste d'observation aux gardiens d'octroi préposés à la surveillance des abords extérieurs du mur des Fermiers-Généraux . C'était un poste de guet dans la calotte duquel le duc de Chartres se fit aménager un salon d'où il avait une vue très étendue sur la plaine de Monceaux .

                           DSC00148

   Confisquée en 1793 à la Révolution , la ci-devant Folie de Chartres fut affecté par la Convention à divers établissement publics qui y exploitèrent des jeux et des divertissements . Napoléon donna le tout à Cambacérès qui lui rendit au bout de cinq ans , trouvant que son son entretien lui coutait trop cher . Sous la Restauration Louis XVIII la restitua à ses propriétaires légitimes les Orléans . Le vieux parc vit renaître petit à petit les splendeurs de ces beaux jours lorsque , sous la Monarchie de Juillet , Louis-Philippe en fit son jardin préféré . En vertu d'un décret du 22 janvier 1852 , ce domaine devient pour 9 hectares , propriété de la ville de Paris , et pour 10 hectares celle des banquiers Péreire engagés dans le lotissement de ce quartier . Conformément à la volonté de Napoléon III le préfet Haussmann restructure la ville autour d'un ensemble de parcs et de bois dans une perspective hygiénique au profit de la population souvent entassée dans des maisons insalubres . C'est ainsi que l'on verra la naissance des bois de Boulogne et de Vincennes , du parc Montsouris et des Buttes Chaumont . Le parc Monceau est le seul lieu historique remodelé .

                        NapoleonIIIHaussmannYvon

                     NAPOLÉON III ET LE PRÉFET HAUSSMANN
 

    C'est à Adolphe Alphand , ingénieur des Ponts et Chaussées que sera confié l'aménagement  de ce parc dans le style anglais si cher à  Napoléon III qui sera inauguré en 1861 . C'est à Gabriel Davioud que nous devons ces entrées monumentales avec leurs grandes grilles dorées et celles qui entourent le parc . Sans parler de l'ancienne rotonde de Ledoux , Alphand conserva tout ce qui pouvait être sauvé de l'ancienne Folie de Chartres , le tout associé à de nouveaux éléments : la rivière et son pont , un petit bois , une grotte avec sa cascade et les premières stalactites en ciment artificiel , invention de l'entrepreneur Combaz , les tombeaux ( quatre stèles d'origine inconnues ) , une pyramide , et surtout la " naumachie " , grand bassin ovale entouré d'une colonnade corinthienne . Cette naumachie proviendrait peut-être de la chapelle Notre-Dame de la Rotonde , dont Catherine de Médicis avait fait entreprendre la construction , au nord de la basilique de Saint-Denis , pour que soit déposé le tombeau de Henri II , puis le sien . La " Rotonde des Valois " fut détruit en 1719 .

        DSC00103           DSC00152             parc_monceau_paris_f1580      

     DSC00118     DSC00125       65269224             

  Ponctuant les pelouses vallonnées de magnifiques arbres  ( érables , platanes , ormes  aujourd'hui centenaires ) les massifs abondamment fleuris composé par le jardinier en chef de la ville de Paris , Jean-Pierre Barillet-Deschamps , sont l'objet de curiosités pour les promeneurs et d'étonnement pour les botanistes . C'est le lieu de promenade de la grande bourgeoisie du quartier qui ne manque pas de s'y promener. Les familles Pereire , Rothschild , Cernushi , Ménier , Camondo font élever des hôtels particuliers dont les jardins privés ouvrent sur le parc . On peut aussi voir une arcade Renaissance provenant de l'Hôtel de Ville de Paris brûlé par la Commune en mai 1871 .

               DSC00155

  Profitez de la belles saison pour flâner dans de parc rempli de poésie et de souvenirs . Il en vaut la peine !!!