LE PIETON DE PARIS

10 septembre 2014

IMPASSE DES ARBALÉTRIERS

         Capture 

         P1310906

                                             Impasse des Arbalétriers 

     Partons ensemble à la découverte de cette impasse moyenâgeuse situé au  de la rue des Francs-Bourgeois dans le quartier du Marais . Cette impasse se trouve au 98 rue des Francs-Bourgeois . Elle s'ouvre entre deux corps de logis à encorbellement datant du début du XVIIème siècle et mène à une cour, elle-même reliée à la rue Vieille-du-Temple . Dans cette impasse se trouve également le Centre Culturel Suisse

           P1310914      P1310908

        P1310915     P1310909      P1310905

                                                    Centre Culturel Suisse 

       L'impasse des Arbalétiers 

 Ex-allée des Arbalétriers elle se prolongeait au sud de la rue des Francs-Bourgeois jusqu'au rempart de Philippe Auguste , parallèle ici à la rue des Rosiers . Elle desservait une entrée secondaire de l'Hôtel Barbette , propriété d'Etienne Barbette prévôt des marchands ,  dont l'entrée principale se trouvait rue Vieille-du-Temple et qui conduisait à un champ longeant l'enceinte de Philippe Auguste et qui servait de terrain d'exercices aux arbalétriers . On avait depuis longtemps oublié l'anathème jeté par le concile de Latran contre l'arbalète jugée comme une arme de lâches , puisqu'elle tuait les gens à distance et évitait le corps à corps . 

          959397DSCF8717 (Copier)     Arbaletearmement

 

                             post-4-0-96891000-1315228315

                                                Arbalètes et arbalétriers

   Cette voie du XVème siècle , précédemment appelée rue Neuve Barbette ; fut le décor de l’assassinat du Duc Louis 1er d’Orléans , frère du roi Charles VI , alors qu’il venait de rendre visite à la reine Isabeau de Bavière en l’hôtel Barbette tout proche . L’assassinat du Duc de Bourgogne par les hommes de Jean-sans-Peur ( Jean 1er de Bourgongne ) fut considéré comme annonciateur de la Guerre Civile qui opposera Armagnacs et Bourguignons de 1411 à 1435 ou fut signé le traité de paix d'Arras entre Charles VII engagé dans dans une patiente reconquête du territoire français , et Philippe le Bon , reconnaissant l'indépendance de la Bourgogne   . 

     L'assassinat de Louis 1er D'Orléans 

    Le 23 novembre 1407, Louis d'Orléans, en sortant de l'hôtel Barbette , où il avait soupé avec la reine Isabeau de Bavière, tombait , rue Vieille-du-Temple, sous les coups d'un gentilhomme normand , Raoul d'Octonville, écuyer du duc Jean Sans Peur . Le meurtre nocturne du 23 novembre 1407 prouva que ce n'était pas une menace vaine . Le brutal emblème était pour ainsi dire la fleur d'une vengeance dont cet assassinat de la rue Barbette fut le fruit sanglant. Le meurtre eut lieu rue Vieille-du-Temple, dans la partie qui s'appelait alors rue Barbette, en face de l'hôtel de ce nom, dont il reste encore une tourelle en encorbellement au coin de la rue des Francs-Bourgeois, et de l'autre côté en face de l'hôtel de Rieux , remplacé aujourd'hui par le charmant hôtel qu'Amelot de Bisseuil fit bâtir vers 1660. Il porte le n° 47 de la rue Vieille-du-Temple et fait face à la rue des Rosiers . 

    JeanSansPeur2      Louis_Ier_d'Orléans       375px-Assassinat_louis_orleans

         Jean Sans Peur                    Louis 1er d'Orléans       Assassinat de Louis 1er d'Orléans 

   Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades dans le quartier du Marais de visiter cette impasse chargée d'histoire . Vous pourrez en outre assister à l'une des nombreuses conférences données au Centre Culturel Suisse dont voici le lien : http://www.ccsparis.com/

                                             

 

 

Posté par jacauber à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 juillet 2014

LA PRISON MAZAS

 

                          6-copie-27

                                                                   LA PRISON MAZAS 

    Partons ensemble à la découverte de l'ancienne Prison Mazas aujourd'hui disparue . La prison Mazas , couramment appelé Maison d'arrêt cellulaire , tire son nom  du colonel Mazas mort à la bataille d’Austerlitz  . C'était une ancienne prison de Paris, construite par l'architecte Émile Gilbert entre 1845 et 1850 pour remplacer le dépôt des condamnés de la Force . Elle était située en face de la gare de Lyon, et était utilisée de 1850 à 1898 essentiellement à l'internement des prisonniers de droit commun . Elle reçut à son ouverture les 840 prisonniers de La Force . La prison occupe l'emplacement du pentagone d'une superficie de 130 hectares limité aujourd'hui par le boulevard Diderot (anciennement le boulevard Mazas ) , la rue de Lyon, la rue Traversière, l'avenue Daumesnil et la rue Legraverend . Cette « maison d'arrêt cellulaire » s'inspire des modèles du régime carcéral américain en vogue dans le milieu du siècle, le système cellulaire, dans l'esprit de la prison de la Petite Roquette construite en 1836 . Il est à noté qu'acun prisonnier ne s'est échappé de la prison Mazas . 

       1851g032       MAISON~1        mazas2

          walks-of-the-mazas-prison-paris-c-1900       Maison_D'Arrét_Cellulaire_-_Galerie_Cellulaire

                                                        La prison Mazas 

       Les travaux d’appropriation furent achevés en mars 1853 pour un coût de 5 437 000 francs . Le bâtiment d’entrée en pierre meulière était de forme presque carrée. Les détenus arrivaient dans une première cour, pour pénétrer ensuite dans le bâtiment administratif et avancer jusqu’au guichet central situé sous une rotonde vitrée de 45 mètres de large. Au greffe du rez-de-chaussée, avaient lieu les formalités d’écrou, au premier étage était situé l’autel sur lequel l’aumônier de la prison célébrait la messe chaque dimanche. Cinq promenoirs panoptiques, disposés au centre des cours, étaient séparés par six galeries de 80 mètres chacune comportant 200 cellules sur trois étages convergeant vers un minaret central . L’air chaud, en hiver, était distribué par ventilation, de même en été avec de l’air frais . 

          pz_mazas004      pz_mazas005     pz_mazas006

          pz_mazas007      pz_mazas011     images

           Les dessins de Cochard, Migron et Fanfan par Louis Cocula prisonniers à Mazas

    La prison Mazas était surnommée  " l'hôtel des 1 200 couverts " . De nombreuses personnalités célèbres furent incarcérées à Mazas après le coup d'état de 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte ( Victor Hugo , Rasapail , Rochefort  , Jules Vallès , Arago , Clémenceau pour ne citer que les plus célèbres .  Un rapport du conseil général de la Seine en date du 30 novembre 1894 présenta des projets « relatifs aux lotissements des terrains occupés par les prisons Mazas, la Grande Roquette et Sainte-Pélagie prochainement désaffectées » . Ainsi programmée pour des raisons sanitaires, et aussi parce que la vue de la prison gâchait la perspective de la gare de Lyon au moment de l'exposition universelle de 1900 à Paris, la démolition de la prison Mazas débuta en octobre 1897 et fut achevée deux ans plus tard. Les pierres de Mazas servirent à la reconstruction des égouts de la rue de Rivoli, déviés par le passage du métropolitain. À l’emplacement de la prison dont les matériaux de démolition furent vendus dès août 1898, une fête foraine fut tenue en février 1899 : « Ici l’on danse. » Les prisonniers de Mazas furent transférés à la nouvelle prison construite à  Fresnes en région parisienne et ouverte en 1898 . 

         

Destruction_de_Mazas   godefroy

                                            Démolition de la prison Mazas en 1898

                         

                                      imagesCAVSPU5J

 

      Aristide Bruant immortalisa la prison Mazas dans une de ses chanson intitulée  " A Mazas " , tout comme il le fit pour la prison de La Roquette dans sa chanson " A la Roquette " . 

                                                                             À Mazas

Pendant qu't’étais, à la campagne

En train d'te fair' cautériser,

Au lieur cd' rester dans mon Pagne, Moi, j'm'ai mis à dévaliser,

Mais un jour, dans la ru' d'Provence,

J'me suis fait fair' marron su' l'tas,

Et maint'nant j'tire d'la prévence,

A Mazas

C’est en dévalisant la case

D’un' gerce, un' gironde à rupins,

Qu'on m'a fait avec Nib de naze,

Un monte en l'air de mes copain.

Faut y passer, quoi ! c’est not’ rente

Aussi, bon Dieu l j'me plaindrais Pas

Si j'avais d'quoi m'boucher la fente,

A Mazas

        

 

Posté par jacauber à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

COUR DE BRETAGNE

         

                     FRG      

     Capture

                                                          COUR DE BRETAGNE 

    Suite à mon précedent artile sur la Cour de la Grâce de Dieu voici une autre cour pittoresque située au 99 le la rue du faubourg de temple , la Cour de Bretagne . 

           P1050651        P1050652       P1050647    

             P1050657     P1050656    P1050694

                                   P1050698

                                                 COUR DE BRETAGNE 

    Elle a porté les noms de Cour des Etats Réunis , Cour de Bretagne , Cour des Bretons (arr. du 1er février 1877) puis , de nouveau Cour de Bretagne et enfin , actuellement , Cour des Bretons . A  ne pas manquer de visiter !

 

      

                                                                                               

Posté par jacauber à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2014

COUR DE LA GRÂCE DE DIEU

         QSD                         

                       P1050691

                                   Cour de la Grâce de Dieu 

     Partons ensemble à la découverte de la Cour de la Grace de Dieu , un des petits passages pittoresques de la rue de Belleville , miraculeusement conservé . La cour de la Grâce-de-Dieu avec son passage cocher monumental typique des cours du faubourg du Temple est une voie privée de 133 mètres de long pour une largeur minimum de 3.50 mètres . Elle débute au 129 rue du Faubourg-du-Temple dans le Xème arrondissement et se termine en impasse . Le nom de Cour de la Grâce de Dieu a été donné par monsieur Meyer, propriétaire du terrain et directeur du théâtre de la Gaîté-Lyrique , en mémoire du succès de la pièce  " La grâce de Dieu  ", drame de messieurs Adolphe Dennery et Gustave Lemoine joué dans le théâtre de l en 1871 . On trouvait à cet emplacement au XVIIème siècle , le cabaret de la Courtille tenu par Gilles Desnoyers . Bien que le " père " Desnoyers y vendit des " civets à base féline " , son cabaret était un redoutable concurrent pour celui de Ramponeaux situé non loin de là . 

          AdolpheDennery    th_gai10

               Adolphe Dennery                         Théatre de la Gaîté-Lyrique 

     L'étude historique permet d'en détailler la chronologie . Cet ensemble résulte de plusieurs phases de construction . Situé à proximité de la barrière des Fermiers Généraux , il s'est constitué dans le courant du XVIIIème siècle , de trois parcelles sur rue et d'un grand Jardin . A gauche , au numéro 129 sur une première maison de 1689 a lieu au milieu du du XVIIIème siècle une importante campagne de travaux qui l'élargit et la surélève d'un étage . A l'arrière au-delà du jardin , s'élevait un autre corps de logis d'un étage sur cave de la même époque . Au 131 une maison de deux étages est également reconstruite en 1760 . La première volée de l'escalier daterait de cette époque . Les deux propriétés changent de mains à plusieurs reprises , avant d'être réunies au début du XIXème siècle par le marchand de vin Desoyers , important promoteur du Bas-Belleville . Son fils acquiert un vaste terrain qui constitue le fond de la parcelle actuelle , alors occupée par des étables . L'ensemble est acquis en 1841 par monsieur Meyer directeur de théâtre qui investit les bénéfices tirés tirés d'une pièce à grand succès de l'époque " La Grâce de Dieu " . Il fera construire dans la cour des immeubles de rapport " en peigne " , complétés dix ans plus tard par une aile en limite ouest du terrain . L'ensemble est aujourd'hui la propriété d'un seul bailleur qui a procédé à un entretient courant . Les ravalements des parties communes datent des années 1980 . Ref. Commission du vieux Paris , séance plénière du 24 juin 2010 .

       58002045_Feb12thSundayresized105CourdelaGracedeDieu129rueduFaubourgduTemple      14

      QSD       145                                  sdtr

                                                          Cour de la Grâce de Dieu                                                                                                                 

    Début 2014, un programme de réhabilitation sera confié à "  l'Immobilière 3F " livrera une première tranche des travaux  la Cour de la Grâce de Dieu , un ensemble immobilier situé au 129-131 rue du Faubourg du Temple . Objectif : améliorer l'habitat existant et proposer plus de logements . Au programme : démolition/reconstruction , réhabilitation (pour partie en milieu occupé) et surélévation . La seconde phase de travaux, qui débutera début 2014, portera sur la réhabilitation des 3 bâtiments de la cour, et la rénovation de cette dernière . Les travaux, d'une durée de trois ans et demi, ont été confiés à l'équipe d'architectes Patrick De Jean, Jérôme Marin et François Brugel et à l'entreprise générale Brézillon .

       img3   img5

    Ne manquez pas lors de l'une de vos promenades dans le faubourg du Temple de visiter la Cour de la Grâce de Dieu ainsi que la Cour de Bretagne , situé non de là et qui fera l'objet de l'un des mes procahins articles . 

      

 

  

Posté par jacauber à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2014

LE CARREAU DU TEMPLE

       Capture         P1290912                                                                                Le Carreau du Temple 

    Partons à la découverte de la passionnante histoire de l'un des plus vieux marchés de Paris celui du Carreau du Temple . Le Carreau du Temple se trouve à quelques mètres de la mairie du 3e arrondissement , dont il est séparé par la rue Perrée, de l'École supérieure des arts appliqués Duperré , de l'autre côté de la rue Eugène Spuller , et du square du Temple . 

      Histoire du Carreau du Temple 

     Au début du XIIème siècle , les chevaliers de l’Ordre du Temple de Jérusalem reçoivent en donation du roi les terres qui constituent l’enclos du Temple . Entourés d’une enceinte de 8 mètres de haut, renforcée au XIIIème siècle par un donjon , la grosse tour, l’enclos est le lieu central de l’ordre en occident . Après l'arrestation des Templiers par Philippe le Bel et l'excution de leur grand Maître Jacques de Molay et de ses compagnons dans l'île aux Juifs à Paris  , l'ordre fut dissous en févier 1314 . Le Temple conserva son nom et devint propriété de l’ordre de l’Hôpital (plus tard Ordre de Malte)  qui devint la maison du grand prieuré de France . L’enclos , couvrait un espace d’environ six hectares , aujourd’hui compris entre les rues du Temple, de Bretagne , de Picardie et Béranger.

            bg         53160570

                                                 Plans de enclos du Temple 

           photo-016-64a833        gt      images

          La grosse tour du Temple       Exécution de Jacques de Molay et de ses compagnons 

    Au XVIIème siècle , de nombreux hôtels s’élevaient au sein de l’enclos , recherchés par l’aristocratie et la bourgeoisie . Artistes et beaux-esprits y logeaient . En 1786 , l’enclos comptait environ 4000 habitants . Au XVIIIème siècle , la Révolution se saisit de l’enclos . La famille royale fut enfermée dans le donjon en août 1792 jusqu’à son exécution. L’église fut rasée . La Tour du Temple fut ensuite démolie par ordre de Napoléon .

                  6a00d8341d8a0f53ef011279723ee328a4-500wi

                                                      L'enclos du Temple 

    Partie intégrante de l’Enclos du Temple , la Rotonde du Temple, construite en 1788 par l’architecte Pérard de Montreuil , bénéfice toujours des privilèges d'extraterritorialité accordés à l’enceinte du temple (exemption de taxes, etc). Les boutiques s’y louent à prix d’or . La Ville de Paris fait construire un marché couvert entre la rue du Temple et la Rotonde . Ce marché , ancêtre du " Carreau du Temple " ,  édifié entièrement en charpente de bois , œuvre de l’architecte Jacques Molinos , rencontrera un grand succès . Le marché est alors constitué de quatre carrés  ayant chacun sa spécialité . Le  carré du Palais-Royal ( tapis, soieries, rubans, gants, plumes et articles à la mode , le carré de Flore pour le  linge de maison , le carré du Pou-volant pour la ferraille et les friperies )  et le carré de la Forêt-Noire pour le cuir . Entre ces 4 halles et la Rotonde se trouvait un carreau  sur un terre-plein où fonctionnait une bourse du vêtement d’occasion, qui durera jusqu’à l’après-guerre.

         1024px-ROTONDE      le marché 1811      le_marche_du_temple-89e57

                           15394427-carreau-du-temple-covered-city-market-paris-created-by-fichot-published-on-l-illustration-journal-un-61c08

                                Le carreau du temple au XIXème siècle 

    La ville dans le cadre de la rénovation urbaine voulue par Napoléon III et le préfet Haussmann , décide de le remplacer par une structure métallique , plus sure face aux fréquents incendies , et lance un concours d’architecture qui sera remporté par l’architecte Jules de Mérindol en 1860 . C'est à ce même architecte que l'on doit la grande Halle du marché aux bestiaux de La Villette , miraculeusement conservée . Sa façade monumentale s’ouvre sur la rue du Temple . Le marché avec ses pavillons de métal , de verre et de briques , peut accueillir plus de 2000 places pour les vendeurs .

         6a00d8341d8a0f53ef0192abd3fbf1970d-800wi         carreau-du-temple-19001          maarche-Temple

                                                 Le nouveau Carreau du Temple 

    Cependant le marché décline et en 1892 il ne reste plus qu’une centaine de marchands . En 1901, la Ville de Paris envisage la démolition d’une partie des pavillons alors désertés , pour effectuer une opération immobilière sur les terrains ainsi récupérés . La presse s’empare alors du sujet , et publie de nombreux reportages sur la fin du marché du Carreau du Temple . En 1904, il est choisi pour abriter la première Foire de Paris .

                                    Capture

                                         La Foire de Paris au Carreau du Temple

  Dans les années 1920 la démolition du dernier tiers subsistant est également mis à la vente en 8 lots seul un lot trouve acquéreur avant la grande crise de 1929 et abrite encore aujourd’hui des logements sociaux de la RIVP . Après la seconde Guerre Mondiale il devient un haut lieu de la fripe parisienne . Il périclite cependant progressivement et dans les années 70 plusieurs projets visant à sa destruction définitive sont présentés . En 1982 , toujours très attachée à ce lieu , la population locale réussit à faire inscrire à l’inventaire des Monuments historiques l’unique bâtiment restant , écartant ainsi définitivement tout risque de démolition future .

         scan034      97149798

         zer      imagesCANH3AZM     

                                                                    Carreau du Temple - Fripiers 

     Dès 2001, le maire de Paris fait part de sa volonté de restaurer entièrement le bâtiment . Lors d'un concours d'idées lancé en 2003 , 133 projets sont déposés , trois propositions de projets  seront et soumises en février 2004 à un vote local . Les personnes habitant, étudiant ou travaillant dans le 3ème arrondissement sont alors appelées à voter pour le projet de leur choix . Aux termes d’un concours d'architecture en 2007, le projet retenu est confié à l’agence " Studio Milou architecture " dirigée par l'architecte Jean-François Milou . Cette agence a notamment réalisé de nombreux projets de reconversion de bâtiment historiques et la création de Musées (Cité de l’auto à Mulhouse, Cité de la mer à Cherbourg, Place de la Brèche à Niort, Singapore National Art Gallery, etc…) . En 2011 ont lieu des fouilles archéologiques lors des travaux du nouveau Carreau du Temple . Sur l’ancien emplacement de l’église Ste-Marie-du-Temple construite en 1150, le travail des archéologues va permettre de mettre à jour 800 squelettes provenant d’un cimetière qui accueillit des sépultures du XIIème jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

                     P1170735

     azert     P1170745

                                               Fouilles archéologiques au Carreau du Temple 

    Ainsi, le studio Milou imagina la nouvelle vie du Carreau du Temple avec une intervention minimale . La structure métallique est magnifiée tandis que les façades et la nef largement vitrées permettent de conserver un apport de lumière optimal . Afin de répondre à la pluralité du lieu , un étage dédié aux activités accueille un gymnase , un dojo , un espace de danse et un studio de son. Le rez-de-chaussée quant à lui est voué à accueillir des évènements avec l’auditorium pour les concerts et le choeur de la halle . Cet espace intérieur de 1800 m2 est agrémenté de parois et de gradins mobiles qui permettent d’organiser les espaces en fonction du programme . " L’espace public " est accentué par l’ensemble des vitrage du rez-de-chaussée qui s'ouvrent vers les trottoirs . Ainsi la limite d’espace intérieur et extérieur n’existera plus . En septembre 2012 , Jean-Luc Baillet est nommé Directeur Général du Carreau du Temple , par le Maire de Paris  pour développer un projet d'activités de loisirs , événementiel et culturel .

      P1290912      P1300037      P1290913

      P1290924       P1290930      P1290920

      P1300018       P1290976      P1300035

                                                Le Nouveau Carreau du Temple 

     Ne manquez pas de rendre visite au nouveau Carreau du Temple , vous ne le regretterez pas ! Souhaitons une longue vie à cet ancien marché , miraculeusement sauvegardé et plein d'avenir grâce à son éclectisme .

                                                                    

      

 

      

                                     

Posté par jacauber à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]



08 mai 2014

UNE LOCOMOTIVE DEVANT L'INSTITUT DU MONDE ARABE

      

                          afiorient-expresswsb_700x393_181-230g353surleparvisdel27ima1

                      La locomotive à vapeur  230 G 353 sur le parvis de l'Institut de monde arabe    

   Je me propose aujourd'hui de vous faire découvrir la passionnante histoire de cette locomotive à vapeur installée sur le parvis de l'Institut du monde arabe à l'occasion de la magnifique exposition sur ce train mythique connu sous le nom  " d'Orient-Express " ,  qui s'y déroule jusqu'au 31 août . 

                            Affiche_Expo_Orient-Express-SNCF-Paris (Copier)

     DSC_4590 (Copier)       img-corp-orient_express_restaurant-3       VSOE platform met stewards 2

     P1260563       P1260570       P1260575

                                            Exposition " l'Orient-Express "   

  L'Orient-Express est un train de luxe créé par la Compagnie Internationale des Wagons-Lits qui , depuis 1883, assure la liaison entre Paris , Vienne, ainsi que Venise , et à partir de 1919 Istanbul , desservant ainsi plusieurs capitales européennes . Son activité cessera en 1977 , vaincu par la faiblesse de sa vitesse commerciale (à peine 55 km/h vers la fin) due aux interminables arrêts douaniers dans les pays communistes traversés, ainsi qu'à l'état obsolète de leurs réseaux, et malmené par la concurrence grandissante de l'aviation . Depuis 1982 , un nouveau train de luxe régulier, assuré par une compagnie privée , le " Venice-Simplon-Orient-Express " a pris le relais sur le trajet Boulogne-sur-Mer (désormais Calais) - Paris - Venise , via Innsbruck ou Vienne , avec parfois un prolongement vers Istanbul .

     P1020772      P1020765      P1020777

     P1020785      veniceorientexpress1291887490      P1020781

                        Le Venice-Simplon-Orient-Express en gare de l'Est 

    Numérotation des locomotives à vapeur 

  La numérotation d'une locomotive à vapeur est défini comme suit : Pour les locomotives à vapeur standard , le  numéro qui la caractérise se compose de trois chiffres : le premier chiffre représente la quantité d'essieux porteurs a l'avant , le deuxième la quantité d'essieux moteurs et le troisième la quantité d'essieux porteurs a l'arrière . En cas d'absence d'essieux porteurs on attribue le chiffre zéro . Les locomotives-tender possédaient à la fin de leur numérotetion la lette T . Voici quelques exemples en images . 

    Locomotive_030T_27_La_Glaciere-Gentilly     images

                            Une 030                                                          Une 241

      pvc1-28ecc0a    loco_oe_0

                          Une Pacific 231                                                Une 230

     141tc34        La-151-TQ-puissante-imposante

 

                   Un 141 T                                                      Une 151 TC

     La prise d'eau en marche d'une locomotive à vapeur

 

  Le problème majeur rencontré pour les puissantes locomotives à vapeur telles les 241  , capables de parcourir de longues distances sans arrêts en gare , fut celui de l'approvisionnement en eau contrairement à celui du charbon dont les tenders pouvaient contenir une quantité de charbon nécessaire . La solution fut trouvé en 1866 par un ingénieur anglais , Ramsbottom . Son ingénieux procédé reposait sur la construction au milieu des rails d'un bac de 15 cm de haut et d'une longueur de 400 mètres . Lorsque la locomotive arrivait sur cette zone le mécanicien abaissait un bec situé sous la locomotive qui grâce la vitesse écopait l'eau comme le feront plus tard les Canadairs pour se ravitailler en eau en plein vol . On peut voir dans le film " La bête humaine " de Jean Renoir , Jean Gabin , le mécanicien de la locomotive à vapeur effectuer les manœuvres de cette prise d'eau pendant la marche de son train . 

 

      imagesCAJO077E     sans-titre   Capture

 

         sd     

 

        Histoire de la locomotive à vapeur 230 G 353

 

  La 230 G 353 (ex 4353 du P.O.) construite aux ateliers des Batignolles en 1922 , lourde de ses 4,2 tonnes de charbon , elle est classée Monument Historique en 1987 . Elle fait partie de la collection gérée par convention par la Cité du Train de Mulhouse. Pour sa présentation à Paris, SNCF et la Cité du Train ont confié à l’association APPMF (Association Pour la Préservation du Patrimoine et des Métiers Ferroviaires) crée par un ancien mécanicien de la SNCF , la réalisation des travaux de remontage et de remise en peinture de cette locomotive aux ateliers d'Epernay . Ces machines robustes et fiables, sont faites pour la remorque des trains de voyageurs, express, omnibus et des trains de marchandises. Elles pouvaient emmener des trains de 400 à 500 tonnes à la vitesse de 90 à 100 km/h selon la dureté du profil. Elles craignent cependant les fortes rampes (supérieures à 25 pour 1000) car l'adhérence n'est pas leur point fort. Elles accomplirent tout au long de leur carrière qui s'acheva en 1970, un excellent service . Son dépôt fut celui de Noisy-le-Sec , puis Paris La Villette jusqu'à son retrait du service . Les photos ci-dessous m'ont aimablement été envoyées par un parent , ancien mécanicien à SNCF , qu'il en soit grandement remercié . 

   depôt Noisy 04        10      Gretz 30

       Dépôt de Noisy-le-Sec                       230 G 353 tractant d'un rapide . 

                          1633768059_B972405607Z

                                 La 230 G 353 au dépôt d'Epernay 

  Surnommée affectueusement ,  “ la zézette ” par Jean d’Ormesson , elle débute en 1974 sa  « carrière » de star de cinéma dans un film resté dans les mémoires : Le Crime de l’Orient-Express, du Britannique Sydney Lumet , tourné près de Pontarleir . Suivront , Monsieur Klein, La vie parisienne , Vipère au poing , La rage de Paris 1938 et Le sang des autres . elle fut aussi utilisée par les associations de passionnés du rail , pour des circuits touristiques autour de Paris, sur la petite ceinture où elle parcouru  plus de 15.000 kilomètres pour le plaisir de 40 000 voyageurs . Elle fut la seule locomotive à vapeur autorisée à circuler sur le réseau  SNCF . Suite à une gave avarie de chaudière en 1999 elle sera définitivement hors service !

                images         sans-titre          imagesCA5EOI11  

     fgh     imagesCA8BR2W2

                                                    La 230 G 353 sur la " Petite Ceinture " 

   Mais l’histoire n’est toujours pas terminée. Lionel Henoch veut, en effet, la voir reprendre à nouveau du service . Dès la fin de l’exposition , la locomotive sera donc à nouveau entre les mains de passionnés de la vapeur du dépôt d'Epernay qui tenteront de la «  remettre en chauffe  » , quinze ans après l’avarie de chaudière qui a mis fin à sa deuxième vie .

   

                                                          La 230 G 353  en Gare de l'Est 

    Ne manquez de vous rendre à la magnifique exposition " L'Orient-Express " qui se tient à l'Institut du monde arabe et d'aller admirer l'imposante 230 G 353 , en espérant qu'elle pourra de bientôt circuler sur les voies de la SNCF . 

                                                              

 

 

 

 

 

 

                                                                           

 

   

          

 

 

 

 

 

 

  

     

    

                   

                          

                  

Posté par jacauber à 14:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]

01 avril 2014

SAINT-FRANÇOIS XAVIER

         

 

Capture   ob_06b395_eglise-saint-francois-xavier

                                                         Église Saint-François Xavier 

  Partons aujourd'hui à la découverte de l'histoire de cette magnifique église bien peu connue des parisiens . C'est  l'église de la paroisse « Saint-François Xavier-des-Missions-Étrangères » dont Mgr Patrick Chauvet est l'actuel curé . Saint-François Xavier-des-Missions-Étrangères existe en tant que paroisse depuis 1842 . Avant la construction de l'église , son lieu de culte était l'actuelle la chapelle des missions étrangères de Paris située rue du Bac.

   Église Saint-François-Xavier 

   Cette église se trouve située 12 , Place Du Président Mithouard dans le VIIème arrondissement .  L'église a été construite entre 1861 et 1874 par Adrien Lusson , puis à la mort de dernier en 1864 par Joseph Uchard . Comme l’église de La Trinité elle possède une façade inspirée de la Renaissance italienne . L'église fut achevée en 1873 (à l'exception de sa décoration intérieure), ouverte au culte en 1874 et consacrée le 23 mai 1894 . 

                                800px-Paris_St_francois-xavier

                                    Chevet de l'église Saint-François-Xavier 

      Le fronton de la façade 

                  SFX08

                              Fronton de la façade de l'église Saint-François Xavier

  Le fronton de la façade représente Saint-François Xavier baptisant les habitants de l'Inde et du Japon œuvre du sculpteur Gabriel-Jules Thomas .

      Saint-François Xavier 

    Sixième enfant de Jean de Jassi, famille de grande noblesse et de petites ressources , il naît en 1506, au château de Xavier près de Pampelune . Il quitte la Navarre pour faire ses études à l'Université de Paris. Il conquiert brillamment ses grades et reçoit une chaire au Collège de Beauvais. A Paris, il partage sa chambre avec un étrange étudiant, âgé de 40 ans, Ignace de Loyola . Au début , François-Xavier supporte mal celui que la pauvreté oblige à résider avec lui . Longtemps il résiste à l'ardeur évangélique de ce nouveau converti, homme de feu , qui répète: « Que sert à l’homme de gagner l’univers, s’il vient à perdre son âme ? » . Conquis, lui aussi, ils prononcent ensemble des vœux, le 15 août 1534 et fondent la Compagnie de Jésus au Martyrium de Montmartre à Pais . Ses membres seront appelés les Jésuites .  

    imagesCAIHWJ20   Regimini_militantis_Ecclesiae

            Ignace de Loyola                                                    Ignace de Loyola et le pape Jules III

  Lorsque le Pape demande des missionnaires pour l'Inde, François Xavier dit simplement: "Eh bien, me voici!" En 1541, il part pour Goa, ville portugaise, qu’il ramène à la Foi. Pendant une dizaine d'années, il travaille à la conversion des Paravers , pêcheurs de perles , près de Ceylan . Son ardeur et les nombreux miracles ont un succès extraordinaire . Pour porter plus loin l’Évangile, il s’adresse plus difficilement aux Musulmans des îles Moluques , puis fonde les premières communautés chrétiennes au Japon . Son désir de faire connaître Jésus-Christ est si grand qu'il projette d'aller en Chine , mais il meurt , le 2 décembre, à l’île Sancian , en vue de la côte chinoise . Canonisé en 1622 , il est avec Sainte Thérèse de Lisieux le patron des missions .

     saint_ignace_de_loyola_et_saint_francois_xavier       15-St-François-Xavier-tableau-14        xavier3

 

                               Body_of_Saint-François_Xavier_Goa_India

             Châsse de Saint-François Xavier à la basilique du Bon-Jésus à  Goa 

        Eglise Saint-François Xavier 

   A partir de Napoléon III , la technique de construction des églises a changé : on construisait une ossature métallique masquée par un revêtement en pierre. Cette pratique avait un triple avantage : l'édifice était très solide , la construction se faisait vite et ne coûtait pas très cher . L'église Saint-François Xavier suit ce nouveau concept . Parmi les 130 églises de Paris, Saint-François Xavier est l'une des plus belles . A la fin du XIXe siècle, elle était aussi l'une des plus riches car de nombreuses donations sont venues accroître son patrimoine en œuvres de grands maîtres , parmi lesquels ont peu citer : Le Tintoret ( " La Cène " conservée dans la sacristie des mariages ) , Lubin Baugin , Henri Lerolle et Benedetto Gennari le Jeune , Pinta , Lucas Giordano et Louis Flachéron .

     800PX-~1              SFX17 

                       La Cène - Le Tintoret                                        Mort de Joseh - Pinta 

     La-Deposition-de-Croix     communion-des-apotres

          Déposition de Croix - Joseph de Ribeira                     Communion des Apôtres - Henri Lerolle 

  Au-dessus du chœur, dans le tympan de l’arcade, une peinture de Romain Cazes commandée en 1874 représente Saint-François Xavier présentant à Jésus-Christ les peuples qu’il a convertis . A gauche , Saint-François Xavier est vêtu d’une soutane recouverte d’un surplis blanc . A droite, quatre personnages -deux asiatiques et deux indiens- composent le groupe des nouveaux fidèles . Sur l’autel originel placé au fonds du chœur, un bas-relief en marbre d’Alfred Lenoir représente la mort solitaire de Saint-François Xavier, survenue sur une plage du Japon, aux portes de la Chine, en 1552 .

                   SFX11

       P1250642   b83f7449ad

                                                       Chœur de Saint-Françoix Xavier 

      P1250693      P1250694

                                                                Saint-Françoix Xavier 

   Parmi les nombreuses chapelles de l'église deux ont retenu tout particulièrement mon intention : La Chapelle des morts des deux guerres mondiales et celle de celle du Sacré-Cœur qui renferme la châsse de la sœur Madeleine-Sophie Barat béatifiée par Pie X, le 24 mai 1908, puis canonisée par Pie XI , le 24 mai 1925 . Elle fonda le 21 novembre 1800 la Société du Sacré-Cœur de Jésus dont l'objet était de développer l'enseignement pour les jeunes filles . Le siège de cette congrégation est occupé aujourd'hui par le musée Rodin . 

   La chapelle des morts 

   Souvenir-de-leglise-chapelle-des-morts     Chapelle_des_defunts-2

   P1250645     P1250646

                                                             Chapelle des morts - Henri Pinta

   La chapelle du Sacré-Cœur 

   P1250677    P1250667

   P1250662    P1250661

                    La chapelle du Sacré-Cœur  -  Châsse de Sainte Madeleine-Sophie Barat 

   Les Vitraux 

   Deux vitraux de style modernes de Marcelle Lecamp ornent l'église Saint-François Xavier : Sainte-Thérèse et Saint-Vincent de Paul datant de 1959 . 

                         P1250725              SFX22

                                 Sainte-Thérèse                      Saint-Vincent de Paul 

     Les grandes orgues 

   Les grandes orgues sont Installés sur une large et spacieuse tribune de pierre dressant une silhouette imposante et très découpée par les saillies des dômes de ses grandes tourelles . L'instrument qui date de 1878 a été construit dans le système tubulaire inventé dès 1866 par le facteur Jacques Fermis . En 1923, MM. Gonzales et Ephrème , appelés à le restaurer, ont revu l'harmonie , étendu à l'instrument tout entier un système tubulaire perfectionné , enfermé les jeux du positif dans une boîte expressive , et apporté diverses améliorations dans le tirage des registres et la disposition des pédales de combinaisons . Cette orgue compte 58 jeux, dont 31 expressifs. Le catalogue de la Maison Cavaillé-Coll indique une intervention de celle-ci effectuée en 1890. Le nombre des jeux qu'indique ce catalogue est cependant identique à celui que nous donne Félix Raugel . Depuis l'orgue a été revu en 1957 par le facteur Müller avant d'avoir été complètement reconstruit en 1993 par Bernard Dargassies. A cette occasion l'instrument fut électrifié et l'ancienne console remplacé par une nouvelle (dans le style américain), dotée de claviers de 61 notes et d'un pédalier de 32 notes .

       P1250678    mmm_orgue_console1

                                                Grandes orgues de Saint-François Xavier

     L'enfant Jésus de Prague 

   Une statue de l’Enfant Jésus de Prague offerte par Mme Marie Chatardova , a été inaugurée en l’église Saint-François-Xavier, à Paris, le dimanche 10 février 2013 . Elle se trouve dans la chapelle Sainte-Thérèse .  L’Enfant Jésus de Prague est l’objet d’une dévotion très populaire dans le monde et tout particulièrement à Prague et attire des millions de pèlerins . La statuette de l’Enfant Jésus en cire, revêtue de tenues brodées par des fidèles en signe d’action de grâce, serait originaire d’Espagne. Apportée à Prague en 1620, elle a été offerte aux Carmélites .  Elle a servi de support à la dévotion envers l’enfance du Christ et a été accompagnée de nombreux faits miraculeux .

        P1250726     P1250732

                                               Statue de l'Enfant-Jésus de Prague 

                              954510_878850_IMG_2740

                                 Monseigneur Chauvet lors de l'intallation de l'Enfant Jésus de Prague 

  Surtout ne manquez pas d'aller visiter cette magnifique église de Paris lors de l'une de vos prochaines promenades dans Paris . Vous pourrez en profiter pour vous rendre au musée Rodin qui se trouve dans le même quartier . Vous pourrez y admirer l'ancienne chapelle de la Congrégation du Sacré-Cœur magnifiquement restaurée et qui abrite des expositions temporaires .  Une bonne journée en perspective !!! 

   

 

Posté par jacauber à 11:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 mars 2014

CITÉ GRISET

   

   Capture      P1240401

                                                                            La Cité Griset 

 

  Découvrons ensemble la passionnante histoire de la Cité Griset , vestige du patrimoine industriel de Paris , remarquablement bien restauré , se trouvant situé ente le 125 rue Oberkampf et la rue Moret dans le XIème arrondissement . 

      P1240413    P1240417     P1240477

                                          Usine Griset vue de la Rue Oberkamf

     P1240485       P1240490      8b6aa3363cf50b6

                            Usine Griset vue de la rue Moret

                          Capture

                                                 Usine Griset 

      La Rue Oberkampf 

   C'était uncien chemin raide et escarpé , conduisant au village de " Mesnil-Maudan " appelé aujourd'hui Ménilmontant  , dont la pente ne fut adoucie qu'en 1782 . Cette rue s'appelait au milieu du XVIIème siècle , chemin de Mesnil-Maudant ou de Ménil-Mautemps entre le boulevard des Filles du Calvaire et de la rue de la Folie-Méricourt  . Elle portait le nom d'un échevin nommé Chapus entre les rues Amelot et de la Folie-Méricourt . Elle se prolongeait entre la rue de Saint-Maur et la rue de la Folie-Méricourt par la rue de la Roulette , nom donné car un bureau de l'Octroi monté sur roues qui était situé au carrefour de la rue de la rue de la Folie-Méricourt . Puis , de la rue Saint-Maur au boulevard de Ménilmontant , par la rue de la Haute-Borne . Ces trois rues fusionnèrent pour donner le nom de Ménilmontant en 1806 . En 1864 elle prit le nom de rue Oberkampf , du nom du manufacturier Guillaume Oberkampf ( 1738-1815 ) qui créa la célèbre " Toile de Jouy " ( étoffe de coton dite "  indienne " sur laquelle sont représentés des personnages avec décors ou des paysages ) dans sa manufacture de Jouy-en-Josas près de Paris  . 

       la-manufacture-de-jouy          toile Christophe-Philippe-Oberkampf-and-family-in-front-of-his-factory-at-Jouy-1803-xx-Louis-Leopold-Boilly         rc3a9mouleur-toile-de-jouy-ensemble

  Manufacture de Jouy en Josas        Guillaume Oberkampf                  Toile de Jouy 

       La Cité Griset  

   En 1760, Antoine Griset insatlle dans une impasse située 125 rue Oberkampf un atelier de fonderie de métaux précieux pour l’orfèvrerie . Dès la fin du XVIIIème siècle, son fils, Antoine Alexandre, met en service les premiers laminoirs à bandes mus soit à bras d’homme soit au moyen d’un manège que fait tourner un cheval. Commence alors une saga familiale de 8 générations marquant l’histoire industrielle du laminage . Début du XIXème siècle , la socité Griset lamine la plaque de platine dont fut tiré le mètre-étalon que l'on peut encore voir de nos au musée des Arts-et-Métiers à Paris . Au milieu du XIXième siècle, l'entreprise Griset dispose de 17 laminoirs actionnés par une machine à vapeur . Monsieur Griset obtient la médaille d’or à l’exposition universelle de 1878, à la fin du XIXème siècle , l'entreprise Griset est la première à laminer de l’aluminium . 

  images   historique1   3il_M7EFaSPzPyKBqQ5FD_5vCZ4

      Antoine Griset                   Laminoir à  main                  Mètre Etalon - Musée des Arts-et-Métiers

 Trop à l'étroit rue Oberkampf , la société Griset qui employait 150 personnes , décide de s'implanter à Aubervilliers , rue Réchossière de 1919 à 1920, dans le but d'augmenter le potentiel productif de son site . L'usine d'Aubervilliers est dès son origine dotée d'un puissant matériel nouveau de laminage et elle est équipée également d'un atelier de fonderie de cuivre et d'aluminium qui assurera la fabrication des ébauches jusqu'en 1953. Elle emploie 240 personnes dans son site d'Aubervilliers . La société Griset créé "Griset Engineering " qui développe , construit, installe et met en service laminoirs, cisailles, fours,... dans le monde entier . En 1985 , la société Griset développe un nouveau procédé d'obtention de bandes double épaisseur, par estampage-laminage , pour le marché de l'électronique .

            unnamed (1)     unnamed     Griset

               Usine Griset rue Réchossière à Aubervilers         Vestiges de l'usine Griset en 2011

   Je remercie Monsieur Claude Fath , historien d'Aubervillers , qui  m'a gentiment envoyé ces deux anciennes photos de l'usine Griset implantée à Aubervilliers . Ne manquez de vous rendre sur son remarquable site concernant les plaques commémoratives . Cette usine fermera en 1997 afin de regrouper toutes ses activités à Villers-Saint-Paul , une commune industrielle de l'Oise. La société Griset effectue désormais toutes les étapes de la transformation du cuivre, du laiton et du bronze , de la fonderie jusqu'au laminage et à la finition . En 1997, le groupe allemand Diehl achète la société Griset . En 2012 , " Bavaria Industriekapital AG " devient l'unique actionnaire et partenaire de Griset .

          fig03      engineering05      fig04

                                               Usine Griset à Villiers-Saint-Paul 

    Ne manquez pas de venir découvrir , à l'occasion de l'une de vos prochaines promenades , cette étonnante Cité Griset vestige du patrimoine industriel de Paris encore visible de nos jours . 

     

                                                                                                 

 

 

 

 

 

 

Posté par jacauber à 10:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 février 2014

MAGASINS DES DÉCORS DE L'OPÉRA

 

                            DFG

 

                           

                           P1240066

                                        Magasins des décors de l'Opéra boulevard Berthier 

 

  Découvrons ensemble la passionnante histtoire des magasins des décors de l'Opéra de Paris qui de trouve au 35 du boulevard Berthier , non loin de porte de Clichy . Bien peu de parisiens qui utilisent régulièrement les " boulevards des Maréchaux " connaissent l'utilisation de ces imposants bâtiments austères qu'ils longent chaque jour sans vraiment les voir ! 

      Les anciens magasins des décors de l'Opéra 

   A l'origine ces magasins se trouvaient rue Richier dans le IXème arrondissement . Le 6 janvier 1894 un terrible incendie ravage les entrepôts où étaient entreposés les décors de l'Opéra et de l'Opéra Comique de Paris . Ces entrepôts avaient déjà connu un incendie de moindre importance . Situé au cœur d'un quartier densément peuplé , ces entrepôts constituent un réel danger pour les tous habitants du quartier . Charles Garnier s'était plaint plusieurs du manque de place pour entreposer les décors de l'opéra . 

                             lillustration-52-2655-samedi-13-janvier-1894

                       Incendie des entrepôts des décors de l'Opéra rue Richier 

  L'opinion et les médias accusent un manque de professionnalisme des pompiers. Ce manque de professionnalisme n'est pas de leur faute, mais plutôt de la faute de l'état, qui en réduisant la durée du service à dix huit mois, se privent des pompiers expérimentés et les remplacent par des conscrits d'une grande inexpérience. Malgré leur bon vouloir, ceux-ci ne sont pas formés pour affronter les incendies et s'exposent inutilement à de graves dangers en essayant de sauver les autres . Dès le 25 janvier 1894 le déplacement des ateliers et des entrepôts est décidé . 

     Le nouveau magasins des décors de l'Opéra 

   Le Ministère de la Guerre met à la disposition de l'Opéra deux terrains appartenant à la défense de Paris afin d'y entreposer leurs décors , les bastions 44 et 45 des anciennes fortifications de Thiers . Le bastion 44  est alloué à l'opéra et le bastion 45  celui de l'opéra comique . C'est à Charles Garnier , l'architecte de l'opéra , qu'est confié la tâche de construire ces deux nouveaux entrepôts . Choix judicieux car d'une part il ne coûte rien et le lieu est loin de toute habitation et réduit les risques d'incendies . La construction s'étalera de 1895 à 1898 . L'endroit convient bien au personnel de ces entrepôts car il est desservi par le tramway d'Asnières qui a son terminus à l'Opéra . Seul problème , et pas des moindres , il faut compter deux heures pour acheminer les décors d'un sens comme dans l'autre . Les travaux de clôture seront terminés en 1901 . De l'ancien bastion de l'enciente fortifiée il ne restera que qu'un mur et un talus herbeux . C'est avec  " Poterne des Peupliers " près de la porte de Gentilly et la porte d'Italie et le bastion n°1 est situé en contrebas du boulevard Poniatowski près de la porte de Bercy les derniers vestiges de l'enceinte de Thiers encore visible de nos jours . Ils sont tous trois inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques .

        30442605        P1240070         DSC03765 (Large) (Custom)

                                 Bastion 44 de l'enceinte fortifiée de Thiers 

        DSC03768 (Large) (Custom)        fortifsdephs2         30500557

                  Bastion 44                                Bastion n°1               " Poterne des Peupliers "

             Les magasins des décors de l'Opéra

   Le bâtiment central comprend une menuiserie et deux ateliers de peinture et au fond une plate-forme surélevée destinée aux tapisseries à laquelle est adjointe deux ateliers fermés et chauffés pour les couturières . Les deux bâtiments sont réservés au stockages des décors remarquablement protégés par d'éventuels départ de feu . Le bâtiment de droite abrite les des râteliers servant à accueillir les grandes toiles de fond de l'Opéra . Des bâtiments en ciment ont été rajouter en 1958 à l'arrière des bâtiments latéraux . Les ateliers construits par Charles Garnier ont été inscrits en 1990 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques . Le bâtiment central abrite toujours les ateliers de décors de l'Opéra , démonstration de sa parfaite adaptation à sa fonction , même de nos jours .

              P1240051         P1240052         P1240054

     

              P1240057         ateliers_decors_opera_interieur         transport-toile_1902

 

              IMG_20130919_145551         CIMG5259         P1240063

                                              Les magasins des décors de l'Opéra de Paris 

 

        Le deuxième théâtre de l'Odéon 

  En 1999 le ministère de la Culture à autoriser L'Odéon-Théâtre de l'Europe à installer ses propres ateliers et une salle de répétition dans les bâtiments de gauche qui n'étaient plus utilisés . En 2003 en raison des travaux que connaissait le théâtre de L'Odéon situé dans le VIème , l'Odéon s'est installé dans les bâtiments de droite . En 2005 naissait officiellement l'Odéon-Théâtre de l'Europe . Cette transformation, qui devait donc être temporaire , a été opérée par les soins de l'architecte Jean-Loup Roubert . L'extérieur du bâtiment, mis à part la vitre d'entrée sertie d'acier, l'auvent métallique et le néon rouge qui signale la salle, n'a pas été touché. Sans perdre le caractère industriel du lieu, l'accueil a été installé dans l'extension des années 50, la salle dans le bâtiment Garnier.

              P1240046

        P1240047      P1240048      3_ill_2

                                                L'Odéon-Théâtre de l'Europe 

     Le décor de l'accueil est un mobilier simple , en contre plaqué, glissé avec douceur entre les voiles de béton de 10m de hauteur qui séparent les cases de stockage . Des dais, en contre plaqué également, dessinent des niches chaleureuses au pied des cases . Luminaires et systèmes de chauffe ont été suspendus, pour un démontage facile . Des sas ont été créés entre accueil et salle , dans les embrasures des accès décors . La salle constitue un seul volume , les cases à décor ayant été démolies pour libérer l'espace . De grandes poutres métalliques reprennent l'effort des porteurs centraux supprimés . La verrière est occultée par des panneaux aisément démontables. Sols et murs ont été laissés en l'état et gardent l'empreinte de leur utilisation passée . La mobilité des gradins autorise toutes les configurations scène/salle possibles . Les loges sont installées dans une boite accrochée en hauteur, seul relief créé dans le volume de la salle . 

         phedre 00           818a2b91cdbb0e38c4c4b5f08ee949b7             L-Odeon-fete-les-30-ans-du-Theatre-de-l-Europe-le-12-novembre-prochain_portrait_w532

    La salle a été inaugurée en janvier 2003 avec Phèdre de Jean Racine, mis en scène par Patrice Chéreau . L'entrée du théâtre se trouve à l'angle du boulevard Berthier et du numéro 1 de la rue André Suares . De nombreux spectacles sont à l'affiche avec une programmation très très éclectique . Ne manquez pas d'aller découvrir cette nouvelle salle de spectacle et de passer une bonne soirée au théâtre .

  ( Ref. Odéon-Magazine.

 

 

    

 

 

Posté par jacauber à 10:24 - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 février 2014

MARTYRIUM DE MONTMARTRE

 

                                                        

                 Capture

                                                         Rue Yvonne Le Tac

 

   Loin du Montmartre traditionnel pour touriste , avec son Sacré-Cœur et sa place du Tertre , je vous propose de découvrir l'histoire du Martyrium  de Montmartre situé au 9 de la rue Yvonne Le Tac ( anciennement rue Antoinette ) près de la place des Abbesses . C'est un lieu méconnu qui est pourtant intimement lié à l'histoire de Montmartre.

        La rue Yvonne Le Tac ( ancienne rue Antoinette ) 

   La rue Antoinette , ouverte en 1840 , sur une partie de l'emplacement de l'abbaye des Dames de Montmartre, dont l'entrée se trouvait au numéro 23  , s'est appelée jusqu'en 1879 rue Marie-Antoinette , prénom de la femme de l'un des propriétaires du lieu . Cette rue relie la rue des Trois-Frères à la place des Abbesses et à la rue La Vieuville . Un arrêté du 27 février 1968 la renomma rue Yvonne Le Tac  pour honorer la mémoire d'Yvonne Le Tac (1882-1957) résistante et déportée à Ravensbrück et Auschwitz-Birkenau . Yvonne Le Tac était institutrice et directrice de l'école des filles située au n° 7 de la rue qui porte désormais son nom  .

       P1230791         montmartre_0709_martyrium         P1230793

                                      Rue Yvonne Le Tac                                         Entrée du Martyrium 

 

      Le Martyrium de Montmartre

   La Butte Montmartre, longtemps considérée comme la " Butte Sacrée " est une colline s'élevant à 100 mètres au dessus du niveau de la Seine et à 127 m d'altitude . Selon certains historiens , comme Pillement, elle était autrefois occupée par un temple du Dieu Mars (Mons Martis) et était, étymologiquement le "Mont Martial de Paris". . D'autres , plus tard , en ont fait le théâtre du martyre de Saint-Denis , premier évêque de Paris, vers 250, et son nom a été transformé, sous l'influence de l'église chrétienne, en Mons Martyrum, le "Mont du Martyre". Un temple dédié au Dieu Mercure avait également été construit sur la butte Montmartre . 

              temples-de-mars-et-de-mercure-c3a0-montmartre3

                                       Butte Montamrtre - Temples de Mars et de Mercure 

   La Chapelle des Martyrs ou Sanctum Martyrium, située à mi hauteur de la butte sur l'emplacement d'un ancien "champ des morts", un cimetière de chrétiens persécutés . Ce lieu accueillit d'abord  les ossements de martyrs chrétiens, déposés dans une carrière de gypse désaffectée. Au IXe siècle , une chapelle fut adjointe à ce cimetière au IXème siècle , elle devint des siècles durant un lieu de pèlerinage , refaite en 1134 elle comportait une crypte à laquelle on accédait par un escalier de quinze marches puis un autre escalier de 45 marches, à l'époque déjà effondré, qui menait, disait-on , à un temple romain dédié à Mercure devant lequel Saint Denis fut décapité . En 1133 le Roi Louis VI sous l'influence de sa femme , Adélaïde de Savoie , décida de faire construire à l'emplacement du Sanctum Martyrium un monastère de femmes qui fut occupé jusqu'à la Révolution par l'Ordre des Bénédictines .

       Abbaye_de_Montmartre_plan_du_XVIIe_siecle_01_max       06%20Abbaye%20des%20dames      Yvonne_Le_Tac_rue_5-7_Chapelle_des_Martyrs_par_Israel_Silvestre_41_max

                                                 

                                Grange_Bateliere_&_Porcherons_(Truschet)

                                                      Abbaye de Montmartre                                              

    C’est dans cette chapelle que Ignace de Loyola (1491-1556) et ses compagnons posèrent le premier acte de constitution de la Compagnie de Jésus le 15 août 1534 fondement de l'ordre des Jésuites dont le Pape actuel , François fait parti . Loyola avec ses ses compagnons : le savoyard Pierre Favre , le gentilhomme navarrais François Xavier qu'il avait connu au Collège Sainte-Barbe , Simon Rodriguez , deux anciens étudiants d'Alcala Jacques Laynez et Alphonse Salmeron, un autre Espagnol Nicolas Alonso de Bobadilla, se rend dans la petite chapelle des Martyrs et, après que Pierre Favre , le seule prêtre du groupe ait célébré la messe décide de prêter serment et de fonder l'ordre de la Société de Jésus 

       ignace           Loyola Martyrium           P1050929

             Ignace de Loyola              Création de la Société de Jésus                   François Xavier 

     Voici les vœux qu'ils promulguèrent : " Voeu de pauvreté, de chasteté et de s'embarquer pour Jérusalem ou en quelque pays du monde que ce soit , chez les fidèles et les infidèles et au retour de se consacrer, avec l'aide de Dieu au salut des infidèles non moins qu'à celui des fidèles par la prédication, l'éducation, la confession et l'administration de l'Eucharistie sans recevoir aucune rémunération " . Le Pape Paul III reconnut en 1540, par une Bulle, cet ordre sous le nom de Compagnie de Jésus . Saint Ignace fut canonisé par Grégoire XV le 12 mars 1622. Une église, bâtie en 1855, dans le VIème arrondissement, lui est dédiée , dans l'enceinte d'Etudes des Pères Jésuites . 

         525px-Paul_III_Titien_after_1546              eglise_st-francpos-xavier

               Pape  Paul III                                        Eglise Saint - François Xavier 

    La chapelle, endommagée lors du siège de Paris par Henri IV en 1590 fut rebâtie en 1611 , et au cours des travaux on retrouva un caveau attribué à la tombe de Saint Denis . La Révolution de 1789 entraîna la vente de tous les biens religieux , et la chapelle fut rasée. La plupart des pierres de l'Abbaye de Montmartre et de la chapelle , servirent pour consolider les maisons de la Butte . En 1824, on rechercha en vain l'emplacement de la chapelle du Martyrium. A l'endroit présumé fut élevé en 1869 un oratoire en bois puis en 1887 on édifia une nouvelle chapelle voûtée d'ogives au-dessus d'une crypte . En 1824, on rechercha en vain l'emplacement de la chapelle du Martyrium. A l'endroit présumé fut élevé en 1869 un oratoire en bois puis en 1887 on édifia une nouvelle chapelle voûtée d'ogives au-dessus d'une crypte .

        M       37009065

                                                          Crypte du Martyrium 

   En 1840, l’abbé Le Rebours, curé de la Madeleine et le jésuite Tournesac, s’aidant de plans anciens, retrouvèrent l’emplacement de la crypte . A l'endroit présumé fut élevé en 1869 un oratoire en bois puis en 1887 on édifia une nouvelle chapelle voûtée d'ogives au-dessus d'une crypte . le pèlerinage fut relancé et deux ans plus tard , les soeurs auxiliatrices s’installèrent sur les lieux . Finalement, en 1982, lorsque leurs anciens locaux furent achetés par la ville et annexés au collège Yvonne Le Tac, l’animation de la crypte fut confiée à une Association du Martyrium, créée à cet effet .

                            P1230794

 

    Si vous désirez visiter la la chapelle et la crypte du Martyrum de Saint-Denis , sachez qu'elle n'est ouverte que le vendredi de 15 à 18 heures et les premiers samedi et dimanche du mois aux même horaires . Pour plus de renseignements je vous conseille de téléphoner au 01 42 23 48 94 . A l'occasion  de Saint Ignace ( 31 juillet ) et de Saint Denis ( 9 octobre ) une messe est dite dans la crypte du Martyrium . Ne manquez pas , lors de l'une de vos prochaine promenade à Montmartre d'aller visiter cette crypte , elle en , vaut largement la peine ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       

                              

                                               

 

Posté par jacauber à 10:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 janvier 2014

LES RUES DU XIXème ARRONDISSEMENT

 

     dico-xixe3         Capture

 

                                                 LES VOIES DU XIXème ARRONDISSEMENT 

                                

                     6303179462_6971057c88_o

                                             Le Pont-Levant de la rue de Crimée

 

 

          Les voies du XIXème arrondissement 

   Le dictionnaire des rues du XIXe a été réalisé par Jeannine et Alain Vedovato , membres du Conservatoire Historique du XIXe arrondissement ( C.H.E.R 19 ) . Pendant que madame Jeannine Vedovato rassemblait photos documentaires et l’historique des voies, Monsieur Alain Vedovato arpentait et photographiait l’ensemble des 400 rues afin d’y ajouter une iconographie actualisée en le complétant avec les voies nouvelles des quartiers de l’arrondissement en pleine transformation. Rues , impasses , cours, Villas, avenues et Boulevards, l’ouvrage fait un inventaire complet et actualisé en images et dans le texte de l’incroyable diversité des voies du 19e, cet arrondissement à la topographie si contrastée.

   Le dictionnaire est complété par plusieurs chapitres racontant l’histoire et les lieux d’intérêts des différents quartiers. Un travail au long cours qui en font un ouvrage passionnant et abouti . Vous trouverez les modalités d'achat et de paiement de cet ouvrage sur le site de " La Ville des Gens " ( ouvrir le lien ci-contre ) . 

  Que vous soyez ou non habitant de cet arrondissement , bien mal connu et aux mille facettes , Je vous encourage à vous procurez ce remarquable ouvrage , fruit de plusieurs années de travail . 

Posté par jacauber à 18:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]

MEILLEURS VŒUX

 

                     6292527d

 

                                               BONNE ANNÉE 2014

             

  Chers lecteurs et lectrices du " Piéton de Paris " je vous présente mes meilleurs vœux pour cette année nouvelle et je vous remercie de votre fidélité . Que 2014 vous apporte à tous joies , bonheur et surtout la santé , le bien le plus précieux sans qui rien n'est possible . J'espère vous faire découvrir , cette année encore , des lieux insolites et plein de charmes comme Paris en recèle encore et qui , hélas , se font de plus en plus rares . J'espère surtout vous donner l'envie à votre tour de devenir des "piétons de Paris" !!!

Posté par jacauber à 06:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 décembre 2013

LE PASSAGE SAINTE-FOY

  

                          P1220626           

                                                                 Passage Sainte-Foy  

   C'est un bien curieux passage situé près de la Porte Saint-Denis que je me propose de vous faire découvrir . Ce passage d'une longueur de 78 m. et d'une largeur de 1.45 m. commence au 263 de la rue Saint-Denis et il finit au 14 de la rue Sainte-Foy . Cette voie privée , ex-passage Sainte-Marguerite , a été reconstruit en 1813 , par un sieur Aubert dont elle porta le nom jusqu'en 1873 , date à laquelle il reçut son nom actuel . Il débute dans les deux cas par des portes d'immeubles. Il traverse les immeubles de façon rectiligne, sauf au débouché de la rue Sainte-Foy où il oblique légèrement vers le nord . La particularité de ce passage est la présence d'un escalier étroit de 13 marches qui correspond à la dénivellation entre le chemin de ronde intérieur et la levée de terre du rempart de l'ancienne enceinte de Charles V érigé en 1367 , dont la rue Sainte-Foy occupait le sommet avant sa démolition .

               passage ste foy 1a        DSC06937       DSC06934    

                                                                                

               DSC06928       DSC06933      DSC06935

                                                                Passage Sainte-Foy

 L'enceinte de Charles V , construite de 1356 à 1383 , est une des sept grandes enceintes ayant chronologiquement entouré Paris . Elle remplace sur la rive droite celle de Philippe Auguste . Dans les années 1640 , sa partie occidentale fut élargie à l'enceinte de Louis XIII , les restes intégrés furent démolis . Cette nouvelle enceinte fut à son tour détruite à partir des années 1670 , laissant la place aux Grands Boulevards . Il n'en demeure aujourd'hui que peu de vestiges .

                                            

                                    43629159

                                                                 Enceinte de Charles V

 Ne manquez pas d'aller visiter ce curieux passage lors de l'une vos prochaines promenades . Toutefois si vous avez l'intention de prendre quelques photos soyez prudents car ce passage est un lieu de prostitution et les " petites dames " n'aiment guère les photographes !!! 

   Sainte-Foy

    La vie de Sainte Foy est contée dans un poème occitan du XIIe siècle , la Chanson de Sainte Foy . Pendant l’occupation romaine , les persécutions contre les chrétiens sont particulièrement importantes à la fin du IIIème siècle. A Agen, c’est à cette période que naît Foy (Fides) qui appartenait à une très riche famille gallo-romaine . Elle avait été instruite des vérités de la foi par sa nourrice qui lui inspire l’amour de Jésus-Christ . Elle reçoit le baptême, puis mène une vie exemplaire, aidant les plus pauvres. La légende veut que ce soit son père qui la dénonça à Dacien, proconsul romain, qui la fit paraître à son tribunal qui l'a condamna à mort . Après avoir vainement essayé de la brûler vive, on la décapita à l'âge de 13 ans le 6 octobre 303.

     Foy             Conques_JPG02           majeste-sainte-foy

      Martyre de Sainte-Foy                  Abbaye de Conques                        Sainte-Foy

    Le nom de Foy est associé à celui de Caprais et bien d’autres jeunes chrétiens qui , proclamant leur foi en Dieu en opposition aux croyances des occupants romain s, sont mis à mort . Le corps de sainte Foy fut enseveli à Agen dans la petite église du Martrou (lieu du martyre en langue d’oc) puis au XIème siècle ses reliques furent transférées à Conques où les miracles se multiplièrent . Agen conserve une partie des ossements de la sainte , toujours vénérée par les fidèles, en France et dans le monde entier.

 

Posté par jacauber à 11:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 novembre 2013

RÉPONSE DE LA PHOTO MYSTÈRE

    

                  90870414_o

                                                        La photo " mystère " 

      Cette photo a été prise à l'entrée du Parc Georges Brassens qui se trouve à coté de l'ancienne halle du marché aux chevaux de Vaugirard qui abrite chaque fin de semaine un marché aux livres d'occasion  . Il s'agit vraisemblablement du vestige d'une ancienne écurie de l'abattoir hippophagique de Vaugirard situé rue Brancion comme vous pouvez le voir sur la photos ci-dessous tout au fond . 

                  

                 abattoir_hippophagique_de_Vaugirard

                                     Abattoirs hippophagique de Vaugirard    

   Je remercie grandement tous les lecteurs et lectrices de mon blog qui ont eu la gentillesse de se prêter à ce petit jeu .                                 

Posté par jacauber à 17:19 - Commentaires [5] - Permalien [#]

26 novembre 2013

LA MAISON FANTÔME

 

                                           

                       145-rue-Lafayette-7

                                               Maison " fantôme " du 145 rue Lafayette 

   Je me propose aujourd'hui de découvrir une " maison fantôme " qui se trouve au 145 rue Lafayette . Bien peu de personnes passant devant cet immeuble , située à deux pas de la gare du Nord , se rendent compte qu'il s'agit en fait d'une maison factice !!! En vérité cet immeuble en pierre de taille , d'allure hausmanienne , n'en n'est pas une !!! La porte d'entrée ne possède aucun dispositif d'ouverture . Pas  de sonnette , ni de boîtes à lettres et aucun rideaux aux fenêtres . On croirait presque une maison hantée tout droit sortie d'un roman d'épouvante !!! Il s’agit en vérité d’une vraie fausse façade dont la RATP sert pour camoufler une grande cheminée servant à aérer et évacuer les émanation du RER B .

              rue_la_fayette

 

                                           Cheminée d'aération du RER B

        P1200853        les_fenetres_du_145_rue_la_fayette_ne_sont_jamais_eclairees_et_les_plafonds_ont_ete_remplaces_par_des_grilles_credit_photo_mcalp_fr_133017_w460        P1200858

                                                 Maison du  145 rue Lafayette 

   Construit peu après 1850 , cet immeuble de six étages a été habité pendant près d’un siècle . Son destin a basculé au début des années 1980, avec le prolongement du RER B de Châtelet-Les Halles à la gare du Nord . Le système de ventilation du tunnel de la ligne devant s’intégrer à l’architecture environnante on a donc décidé de ne conserver que la façade du bâtiment, ses balcons et ses balustrades . Les planchers séparant les étages ont été remplacés par de simples grilles que l'on peut apercevoir  au travers des vitres . la façade est noire et lézardée , des carreaux manquent à certaines fenêtres , tandis que d'autres sont troublées par la poussière. La pollution a déposé une épaisse couche noire .  Cet immeuble a d’ailleurs été squatté et la RATP a fini par verrouiller les fausses portes . Les seuls habitants de cette demeure sont les pigeons qui ne manquent pas de laisser les traces de leurs déjections !!! 

       P1200845         P1200855            5__Large___Custom____Copie

                                                  Maison du 145 rue Lafayette 

     A l'occasion de votre passage dans ce quartier ne manquez pas d'aller voir cette curieuse maison !!! 

Posté par jacauber à 10:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 octobre 2013

MA PHOTO MYSTÈRE

           

 

P1050603

 

      Pouvez vous me dire à quel endroit cette photo à été prise et que représente t'elle ? Bon courage à toutes et à tous ! Je suis sur que connaissant votre sagacité vous allez bien vite trouver la réponse ! 

 

 

 

Posté par jacauber à 08:15 - Commentaires [5] - Permalien [#]

16 octobre 2013

PASSAGE DAUPHINE

     

           sdd

                                                  Passage Dauphine 

   Nous allons partir ensemble à la découverte du passage Dauphine . Ce petit passage est très certainement un des moins connus de Paris . Ce passage ouvert en 1825 est une sorte de petit jardin pavé et orné de quelques arbres , dont un olivier et un figuier . C’est un endroit très agréable où l’on se sent hors du temps et loin de l'agitation de la ville .

                   DSC_0240-3

                                          Passage Dauphine

   Ce passage du VIème arrondissement commence au 30 de la rue Dauphine et finit au 27 de la rue Mazarine , rebaptisée rue de Thionville entre 1792 et 1814 après la Révolution française. Il est d'une longueur de 90 m et d'une largeur de 3.50 m .  Cette voie privée fut ouverte en 1825 sur l'emplacement d'un tripot de la rue Dauphine , dont le jardin s'étendait jusqu'à la rue Mazarine . le nom de " Dauphine " donné à la rue et au passage a été donné en l’honneur du dauphin, fils d’Henri IV  et futur Louis XIII . C'est un passage charmant et désuet , constitué d'une cour intérieure pavée, entourée d’immeubles tranquilles et pourvue de quelques arbres .

                P1180495     DSCN2284 (1)    260px-Passage_Dauphine

                    P1180477       P1180485   P1180475

                                                        Passage Dauphine

    Dans ce passage se trouve des vestiges du mur d'enceinte de Philippe Auguste . La rive droite fut fortifiée de 1190 à 1209 et la rive gauche de 1200 à 1215 . Au 20 du passage Dauphine se trouve un institut de langues ( Médisup ) dont l'amphithéâtre principal est construit contre un morceau appréciable de la muraille d'enceinte de Philippe Auguste .Vous demanderez à l'accueil où se trouve la salle Philippe Auguste et surtout à quelle heure cette dernière sera libre afin que vous puissiez la visiter si toutefois cela est possible . Une autre particularité intéressante de cet ouvrage réside dans le fait qu'il fut construit sur le sol géologique de la ville . Aujourd'hui , près de la Seine , le niveau actuel de circulation est à près de 7 mètres au-dessus du terrain "réel" de l'agglomération . La muraille se retrouve donc enterrée . Rue Mazarine , il faut descendre dans un parc souterrain de stationnement situé au 27 de la rue Mazarine, des vestiges , au premier et second sous-sol , pour l'apercevoir .

      b (Custom)      z (Medium)       T3560613180218

                Amphithéâtre Philippe Auguste                         Parking rue Mazarine

   Les deux photos ci-dessus de l'école " Medisup " proviennent du site  Paris bise-art " que je vous invite à découvrir ! Vous y découvrirez des endroits de Paris que vous ne soupçonnez pas ! Dans ce discret passage au numéro 22 se trouve un agréable restaurant-salon de thé  " L'Heure Gourmande " où vous pourrez vous restaurer en toute quiétude d'un plat du jour, de tartes salées ou sucrées ou de bonne salades et surtout ne manquez pas de déguster leurs délicieux chocolats ! Enfin ne manquez pas si vous avez des enfants ou des petits enfants à gâter de vous rendre 34 rue Dauphine dans le charmant petit magasin de jouets " Amuzilo " ( joujou en espéranto ) . C'est un des rares magasins  à proposer de nos jours des jouets en bois !

     P1180481        P1180496        P1180499      

        " L'Heure Gourmande "                       Magasin de jouets " Amuzilo "

   Voici une bonne idée de promenade pour cet automne dans un quartier , ô combien riche en histoire ,  et qui ne manque pas de livrer au promeneur curieux et attentif de nouvelles découvertes !

 

 

 

 

 

   

 

 

     

    

 

 

Posté par jacauber à 11:44 - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 septembre 2013

COUR DE ROHAN

                                   

                                     screenshot-2012-04-13-at-15

                                                         Cour de Rohan 

 

   Aujourd'hui je me propose de vous faire découvrir un des petits passages les plus secrets de Paris : la cour de Rohan .  Ce passage constitué en fait de trois courettes successives et ô combien chargé d'histoire , est un endroit délicieux , totalement hors du temps , un vrai havre de paix  situé en plein Paris , non loin de l'agitation permanente du boulevard Saint-Germain . Il est formé d’une succession de trois courettes . Il est attribué faussement aux archevêques de Rouen car il était situé  proche du palais où étaient logés les prélats provenant de la ville normande de Rouen .  Son nom vient d’une altération du mot  Rouen en Rohan . Au Moyen Âge il était utilisé comme  voie de passage lorsque le roi  Philippe Auguste traversait ce quartier  . A l'origine c'était un cul -de-sac ouvrant sur la rue de l'Eperon , dont une partie avait été absorbée en 1866 Par la rue du Jardinet actuelle . Son extrémité se heurtait au rempart de Philippe Auguste  dont le tracé suivait le côté oriental de notre Cour du Commerce Saint-André . Une brèche faite dans ce mur vers 1791 , mit le cul-de-sac en communication avec cette cour . On peut d’ailleurs apercevoir encore des vestiges du mur de l’enceinte de Philippe-Auguste dans la première courette  . On y accède soit par la cour du Commerce Saint-André  ou par la rue du Jardinet . 

                     Munser1572 (1)

                             Enceinte de Philippe Auguste ( en bleu )

     89747910_o       01      1cour2

           Cour de Rohan                      Cour de Rohan  au XIXème siècle 

                          screenshot-2012-04-13-at-15

                                     Entrée de la cour de Rohan

 

         Première courette 

   Après avoir franchi la grille d’entrée située rue du Commerce Saint-André , en face l'arrière du café " Procope " , on accède à la première courette où l'on peut admirer des petits immeubles ombragés et entourés de verdure , certains avec de petites terrasses très agréables . Sur l'une d'elle on peut encore voir un fragment de l'enceinte de Philippe Auguste qui traversait ce passage . C’est dans l’un d’entre eux que se trouve l’ancien atelier de Balthus , peintre d'origine polonaise du XXè siècle . Il a été surnommé le Roi des chats, car la plupart du temps, sur ses œuvres , figure un chat au premier plan . Un escalier extérieur en pierre permet  d’accéder à l'appartement et à l’atelier du peintre , ce qui ne manque pas  d’ajouter un charme incontestable à cette cour . En passant sous le porche qui conduit à la seconde cour , on peut encore voir , les deux grosses bornes destinées à la protection des murs lors du passage des voitures ( chasse roues ) .

         P1180553      P1180554     P1180572

      P1180575      P1180547     P1180546

                               Cour de Rohan 1ère courette 

       Deuxième courette 

  La seconde courette est la plus petite . Elle donne la sensation d'être un peu écrasé entre ces bâtiments . On est surpris par ce magnifique hôtel du XVIè siècle , dont la hauteur des fenêtres est impressionnante . Les briques agrémentant les façades participent de l’aspect cossu de cette élégante demeure . Cet hôtel  à été construit pour Diane de Poitiers en 1550 , alors maîtresse du roi Henri II , le second fils de François Ier .  

          P1180557        P1180564        Cour_Rohan

                                            Hôtel de Diane de Poitiers

    Dans cette seconde courette subsiste une curiosité : le dernier « pas-de-mule » de Paris , montoir en fer forgé qui servait aux dames , aux abbés et aux vieillards pour se hisser sur leur monture . Notez qu'il y a dans le troisième arrondissement de Paris une rue du Pas de la mule .     

      P1180554        4502585371_0cb4a78c13_b         61232830        

                                                    " Pas de mule " 

 

      Troisième courette

  Cette dernière courette aboutit à la petite rue du Jardinet, ainsi nommée depuis le XVIè siècle car à proximité du jardin de l'ancien Hôtel de Vendôme en 1441 . Ses constructins de style Louis XIII de brique et de pierre, sont agrémentées , à gauche  dans un renfoncement , d'un puits équipé de sa margelle à gargouille et d'une poulie à côté de la plaque indiquant le nom de la cour . Dans les années d'après-guerre, Georges Bataille y organisa des fêtes, auxquelles participèrent Sartre, Simone de Beauvoir et Albert Camus . C'est aussi dans cette courette que naquit en 1835 le musicien Camille Saint-Saëns . 

     P1180567    bp75006rohan    12-551666    P1180560

                                                 Cour de Rohan 

           atget 2        340 atget-cour-de-rohan-3        tumblr_mkwbwcjydB1s9yadco1_500

                                      Cour de Rohan au XIXème siècle 

  Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades d'aller visiter ce petit passage plein de charme et de tranquillité ! Attention il n'est pas ouvert le dimanche . Profitez en pour découvrir le passage de la cour du Commerce Saint-André si riche en souvenirs de l'époque Révolutionnaire . C'est dans ce petit passage que Danton habita au n°1 , Marat imprimera son journal , l'Ami du peuple , au n° 8 . Le charpentier allemand du nom de Schmidt mettra au point la guillotine dans son atelier du n° 9 . Enfin le célèbre café  " Procope " fondé en 1689 parFrancesco Procopio dei Coltelli , qui sera dès 1792 un "foyer révolutionnaire" fréquenté  par le club des Jacobins et celui des Cordeliers .

                                      

                              

    

 

                                                                                            

 

 

      

 

            

    

 

                              

Posté par jacauber à 23:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 août 2013

USINE PANHARD ET LEVASSOR

 

                         

                      89150914_o

                                            Ancienne usine Panhard-Levassor rue d'Ivry

 

   A l'occasion de l'une de mes promenades dans le XIIIème arrondissement j'ai découvert fortuitement rue d'Ivry les anciens bâtiments , aujourd'hui réhabilités , de l'ancienne usine de construction de véhicules automobiles Panhard - Levassor . Je me propose de vous en faire découvrir la passionnante histoire de cette première usine de construction de véhicules automobiles installée à Paris .  

    1168887     P1010198      2007_PP1_2504_28_panhard

                                      Ancienne usine Panhard-Levassor                

  En 1867, René Panhard  ( 1841-1908 ) , petit fils de breton fit ses études d'ingénieur au collège Sainte-Barbe à Paris , puis il intègre l'école Centrale . Il s’associe Jules Perin, découpeur de bois dans le faubourg Saint-Antoine pour produire des machines à scier le bois et installe ses usines avenue d’Ivry . En 1875, ils produisent un moteur à gaz, mais à la suite du décès de Perin , il sera décoré de la Légion d'Honneur en 1878 . Panhard s’associe à un ingénieur centralien comme lui  Emile Levassor . Ce dernier s’est assuré l’exclusivité du moteur à essence Daimler grâce à un ami , ingénieur commercial , Edouard  Sarrazin . Panhard issu d’une famille de carrossier s’intéresse donc tout naturellement à la motorisation de voitures hippomobiles . René Panhard , longtemps maire de Thiais , disparaît à La Bourboule où il était en cure le 16 juillet 1908. Il repose dans la chapelle familiale au cimetière du Père Lachaise situé dans la 36ème division . Emile Levassor ( 1843-1897 ) fit ses études à l'École centrale , il est engagé chez Cockerill , en Belgique avant de rejoindre René Panhard . Le 27 septembre 1896 , il est blessé lors d'un accident à Pierrelatte en voulant éviter un chien dans la course Paris-Marseille. Restant fatigué et fragile, il mourut subitement à sa table de dessin . Il est inhumé au Cimetière Saint-Chéron de Chartres .

 

    Panhard et Levassor 

         220px-WP-Rene_Panhard         PANHARD_Rene_1908_d36          946086_1808440_800_1200_800_x_1200_Emile_Levassor

            René Panhard           Sépulture Panhard          Emile Levassor 

   Panhard est donc une marque doyenne de l'automobile , ayant fondée une usine bien avant Mercedes, Peugeot ... Seuls De Dion Bouton , Serpollet et Bollé avaient devancer Panhard , mais uniquement avec des automobiles à vapeur En janvier 1891 sort un véhicule qui réussira un trajet jusqu’à Versailles , puis Etretat. La même année , les constructeurs livrent à des clients fortunés 5 modèles... il semblerait donc que la première voiture commercialisée au monde soit une sorte de fiacre propulsé par deux cylindres en V de 817 cm3 atteignant des pointes à 16 km/h ! Mais le génie de Levassor - Panhard est de révolutionner la conception architecturale du moteur : au lieu de placer le moteur au centre ou à l’arrière , il est le premier à disposer le moteur à l’avant , devant l’embrayage .

         3294810    panhard-automobiles-2-4-litre-forward-control-cab-2414687     800px-110_ans_de_l'automobile_au_Grand_Palais_-_Panhard_et_Levassor_2,4_litres_Phaéton_à_conduite_avancée_-_Carosserie_Kellner_-_1901_02

                                             Phaétons Panhard et Levassor 

          274_01_650      sdf      Panhard_Menier2

 

   L’essor de la marque est également étroitement lié à la compétition automobile. 1ere course au monde : Paris-Bordeaux-Paris en mai 1895, remportée par Emile Levassor. Par la suite, les constructeurs remporteront des courses importantes : Monte-Carlo, les Mille miles, le tour de France .

      78953889_o     Panhard et Levassor 35 CV     Capturer

                                     Voitues de courses Panhard-Levassor 

   La marque va acquérir une solide réputation ; elle devient célèbre dans le monde entier pour des voitures robustes , puissantes, luxueuses et chères . Innovatrice, la marque soit en 1936 la première Panhard aérodynamique, sous le crayon de Louis Bionier ; elle sera le flambeau de la marque avant la guerre . C'est à lui que l'on doit , en outre , la célèbre " Dyna Panhard " restée dans toutes les mémoires !!! 

      10_qv9ta      9920269      Panhard-Levassor_1914

                                               Panhard et Levassor de luxe 

      Panhard-Dyna-Z6-1954      breizhpanhard1138190211dynaz6      dscf0017

                                              La célèbre  " Dyna Panhard " 

  Des dizaines de milliers d’automobiles seront donc fabriquées dans le 13e arrondissement , avenue d'Ivry , où les usines emploieront jusqu’à 6.000 personnes . Ces usines ouvertes en 1891 constituaient un triangle d'ateliers, coincé entre l'avenue d'Ivry, la rue Nationale et les voies ferrées de la petite ceinture en bordure de la rue Regnault, témoin de l'immensité des Usines Panhard-Levassor .

       cxv     sdvc     10_SPA-80-P-843

       06-panhard     Panhard2     pol

                                 Usines Panhard-Levassor avenue d'Ivry

   A partir de 1919 , après la guerre durant laquelle la société concourut très activement à l'effort demandé aux industries modernes , Panhard développe également une grande gamme d'utilitaires : elle y ajouta la production de camions essence, diesel ou gazogènes , d’autobus , de moteurs pour autorail ou pour avions , et de quelques véhicules blindés légers pour l'Armée , tout en conservant la fabrication des machines à bois . Les camions Panhard étaient d’excellents produits malheureusement desservis par un réseau peu étoffé et des tarifs nettement supérieurs à ceux des marques concurrentes . Ce faisant , elle n'opérait pas le grand tournant vers des voitures plus populaires , permettant une production de série , comme le faisaient ses trois concurrents , Renault , Citroën et Peugeot , qui allaient, dès 1930 , représenter les trois-quarts des voitures de tourisme produites en France . 

      oip      panhard-1949      482y

                                                    Camions Panhard                           

        Les autobus parisiens Panhard 

    De la fin des années 20 à la seconde guerre , Renault eut pratiquement le monopole du marché des autobus parisiens . Toutefois à partir de 1934 Panhard réussi à obtenir quelques commandes . Le premier de ces autobus Panhard le " K 63 A " à jante à voile plein sortira en 1934 , suivi un an plus tard du " K 63 B " jantes " artillerie ". Ces autobus circuleront jusqu'en 1952 . En 1935 la société Panhard livrera à la S.T.C.R.P une dizaine d'autobus de " petite capacité " " Zuroc " qui pouvait accueillie 26 passagers . En 1937 deux nouveaux modèles d'autobus Panhard verront leur apparition les " K 63 C " à Paris et les " K 63 D " en banlieue . 

      panhard-k63d-autobus-parisien-(france)-11073     49540705     49612939

          Panhard K 63 D                   Panhard K 63 B                    Panhard ZUROC   

    En 1950 la société SOMUA ( Société d'Outillage Mécanique et d'Usinage d'Artillerie ) ,  constructeur français de véhicules blindés, d'autobus et de motoculteurs créée en 1914 à Saint-Ouen , division de la société Schneider du Havre , construira pour la RATP une série de 301 autobus Somua-Panhard de type OP 5 équipés d'un moteur Panhard 6 cylindres de 100 ch qui permet une vitesse maxi de 55 km/h . C'est le premier autobus parisien à caisse complètement fermée offrant un plus grand confort tant pour les voyageurs que pour le machiniste . il sera également pourvu d'un poste fixe situé à l'arrière pour le receveur . Ces autobus circuleront sur les lignes de la RATP jusq'en 1971 . 

     8214ffd0dd07e2e3f963b45472777d4e314183832         7401259         Somua-Panhard_OP5-2_1950

                                           Autobus Somua-Panhard OP 5

 

   Après la Seconde Guerre Mondiale, les Trente Glorieuses signent le début de la production de masse avec des modèles plus abordables et célèbres comme les Dyna concept de voiture "minimum") , les PL 17 (toujours de Louis Bionier, avec un moteur Tigre très envié) , dont la fameuse Relmax , les coupés 24 , très élégants et originaux et le cabriolet junior (produit jusqu’en 1956) . On les identifie très bien dans bon nombre de vieux films français. Mais le manque de moyens financiers et la relative modestie de la gamme vont finir par handicaper Panhard et Levassor.

       pl 17     relmax     panhard-24ct(coupe)---(france)-0768-911

          " PL 17 " Panhard              " Relmax " Panhard           " Coupé 24 " Panhard             

            panhard     panhard 1953 pub     0panhard3

                                           Affiches publicitaires Panhard 

      8534793258_e1076a184a_b      mattel-dinky-toys-panhard-24-c-1     Miniature Dinky Toys tracteur panhard et semi remorque SNCF

                                   Modèles réduits " Dinky Toys " Panhard 

 

   En 1965, l’absorption par Citroën est inévitable . Malheureusement, l’acquéreur se révélera exécuteur et stoppera la production dès 1967. Dès lors, Panhard va se concentrer sur la production de 2 CV fourgonnette et de véhicules militaires . Encore aujourd’hui , la marque propose une quinzaine de véhicules militaires légers dont la commercialisation marche très bien , conflits oblige , mais c’est une aventure toute différente . Ces chars et ces véhicules blindés sont construits dans l'usine Panhard de Marolles en Hurepoix dans l'Essonne . Le 12 juin 2013 Jean Panhard , le dernier patron de la marque avant son rachat fête ses 100 ans à Crécy-la-Chapelle , où il réside .

 

      vbl-20110221      sphinx_panhard_ebrc_wheeled_armoured_vehicle_reconnaissance_combat_France_French_Army_640_002    panhardm3jerricansajens

                                             Véhicules militaires Panhard 

  En vous promenant autour du triangle formé par la rue Nationale, l’avenue d’Ivry et la rue Regnault, vous longerez ce qui subsiste des anciennes usines Panhard et Levassor . L'ensemble a été transformé partiellement en bureaux en 2008 , siège de la société AREP  . L'opération actuelle achève la transformation. « Les trois angles du triangle sont traités en brique à hauteur des façades existantes, en continuité avec l'ordre monumental des ateliers , et en métal au-dessus, pour un registre de couronnement en cuivre inspiré des capotages automobiles  » .

      img7441600     img7445600     img7435600

                           Réhabilitation du site des anciennes usines Panhard 

 

       Le Square Alexandre et René Parodi 

    Dans le petit Square Alexandre et René Parodi ( tous deux résistants et Compagnon de la Libération ) situé près de la porte Maillot, entre le boulevard de l'Amiral-Bruix et le boulevard Thierry-de-Martel  se trouve un monument érigé en l'honneur d'Emile Levassor Constant (1843-1897) , l'un des pionniers de l'industrie automobile et sport automobile . Ce monument, financé par une souscription publique , avait été offert à la ville de Paris . Dalou avait modelé l'esquisse du monument , mais mourut avant sa réalisation qui fut exécutée selon les plans de l'artiste par Camille Lefèvre . Le monument a été inauguré le 26 Novembre 1907 à l'entrée du Bois de Boulogne , mais il a été déplacé en 1972 de sa place actuelle lors de la construction du boulevard périphérique . La sculpture a été conçue par le sculpteur Jules Dalou et exécuté par l'artiste Camille Lefèvre . Elle montre Levassor conduisant la voiture conçue par lui avec lequel il avait participé et remporté le rallye Paris-Bordeaux-Paris en 1895 , mais il fut disqualifié , sa voiture n'étant pas une 4 places comme le requérait le règlement . En 1932 , la ville de Paris ouvre dans le 13ème arrondissement la rue Émile-Levassor afin d'honnorer sa mémoire .

      120710_023      DSCN3871A      DSCN3870A

                               Square Alexandre et René Parodi 

  Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades d'aller visiter ce petit square afin de rendre hommage à un des pionniers de la construction d'automobiles françaises , doublé d'un grand champion . C'est à Emile Levassor que l'on doit la naissance du sport automobile en France .                                                                            

 

     

   

   

   

Posté par jacauber à 17:10 - Commentaires [7] - Permalien [#]

19 juillet 2013

VILLA DE L'ERMITAGE

        

            dfg

                                              Villa de l'Ermitage 

    Pourquoi ne pas profiteriez vous pas de ces belles journées estivales pour aller visiter la Villa de l'Ermitage . C'est encore une des rares ruelles de Belleville qui a échappé , comme par miracle , à l'urbanisation galopante et outrancière de ce vieux quartier de Paris . C'est encore aujourd'hui un havre de paix bien caché où il fait bon vivre et s'y promener . 

        P1100262        P1100290       P1100275

        P1100296        P1100293       P1100298

                                                     Villa de l'Ermitage 

    Cette voix privée d'une longueur de 150 m et d'une largeur de minimum de 5 m , indiquée en 1812 , a absorbé en 1877 une partie de l'ancien dit de l'Est . Cette voie du XXème arrondissement commence 12 , rue de l'Ermitage et se termine au 313 de le rue des Pyrénées , anciennement rue du Guigniers . La rue de l'Ermitage , dont on ne connaît pas l'origine du nom , fut prolongée en 1867 jusqu'à la rue des Rigoles . En 1883 , la rue de l'Ermitage fut prolongée de nouveau jusqu'à la rue Olivier Métra absorbant ainsi le passage Pannier . La Villa de l'Ermitage a té créée en 1857 . Elle ne comportait alors que des maisons d'habitation qui ne devaient pas dépasser plus de 3 mètres de haut . On , avait interdit la construction de toutes usines ou manufactures susceptibles de créer des nuisances sonores , visuelles et olfactives . La Cité Leroy , toute proche , et la Villa de l'Ermitage se composent  aujourd'hui de quelques pavillons individuels et des maisons de faible hauteur . On y dénombre 5 ateliers d'artistes . C'est grâce à la persévérance et la ténacité d'une association pour la sauvegarde la Villa de l'Ermitage que cette dernière à échappé à la destruction afin de faire place à d'horribles maisons modernes qui ont totalement dénaturées et enlaidies le village de Belleville  !!! Puisse longtemps encore pouvoir admirer ces charmantes ruelles et passages  typiques de l'esprit de village qui régnait autrefois à Belleville . Je vous conseille débuter votre visite depuis la rue des Pyrénées où vous pourrez admirez la petite Cité Leroy avant de découvrir les charmes buccoliques de la Villa de l'Ermitage . 

         P1160631       P1160629        P1160632

                                                      La Cité Leroy 

      P1100285       P1160637      ermitage-3

         P1100279        P1160646       P1100290

                                                   Villa de l'Ermitage 

    Ne manquez pas lorsque vous prendrez le petit passage , depuis la rue des Pyrénées , qui vous conduit Villa de l'Ermitage d'admirer les nombreux graffitis qui ornent agréablement ces vieux murs noircis par l'âge , un joli travail d'artistes etun clin d'œil sur le " Street Art " !!! 

      P1100272      P1100303     P1100300     

                                          Les graffitis de la rue de l'Ermitage 

  Ancien théâtre de l'Aurore puis théâtre de Fortune , entre squats et lieu artistique , l'Ermitage à accueilli pendant des années des associations (ATTAC) , des troupes de théâtre , et d'autres activités artistiques . C'est en 2003 qu'à la demande des propriétaires le toit de l'Ermitage fut détruit pour empêcher l'investissement du lieu . Depuis le terrain a été racheté par la ville et des projets de constructions immobilières sont en cours. En attendant de nombreux graffitis prennent forme à l'intérieur de ce lieu . Ce lieu est aujourd'hui en cours de démolition afin de laisser place à ces horribles immeubles modernes !!! J'ai bien peur que cette Villa de l'Ermitage soit en sursis !!! Que restera t-il du vieux Belleville dans une dizaine d'annés , hélas sans doute plus rien au nom du profit !!! 

     P1100305    P10608302    P10608262

                                          Ancien théâtre de l'Ermitage 

     Vous pourrez agréablement terminer votre visite en découvrant non loin de là en remontant  la  rue des Cascades en depuis la rue de Menilmontant . Vous découvrirez les anciens " regards de Belleville  " , curieuses petites constructions en pierre qui permettaient de surveiller l'état des anciennes sources de Belleville et qui ont été miraculeusement conservées et restaurées . Pour terminer votre promenade , ne manquez pas  de visiter le magnifique Parc de Belleville depuis la rue des Envierges que vous descendrez jusqu'à la rue de Ménilmontant .

     P1160653     P1160657     P1160668

       Regard de la Roquette         Regard Saint-Martin              Parc de Belleville 

  Si d'aventure une petite faim se faisait sentir au milieu de votre périple bellevillois , je vous recommande un excellent petit restaurant  typiquement parisien , " Le Vieux Belleville " situé  au 12 de la rue des Envierges . L'accueil est chaleureux et la cuisine simple et copieuse avec un excellent rapport qualité prix !!! " Depuis 1992, le vieux belleville vous propose de découvrir ou redécouvrir les airs et chansons populaires du vrai Paris . L'idée principale était de réunir en un même lieu , musique et restauration dans un esprit bistrot et familial . Depuis toujours , l'esprit musical de Belleville est très lié à l'accordéon et à la chanson populaire et traditionnelle . Vous y entendrez tout le répertoire traditionnel d'après guerre , de " La Java Bleue " au répertoire de Piaf , qui y sont chantés tous les soirs ( Reférences : le site du " Vieux Belleville " . Il vous faudra impérativement faire une réservation car en soirée ce restaurant est complet !!! 

      6a00d83453c40869e200e54f23757e8834-800wi      P1160673      P1160693

                                                  Le " Vieux Belleville " 

     Une bonne idée de promenade en perspective pour cet été !!! Je suis sur que vous passerez une bonne journée à la découverte d'un Belleville insolite ignoré de bien des parisiens et quelquefois même des bellevillois  !!! 

 

 

    

       

    

        

Posté par jacauber à 11:27 - Commentaires [5] - Permalien [#]



Fin »