LE PIETON DE PARIS

18 juin 2018

CHAPELLE NOTRE-DAME DE LA CONSOLATION

 

      DFJ   RT56   SD89

                                                     Chapelle Notre-Dame de la Consolation

      Partons ensemble à la découverte de la Chapelle Notre-Dame de la Consolation qui se trouve 23 rue Jean  Goujon dans le VIIIème arrondissement de Paris non loin des Champs-Elysées . Cette chapelle peu connue des parisiens est, comme vous allez le découvrir , un lieu ô combien chargé d'histoite ! Cette chapelle est dédiée à la mémoire des victimes de l'incendie du Bazar de la Charité qui eut lieu à cet emplacement le 4  mai 1897 .                

     Le Bazar de la Charité 

      Œuvre de bienfaisance parisienne fondée en 1885 et présidée par le baron de Mackau, le Bazar de la Charité revêt un caractère mondain  , auquel participent tout le gotha de la haute société et de la haute bourgeoisie , dont Sophie - Charlotte duchesse d’Alençon , sœur de l’impératrice Elisabeth d'Autriche ( Elisabeth Wittelsbach ) , plus connue sous le nom de " Sissi " mariée à l'empereur François-Joseph d'Autriche . Elle repose dans la Chapelle Royale des Orléans à Dreux . Le gisant la représentant placé sur sa tombe est l'oeuvre du Sculpteur Barrias . 

      cd795a75c5e3c55f9d6c04e00ecdbdd8          fg4           75733393

        La duchesse d'Alençon            François-Joseph d'Autiche              Elisabeth d'Autriche 

                 Duchesse-dAlenon

                        Tombeau de la duchesse d'Alençon - Chapelle Royale à Dreux

    Le Bazar prend ses quartiers rue Jean-Goujon, près des Champs Elysées, dans un baraquement en bois de 80 mètres sur 13 mètres. Pour le décorer, on reconstitue une rue du Vieux-Paris médiéval faite de bois blanc et de carton pâte et recouverte d’une toile goudronnée dissimulée par un vélum blanc pour réaliser une verrière à faible coût. Le Bazar , inaugré par le nonce apostolique Eugenio Clari , ouvre le 3 mai 1897  en présence d'au moins 1200 personnes qui se pressent dans le hangar .

    ze78    tyuo

                              Bazar de la Charité - Reconstitution  d'une rue de Paris 

  Le tout nouveau cinématographe constitue la grande attraction de cette fête. Vers 16 h 30, la lampe de projection du cinématographe a besoin d'éther et il faut remplir la réserve. Le projectionniste demande à son assistant d'allumer une allumette, mais l’appareil est mal isolé, et les vapeurs d'éther s’enflamment et embrasent rapidement les décors .

                        lawson-01

                            Appareil de projection à vapeur d'ether                         

   L’incendie déclenche une panique collective qui provoque un encombrement , aggravé par le peu de portes de sortie et par les tenues très amples des dames . Les victimes tombent suffocantes, piétinées et brûlées par le feu et les gouttes de goudrons . En moins de quinze minutes après le début de l’incendie, tout est consumé , il reste que des cendres et des corps carbonisés ou asphyxiés . Les statistiques officielles des victimes montrent qu'il y a eu 111 victimes pendant l'incendie , 10 morts des suites de l'incendie, soit un total de 121 personnes , 110 femmes dont la plupart étaient de riches aristocrates . On  dénombrera également 255 blessés . 

 Un hommage national est célébré le 8 mai 1897 à Notre-Dame en présence du président de la République Félix Faure.

      qsdf     vnbx78

      er287    fmlh47

      wxc54      sc3

                                                         Incendie du Bazar de la Charité

      

                Incendie du Bazar de la Charité en 1897

   Il y a beaucoup de sépultures au Père-Lachaise qui renferment des victimes de l’incendie. Par arrêté préfectoral en date du 28 février 1899, il a été décidé d’octroyer une concession gratuite. La Ville de Paris se chargeant d’élever un monument aux victimes non reconnues de l’incendie. Le monument se trouve dans la 92eme division du cimetière , il est entretenu par la ville de Paris . 

                W45

              Cimetière du Père Lachaise - Monument aux victimes du Bazar de la Charité

      Fait troublant , le 21 mars 1897 , une voyante , Mademoiselle Couedon , avait annoncé la tragédie en ces termes .

« Près des Champs-Elysées,

Je vois un endroit pas élevé

Qui n'est pas pour la pitié

Mais qui en est approché,

Dans un but de charité

Qui n'est pas la vérité.

Je vois le feu s'élever,

Et les gens hurler,

Des chairs grillées,

Des corps calcinés,

J'en vois comme par pelletées. »

 

     Chapelle Notre - Dame de la Consolation 

   La Chapelle Notre-Dame de la Consolation est construite sur l'emplacement du bazar de la Charité . Cette chapelle expiatoire est dédiée aux victimes de l'incendie du  Bazar de la Charité qui eu lieu le 4 mai 1897. Son architecte, Albert Guilbert, obtint une des médailles d'or de l'exposition universelle de 1900 pour son édification. Elle est inaugurée le 4 mai 1904.

                              1200px-Chapelle_Notre-Dame-de-Consolation_@_Paris_(31546657270)   

                                            Chapelle Notre-Dame de la Consolation 

  La voussure du portail est surmontée de deux statues symbolisant la charité et la foi. Sous ces vertus sont inscrites la dédicace « A Notre-Dame de Consolation » . Un couloir entoure la chapelle. Passant également autour de l'abside, il est parcouru par un chemin de croix décoré de sculptures mortuaires dédiées aux victimes de l'incendie de 1897. Louis-Auguste Hiolin réalisa les sculptures intérieures et Henri Carot les vitraux (dont ceux de l'Assomption de Marie et de la Vierge de Pitié). Albert Maignan, assisté par Henri Zo, peignit la coupole en l'ornant d'une colombe représentant l'Esprit saint. Des urnes cénotaphes ceignent le chœur et la nef qui peut accueillir 150 personnes et la crypte 300 personnes

      zer12     GJH87

      CJK83   P1290594   

      P1290618   P1310346

                         Capture

                         P1290604

                                      unnamed

                      789

        P1290578    P1290581

                                             Crypte de la Chapelle Notre-Dame de la Consolation 

       Au cours du XXème siècle, deux congrégations se sont succédé afin que soit perpétué le culte : les sœurs auxiliatrices du Purgatoire (de 1900 à 1953) et la Mission catholique italienne de Paris (de 1953 à 2012) dont les pères Scalabriniens et les fidèles se sont relocalisés à l'église Saint-Pierre-de-Chaillot en janvier 2013. En mars 2013, la chapelle est dévolue à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X .

       fellay_130317_06       fellay_130317_04

                                      Messe tridentine en latin selon le rite de Saint-Pie V

     Ne manquez pas d'aller visiter cette magnifique chapelle lors de l'une de vos prochaines promenades et ayez une petite pensée pour les victimes de l'incendie du Bazar de la Charité . 

        

                 L'incendie du Bazar de la charité en 1897 

Posté par jacauber à 12:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]


05 avril 2018

DES " HIRONDELLES " DANS LA POLICE

 

            Hirondelles 02 ND G

            hirondelles-photos

            police-velo-hirondelles-patrouille 

            1957-hirondelles-velo-paris (1)

                                            Les " Hirondelles "

     Partons ensemble à la découverte de l'histoire de la brigade d'agents cyclistes de la Préfecture de Police de paris que les parisiens appelèrent familièrement les " Hirondelles " .

     Les bicyclettes " Hirondelle "

                 Manufrance 1_097

                 Manufrance 1_002

                              Manufacture d'armes et de cycles de Saint-Étienne

    " Hirondelle " est une marque française de bicyclettes et de tandems construits à Saint-Étienne par la société " Manufrance ". Manufrance  étant  l’appellation commerciale de la Manufacture française d’armes et cycles de Saint-Étienne .  Elles furent commercialisées des années 1900 aux années 1960. Des motocyclettes Hirondelle furent également fabriquées par Manufrance dans les années 1950 . Cette manufacture sera construite en 1864 et elle fermera définitivement en 2001 . Le bâtiment dit « de l'horloge », la grille, le portail, les jardins, les murs de soutènement, les balustres, le monument aux morts, la grande usine appelée « double H » avec sa salle des moteurs, l'ancienne usine des meules et l'atelier d'ajustage ont été inscrits au titre des Monuments Historiques par arrêté du 20 mars 2006 . 

    fgj56    Manufrance 1_009    hirondelle-49-768x1218

                                                           Bicyclettes " Hirondelle " 

              La Brigade d'agents cyclistes de la Préfecture de Police de Paris 

                     DKLE56

                       Le Préfet de Police Louis Lépine lors des crues de la Seine en 1910 à Ivry 

    L'agent cycliste à été créé par le Préfet de Police Louis Lépine en 1900 pour assurer une surveillance de nuit dans les quartiers de Paris. Leur efficacité entraîna la création d'une Brigade cyclistes en 1901 et leur surnom "Hirondelles" leur fut donné parce que leur vélo  de marque " Hirondelle " fabriqué par " Manufrance " portait ce nom , et que leur pèlerine flottant au vent leur donnait une silhouette évoquant l'oiseau du même nom. Chaque arrondissement de Paris était pourvu de trois brigades cyclistes de quatre agents, placés sous l'autorité d'un sous-brigadier. Ils achetaient leur vélo pour lequel une indemnité leur était versée . A La différence de la Sûreté Nationale, la Police Parisienne étant une police Municipale jusqu'en 1966, les agents cyclistes achetaient le vélo de leur choix , le plus souvent de la marque " Hirondelle " . Les vélos étaient équipés de selle de grande qualité de la marque "Idéale". La sonnette de leurs bicyclettes était siglée " Sûreté Nationale " .  Ils recevaient une prime d'achat puis une prime d'entretien. Le vélo leur appartenait. Les candidats étaient formés à l'école Pratique des Gardiens Cyclistes pour intervenir sur des missions de surveillance et d'intervention. En 1950 il y avait 2819 hirondelles à Paris et en Banlieue 2644. Puis avec l'arrivée des moyens mobiles 2 roues à moteur leur nombre à décliné jusqu'en 1983. Les " hirondelles " disparurent en 1984 .

      Le retour des " Hirondelles " à Paris 

                  70168

                       Agents cyclistes en VTT devant le Sacré-Coeur de Montmartre 

    Dans le cadre de la police de proximité un service d'îlotage a été crée en 1982 au sein de la police nationale et de la police municipale tant à Paris et sa banlieue  qu'en province . Des policiers en VTT sillonnent le pavé parisien depuis 1990 . Ils sont notamment chargés de surveiller et de protéger les autres deux-roues, dans les grandes agglomérations et qui a tendance à se heurter à l'endémique automobiliste. Les policiers à vélo ont aussi un rôle de prévention auprès des jeunes, sensibles, disent-ils, aux arguments d'un agent mettant pied à terre, mais moins réceptifs aux remontrances d'un collègue descendu d'un car de police secours . Leur mobilité permet à ces agents cyclistes de pénétrer dans des zones difficelemnt accessible en voiture . Tramways , agents de police à cheval ou en bicyclette ont fait leur réapparition dans nos villes , comme quoi le passé nous rattrape toujours ! 

   

       

Posté par jacauber à 11:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2018

COUR DU COMMERCE SAINT-ANDRÉ

 

                 f,klm

      FG65     06courducommercesaintandre06

                                                         Cour du Commerce Saint-André 

    Partons ensemble à la découverte  du passage de la Cour du Commerce Saint-André est situé dans le VIème arrondissement de Paris . L'histoire , ô combien riche et varié , de ce petit passage , n'a pas fini de vous surprendre ! Le passage de la Cour du Commerce , d'une longueur de 143 m. et d'une largeur de 3.50 m. , commence 49 rue Saint-André-des-Arts et finit d'une part 19 rue de l'Ancienne Comédie et d'aure part 130 boulevard Saint-Germain .

     Cour du Commerce Saint-André 

    Cette voie privée a été ouverte vers 1737 sous le nom de Passage de du Jeu-de-Metz reliant la rue Saint-André-des -Arts à la rue de l'Ancienne Comédie . Elle prendra ensuite le nom de Cour du Commerce car des échoppes se trouvaient de part de d'autre des deux jeux de boules de Metz aménagés dans les fossés de l'enceinte de Philippe Auguste dont la tour de la porte de Buci est encore visible dans le restaurant " Un dimanche à Paris " de la Cour du Commerce Saint-André . Du temps du " Procope " dont le café avait avait une issue par-derrière cette cour , les deux jeux de boules appartenaient à un nommé Malus . Ce passage sera prolongé en 1776  en ligne droite jusqu'à la rue des Boucheries ( au sud du boulevard Saint-Germain ) et mis en communication en 1791 avec le cul de sac de Rouen ( actuelle Cour de Rohan ) . Ce passage a été réduit presque de moitié lors de la construction du boulevard Saint-Germain en 1866 . La Cour du Commerce Saint-André se trouve sur l'emplacement du fossé de l'enceinte de Philippe Auguste qui entre la porte de Nesles et et Saint-Germain longeait le le côté est des rues Mazarine et de l'Ancienne Comédie . Ce fossé ayant comblé en 1582 . La plupart des maisons basses que l'on peut encore voir ont été construites en 1776 par le conventionnel  Ducellier et ses descendants

            Hôtel de Rouen 

       P1420744     10

                                   Hôtel de Rouen 

   Au n°2 de la Cour du Commerce Saint-André  se trouvait de 1831 à 1841  l'hôtel meublé  de Rouen  . C'est dans ce meublé qu'a vécu  l'écrivain Sainte-Beuve . Dans un deux-pièces du quatrième étage, il reçut en cachette Adèle Hugo, la femme de Victor avec qui il entretient une liaison. A cette même adresse le 28 mai 1871, l'écrivain Jules Vallès, célèbre communard poursuivi par les Versaillais, parvient à s'échapper en se portant volontaire pour ramasser les cadavres des Fédérés. Il trouve refuge pendant deux jours auprès de son ancienne logeuse lors de la semaine sanglante de la Commune. Au n°7 cour du Commerce, le cabinet de lecture de Blosse est fréquenté par Honoré de Balzac qui, en 1837, fait figurer ce salon dans son roman " Illusions perdues " .

     Tour de Buci - Enceinte de Philippe Auguste 

              

                       lpdp_61254-13         IMG_0490

                          Ancienne serrurerie             Restaurant - Salon de thé " Un dimanche à Paris "  

                             118945512

                                Cour du Commerce Saint-André - Enceinte de Philippe Auguste 

      04    fg77

                                      Tour de la porte de Buci - Enciente de Philippe Auguste 

    Au 4 de la Cour du Commerce Saint-André se trouvait autrefois une serrurerie . Elle a fait place un magnifique restaurant - Salon de thé  " Un Dimanche à Paris " dans lequel on peut encore voir la Tour de la porte de Buci ,  vestige de l'ancienne enceinte de PhIlippe Auguste . Cette imposante tour , d'une épaisseur d'un mètre trente , se poursuit jusqu'au toit . On peut également voir une partie de cette tour Cour de Rohan , dont nous allons parler . 

       Cour de Rohan 

                 plan-cadastre-rohan-jardinet_s 

   P1180577     screenshot-2012-04-13-at-15

   P1180557     P1180553

                                                                     Cour de Rohan 

    A coté du restaurant " Un Dimanche à Paris et en face du café  le " Procope " se trouve une impasse menant à la Cour de Rohan .  Ce passage est constitué  de trois courettes successives .   Il est attribué faussement aux archevêques de Rouen car il était situé  proche du palais où étaient logés les prélats provenant de la ville normande de Rouen .  Son nom vient d’une altération du mot  Rouen en Rohan . 

      Le café " Le Procope " 

                 05   

                                 Café le Procope - Cour du Commerce Sain-André

    En face l'impasse menant à la Cour de Rohan se trouve une entré du célèbre cafe " Le Procope " , le plus vieux café de Paris fondé en 1686 . C’est en 1670 que Francesco Procopio dei Coltelli, jeune Sicilien de Palerme, pose ses valises en France et entame un petit boulot en tant que garçon dans un petit café situé au cœur de Paris, à Saint-Germain-des-Prés. Ambitieux, il décide quelques années plus tard de se mettre à son compte en rachetant l’établissement qu’il décore somptueusement afin d’attirer la riche clientèle parisienne .

                 Le-Procope-Paris

                                    Café le Procope - Cour du Commerce Sain-André

   Rebaptisé sous le nom de Procope, l’établissement situé rue de l'Ancienne Comédie  devient rapidement l’un des cafés littéraires les plus en vue de la capitale. La proximité du théâtre de la Comédie-Française bâti en 1688 lui apportait de nombreux clients . Il possède également une entrée dans la Cour du Commerce Saint-André . Les plus grands écrivains et intellectuels du 18ème siècle , Diderot, Voltaire, Montesquieu et d’Alembert- défilent au Procope, qui devient un véritable quartier général  durant la Révolution Française. Le club des Cordeliers se réunit au Café Procope, avec Danton et Marat comme figures principales. Il en fait alors rapidement un foyer révolutionnaire. Robespierre, dont un portrait figure en vitrine, et les Jacobins y ont également leurs habitudes. Sur un des murs, on trouve une citation de Camille Desmoulins . Musset et Verlaine y ont composé quelques unes de leurs proses et le "tout-Paris" finit par se retrouver autour des tables du restaurant. Diderot rédigea quelques uns des articles de l’Encyclopédie entre ses murs et Benjamin Franklin y a préparé le projet d’alliance de Louis XVI avec la nouvelle République et y aurait écrit des éléments de la future Constitution des États-Unis .

  L'Imprimerie de  Jean-Paul Marat 

 

    41dccd    1346acb27477ff57f52fa30e2a4fe6ad

                       FGJ64

                                      Emplacement de l'ancienne librairie de Marat 

     Au n°8 de la Cour de Commerce Saint-André se trouvait l'imprimerie de Marat . C'est ici que Marat créait et publiait son célèbre journal " l'Ami du Peuple " . C'était un journal politique français de la période révolutionnaire créé et publié  de 1789 à 1792, puis remplacé par le journal de la République française . Ce journal  paraissait aussi sous forme de placards , signés  " L'Ami du peuple " , affichés sur les murs de Paris . Dans cette même maison se trouvait après la Terreur un cabinet de lecture tenu par la veuve Brissot sous un faux nom . Ce cabinet de lecture existera jusqu'en 1880 . Sainte-Beuve habitait également ce passage . 

    La Guillotine - Cour du Commerce Saint-André 

     

    1200px-Joseph-Ignace_Guillotin_cropped    LOUIS

               Joseph-Ignace Guillotin                                                        Antoine Louis 

      CourDeComerce     dfg

          Guillotine Cour du Commerce Saint-André              Montage de la guillotine à la prison de la Santé

      Au n°9 de la Cour du Commerce Saint-André se trouvait l'atelier du charpentier allemand Tobias Schmidt à qui fut confyé la réalisation de la guillotine . la guillotine est née à la Révolution française en 1789 , date à laquelle le docteur Joseph Ignace Guillotin propose à l’Assemblée que le principe révolutionnaire d’égalité s’applique aussi à la peine capitale.  Pour concevoir cette machine, l'Assemblée s'adresse aux personnes les plus compétentes , à savoir à l'Académie royale de chirurgie située à Paris de l'autre coté de la Seine. C’est le docteur Antoine Louis, éminent chirurgien et secrétaire de l'Académie, qui se charge de mettre au point l'appareil . Il s‘inspire pour cela des machines utilisées un peu partout en Europe et conçoit un dispositif doté d'une lame qui tomberait d'une bonne hauteur sur le cou du condamné et lui trancherai la tête .  C’est à un artisan allemand, Tobias Schmidt, facteur de clavecin installé à Paris non loin de l'Académie, qu'il confie la réalisation de la machine dans son atelier de la Cour du Commerce Saint-André . On essaya cette machine dénommée guillotine  sur des bottes de paille , puis sur des moutons vivants avant de l'adopter définitivement pour l'application de la peine de mort par décapitation . 

                 594

                 sd

                                        Cour du Commerce Saint-André 

     Na manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenade dans de quartier Latin d'aller visiter la Cour du Commerce Saint-André ,  lieu ô combien chargé d'histoire , vous ne le regretterez pas ! 

 

 

 

Posté par jacauber à 18:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 décembre 2017

MEILLEURS VOEUX 2018

 

            JKI56

                                                Place Vendôme

      J'adresse à tous mes lecteurs et à toutes mes lectrices mes meilleurs vœux à l'occasion de la Nouvelle Année . Que 2018 vous apporte , joie , bonheur et surtout la santé sans quoi rien n'est possible !!!

      J'espère continuer à vous intéresser avec de nouvelles promenades  et vous transmettre mon amour immodéré pour Paris ,  afin que , vous aussi , deveniez un jour à votre tour un " Piéton de Paris " .

 

Posté par jacauber à 14:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 décembre 2017

ÉGLISE SAINT-JACQUES DU HAUT PAS

 

       Plan_de_Paris_vers_1550_eglise_Saint-Jacques-du-Haut-Pas         stjacques-520x377

          506_bmp     2673584035_e0b1338725

                             plaque-sur-la-facade

                                             Église Saint-Jacques du Haut Pas

   Partons  ensemble àla découverte de l'église saint-Jaques du Haut Pas , peu connu des parisiens , qui se trouve 252 rue Saint-Jacques dane le Vème arrondissement à l'angle dela rue de l'Abbé de l'Épée et de la rue Saint-Jacques . 

    Origine du nom de l'église  " Saint-Jacques du Haut Pas "

                                  Capture     

                                                       Hospitalier de Saint-Jacques 

   Cette église doit son nom à la chapelle Saint-Jacques-du-Haut-Pas construite par les Hospitaliers de Saint-Jacques du Haut-Pas (ainsi nommés en souvenir de la bourgade d'Alto Pascio , près de Lucques) . Ils avaient fondé un hôpital , sur le chemin des pèlerins de Compostelle , dont la chapelle Saint-Jacques servait alors aux paroissiens du faubourg Saint-Jacques . Une chapelle et un cimetière existait déjà en 1350 . Les ossements du cimetière de Saint-Jacques du Haut Pas furent tranférés en 1850 aux Catacombes lors de la fermeture du de celui-ci. Le prêtre qui  desservait cette chapelle  avait pris le titre de curé . Cette cure était alors à la nomination du trésorier de la Sainte-Chapelle de Paris . Les habitants des faubourgs Saint-Jacques et Saint-Michel, trop éloignés des églises Saint-Médard, Saint-Hippolyte et Saint-Benoît, sollicitèrent l'érection de cette chapelle en succursale en 1566. La population ayant considérablement augmentée dans le faubourg Saint-Jacques, on résolut , en 1603, de bâtir une église plus vaste .

                    mpos

                         Catacombes - Ossements du Cimetière Saint-Jacques du Haut Pas

      La nouvelle église Saint Jacques du Haut Pas 

 

         klmp     dfnj

                                                             Eglise Saint-Jacques du Haut Pas 

 

        6c8a61e4e2       zvb

                  Gaston d'Orléans  - Frère de Louis XIII                                Anne-Geneviève de Bourbon 

                                          sdgh

                                  Couvent Saint-Magloire et l'église Saint-Jacques du Haut Pas 

    La première pierre de cette église accolée au couvent de Saint-Magloire ne fut pourtant posée que le 2 septembre 1630, par Monsieur, frère du roi Louis XIII Gaston d'Orléans . C'est à cette époque que les habitants obtinrentl'érection de cette église en paroisse . La construction débuta en 1584 et les travaux durèrent cinq ans . En 1601 on rajouta trois chapelles à l'ensemble de la nouvelle l'église .  Les travaux, commencés d'abord avec beaucoup d'ardeur , furent longtemps suspendus faute de financement . On les reprit en 1675 . Le choeur était seulement construit à cette époque . On doit la continuation de cette église à Anne-Geneviève de Bourbon , princesse du sang , duchesse douairière de Longueville , qui vint plusieurs fois au secours de la fabrique . Mais la plus grande partie de la dépense fut faite par les paroissiens . Les carriers , qui étaient en grand nombre dans ce quartier,  fournirent gratuitement toute la pierre dont cet édifice est pavé et les ouvriers employés à sa construction travaillèrent chacun un jour par semaine, sans vouloir en recevoir le salaire .                     

    d256       df24

                                                     Eglise Saint-Jacques du Haut Pas

   Les travaux peuvent donc reprendre en 1675 grâce à elle. L'architecte sélectionné Daniel Gittard, qui a entre autres déjà construit le chœur de l'église Saint-Sulpice, exécute des plans de la façade. Mais celle-ci ne sera pas exécutée selon ses plans . Des deux tours prévues par Gittard, une seule sera finalement construite, mais de hauteur double par rapport aux plans initiaux . Le 6 mai 1685, les travaux principaux sont achevés. Une importante cérémonie de dédicace a lieu où prêcheront Fénelon et Fléchier . La chapelle de la Vierge ne sera construite que quelques années plus tard suivant les plans de l'architecte Libéral Bruant, à qui l'on doit l'Hôtel des Invalides et l'Hôpital de la Salpêtrière  . L’église est pillée en 1793, comme de nombreuses autres églises. En 1793, l’église fait partie des quinze églises mises à la disposition des catholiques parisiens par la Convention nationale suite à la reconnaissance de la liberté des cultes. Le curé Vincent Duval est élu curé de la paroisse par les habitants du quartier. En 1797, la loi impose l’égal accès des édifices religieux à tous les cultes qui le demandent. Les théophilantropes demandent à pouvoir bénéficier de l’église comme lieu de réunion. L’église prend alors le nom de Temple de la Bienfaisance. Le chœur est réservé aux théophilantropes et la nef reste à la disposition des catholiques. En 1801, suite au Concordat, sous Napoléon Ier, la paroisse reprend la totalité du bâtiment.

                          sjacqueshpp

                                          Grandes orgues de l'église Saint-Jacques du Haut Pas                

   La restauration de l'ancien orgue Cliquot datant de 1792 sera effectuée en 1906 par la maison Merklin . En 1963 une nouvelle restauration de l'orgue sera confiée au facteur d'orgue strasbourgeois Alfred Kern . Le buffet d'orgue est classé par les Monuments Historiques . Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades d'aller visiter cette église peu connue .

 

                                              

                                                    

Posté par jacauber à 16:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]


21 novembre 2017

LA RUE GALANDE

 

       118188811     082rg-rue-galande_m

                             Rue Galande                                                        Rue Galande en 1866  

                          sdf

                                                   Rue Galande  -  Plan Turgot 

    Partons ensemble aujourd'hui  à la découverte de la rue Galande . La riche histoire de cette rue pittoresque du quartier latin , datant du Moyen-âge , n'a pas fini de vous surprendre ! Cette rue d'une longueur de 165 m. et d'une largeur de 8 m. se trouve dans Vème arrondissement . Elle commence au 2 de la rue des Anglais et au 10 de la rue Lagrange pour se terminer  au 1 de la rue Saint-Jacques 

        La Rue Galande   

              091rg-rue-galande-maubert_s

                      La rue Galande en 1866 - Photographie de Charles Marville 

   Cette rue constituait jadis  le commencement de l'ancienne voie romaine partant de la rue de la Montagne -Sainte-Geneviève  qui se dirigeait vers Lyon et Rome en empruntant les rues Descartes , Mouffetard , l'avenue des Gobelins et de porte d'Italie . Elle prit en 1202 le nom de Garlande ( déformée peu à peu en Galande ) . Elle traversait le clos Garlande propriété de Mathilde de Garlande , épouse de Mathieu de Montmorency . Cette rue permettait aussi de se rendre de la Cité au abbayes de Sainte-Geneviève et Saint-Victor ainsi qu'aux nombreux collèges du Quartier Latin . Portée à 8 mètres de large en 1672 elle était habitée au XVIIème siècle par des gens d'épée et de robes . Puis vint son déclin . Au début du XXème siècle elle était devenue l'une des plus mal fréquentée de la capitale . Le dégagement de l'église Saint-Julien-le-Pauvre et le percement des rue Lagrange en 1887 et celui de la rue Dante en 1896 l'ont beaucoup modifiée .

        082rg-rue-galande_s    051ruegalande009

                                                                 La rue Galande en 1866

      Le Cimetière Juif de la rue Galande 

     Les communautés juives de la Cité et de la rue de la Harpe ont eu de 1198 à 1270  un cimetière situé entre la rue les rues Galande et Domat probablement au n°47 de la rue Galnde et au n°12 de la rue de la Harpe . L'emplacement du cimetière juif de la rue Galande avait déjà servi de lieu de sépulture à l'époque gallo-romaine . En 1270 Philippe III le Hardi successeurde Saint-Louis décida que les juifs n'auraient plus qu'une seule  synagogue et un seul cimetière à Paris . On n'a retrouvé aucune pierre tombales de ce cimetière contrairement à celui du cimetière juif de la rue de la Harpe , ce qui laisse supposer qu'il avait été surtout affecté à des juifs de connditions modestes . 

     

     jhk     sss

                            Stèles provenant du cimetière juif de la rue de la Harpe 

     Quelques maisons médiévale de la rue Galande 

   hnji     P1020031

                                                La Légende de Saint-Julien l'Hospitalier 

    Au n° 42 de la rue Galande se trouvait autrefois la " Maison de la Heuse " ( la heuse était une chaussure montante à cuir mou )  . Au dessus de la maison actuelle se trouve un bas-relief en pierre du XIVème siècle encastré dans la façade représentant la légende de Saint-Julien l'Hospitalier . Il représente Saint-Julien et sa femme  dans une barque passants le Christ vers une chapelle située sur l'autre rive . Cette sculpture , mentionnée en 1380 , est la plus vieille enseigne de Paris . L'original de ce bas-relief se trouve au musée du Louvre . 

     051ruegalande006      WXC

                                                     Maisons à pignons  de la rue Galande       

   Aux n° 29 et 31 de la rue Galande se trouve des maisons à pignons datant du Moyen-âge . Le pignon de bois de la première date de la fin du règne de Louis XI environ en 1480 . Les solives sont sulptées . Le pignon, entre le XVe et le XVIIe siècle, supportait la poutre principale de la charpente d’une maison ou d’un commerce. Par extension, l’expression a évolué en désignant le fait de posséder un bien immobilier plutôt riche. Aujourd’hui , " avoir pignon sur rue " traduit une certaine notoriété et aisance  à son propriétaire. 

                            sdf

                                    Emplacement de l'ancienne chapelle Saint-Blaise-Saint-Louis 

    Au n°48 de la rue Galande se trouvait l'ancienne chapelle Saint-Blaise-Saint-Louis construite vers 1200 . Elle était une annexe du prieuré de Saint-Julien-le-Pauvre . Les maçons et les charpentiers y installèrent leur leur confrérie au XIIIème siècle . Cette chapelle fut démolie en 1770 . L'administration des hospices vendit son terrain en 1812 et on y construisit une maison dans laquelle furent emplyées les pierre de l'anique chapelle .  

 

     DFG      5478721878inscriptionsChateauRouge       

                                                  Cabaret du " Chateau rouge " rue Galande 

      FJ      ob_526bd0_caveau-des-oubliettes

      1-1-swan-bar-paris     GH

                                                             Le Caveau des Oubliettes 

  Au 52 de la rue Galande se trouvait une prison construite sous le roi capétien Philippe-Auguste . Il  avait fait creuser ces geôles pour y jeter les ennemis de la couronne et les adeptes de la magie noire. Sans plus de procès , une trappe s'ouvrait sous les pieds des coupables qui étaient précipités aux oubliettes, où ils croupissaient jusqu'à ce que le sous-sol soit inondé avec les eaux de la Seine voisine . Ce lieu laissé à l'abandon a été transformé en 1920 en cabaret où les clients buvaient de l'hydromel tout en chantant de vieilles chansons du Moyen-âge . Le Caveau des Oubliettes était décoré de cages contenant les crânes des suppliciés , en plus il abritait  un " musée de la torture " où l'on pouvait voir une guillotine qui avait été utilisée pendant la Révolution à Nantes . En 2011 un collectionneur russe en fit l'acquisition . Transformé en club de jazz , il est aujourd'hui fermé et en liquidation Judiciare .

        DFG    5478721878inscriptionsChateauRouge

                                669344CHATEAUROUGEEBA2

     714635ChateauRougevautours      431706FRESQUECHATEAUROUGE

                                                      Le cabaret du Chateau rouge 

   Au n° 57 de la rue Galande se trouvait au fond d'une cour le cabaret du " Chateau rouge " ( ouvrez le lien ci-contre ) . Le cabaret du Château-Rouge surnommé " La guillotine " , était le lieu le plus mal famé du quartier de la place Maubert. Entre l'allée d'un  hôtel louche et la porte  d'un "assommoir" s'ouvrait un long couloir  étroit . L'entrée du cabaret , était une vaste et close chambrée , de sordides buveurs attablés, hommes en blouses et filles crottées , abrutis par l'alcool . L'arrière boutique était réservée aux riches souteneurs en vestes de velours et casquettes à pont . Le raide , la verte et le gros-rouge étaient les seules boissons consommées dans ce lieu . C’était un asile de nuit pour vagabonds qui moyennant quelques centimes pouvaient dormir à même le sol . Le matin ces pauvres bougres étaient alors jetés à la rue par le patron armé d’un nerf de bœuf, aidé dans sa triste besogne par des garçons qu’il a recruté parmi des lutteurs .

        bnn     55a8e4c29a5636f930a011ad3bf572d9

           493c9f2c895c2c8223db834617f62f88      DSC_0767a

                                                                         " Chez Odette "

    Au 77 de la rue Galande se trouve au pied d'un immeuble du XVII-me siècle un comptoir à cou portant le nom de " Chez Odette " . Au premier étage se trouve un salon de thé minimaliste et rétro offrant une vue imprenable sur Notre-Dame de Paris , à admirer en dégustant de délicieux  choux accompagnés d’un vrai chocolat chaud , d'un thé ou d'un café . Sol en damier de marbre , murs en marqueterie et Art déco , " Chez Odette "  ressuscite l’univers des Années folles. La musique rétro diffusée dans la boutique achève de nous faire voyager dans le temps .

      P1380914    P1380915

      P1380921    DFG

     DSCN0255     P1380936

                                                      " Adulis " - Café abyssinien 

    Au 46 de la rue Galande se trouve installé depuis peu  un délicieux restaurant abyssinien  " Adulis "  où je suis allé déjeuner . L'accueil y est des plus chaleureux et les plats abyssiniens , très copieux , sont excellents et à prix très modiques . Ce restaurant vend  en outre des variétés de cafés du monde entier qu'ils torréfient eux-même . Vous pouvez les acheter en grains où moulus par leurs soins . 

   Ne manquez lors de l'une de vos prochaines promenades dans le quartier latin de vous promener dans cette rue ô combien chargée d'histoire  , et pour quoi pas aller découvrir la cuisine éthiopienne . 

    

   

  

Posté par jacauber à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2017

ÉGLISE SAINT-LOUIS D'ANTIN

 

                  sss

                   P1380226

                                               Eglise Saint-Louis d'Antin 

    Je vous propose de partie à la découverte de l"histoire de l'église Saint-Louis d'Antin qui se trouve 63 rue Caumartin dans le IXème arrondissement à proximité des grands magasins du Printemps et des Galeries Lafayette . 

        La Chaussée d'Antin

    Au XVIIème siècle, le chemin des Porcherons reliait la porte Gaillon ( porte des Fossés jaunes ) (une des portes de l’enceinte édifiée sous Louis XIII)  au petit village des Porcherons situé plus au nord, en traversant un espace marécageux. La rue porte le nom de « chaussée », car en raison du terrain marécageux , il a fallu la surélever, la poser sur du remblai. À la hauteur de la rue de Provence, la chaussée franchissait le « Grand Égout » de deux mètres de large environ.

                  xxc

                            Chemins des Porcherons ( Château des Porcherons ) 

    Les fréquents séjours de Louis XV dans Paris amenèrent à y construire de splendides demeures, tel l’hôtel de Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin, duc d’Antin (1665-1736) , fils de la marquise de Montespan et surintendant des Bâtiments du Roi, qui donna son nom à la rue dès 1712. L'ordonnance du 4 décembre 1720 a porté la largeur de la rue à 8 toises et l'a prolongée jusqu'aux boulevards.

             montespan-largillic3a8re-1710-1356x1051-hst-san-francisco-fine-arts-museum                125

           Louis-Antoine de Pardaillan               La marquise de Montespan     

     L'église Saint-Louis d'Antin

      L'église Saint-Louis-d'Antin existe de par la volonté de Louis XVI . En 1779, le Roi demande de transférer le noviciat des frères Capucins du faubourg Saint-Jacques dans le quartier populaire de la Chaussée d'Antin qui n'a pas d'institutions religieuses. Les bâtiments conventuels sont construits entre 1780 et 1782 par l'architecte Brongniart (1739-1813) .

          CAPUCINS

          CLOITRE DES CAPUCINS

                        Couvent des Capucins de la Rue Caumartin

          eglise-saint-louis-d

                                      Eglise Saint-Louis d'Antin 

    Sous la Révolution, la chapelle du couvent des Capucins (branche des Franciscains) est aménagée en imprimerie puis en hospice, elle est rendue au culte en 1795. Elle devient paroisse en 1802 : c'est l'église que nous connaissons aujourd'hui. Les autres bâtiments du couvent sont affectés à un lycée - aujourd'hui le lycée Condorcet. Le style de l'église Saint-Louis-d'Antin est antique. Brongniart rejette le baroque, alors sur le déclin. Si vous passez dans le quartier des grands magasins, prenez quelques minutes pour entrer dans cette église. Elle est très discrète dans la rue de Caumartin, mais vous serez surpris par le nombre de personnes qui viennent y prier. L'église est une des plus cosmopolites de Paris. On y célèbre une dizaine d'offices par jour. Un prêtre est toujours présent pour assurer les confessions au grand bonheur des paroissien et des touristes . Ref. " Patrimoine histoire " 

                    P1380179   

    dfg    cvg

                                                                  Eglise Saint-Louis d'Antin

    L'église ne possède qu'un seul bas-côté, à gauche et frappe par une ornementation antique omniprésente, notamment les grandes fresques sur le mur de droite et les piliers de gauche. On note aussi la présence de grands tableaux de peintres du XIXe siècle. La voûte en cul-de-four est ornée d'une fresque réalisée au XIXe siècle par Émile Signol (1804-1892) «Saint Louis et saint François adorant le Christ ressuscité» . La peinture est de style néobyzantin, très à la mode au milieu du XIXe siècle. Le chœur de Saint-Louis-d'Antin ; Le tableau du Christ en Croix est entouré de deux statues : saint Louis tenant la couronne d'épines et saint François d'Assise , fondateur de l'ordre des Franciscains. Elles sont l'œuvre du sculpteur Etienne Montagny (1816-1895) . Les cinq baies vitrées de Saint-Louis-d'Antin sont l'œuvre d'Edouard-Amédée Didron (1836-1902) . L'église est dotée d'orgues construites par Aristide Cavaillé-Coll en 1858 .

      Paris-Saint-Louis-d-Antin     dfgj

                                 www15

                                                 Eglise Saint-Louis d'Antin - Orgues Cavaillé-Coll

     Le Lycée Condorcet

   Le lycée Bonaparte de la Chaussée-d’Antin, aujourd’hui lycée Condorcet , se voit affecter des locaux qui n’étaient pas précédemment ceux d’un établissement d’enseignement. Il s’agit du couvent des Capucins de Saint-Louis-d’Antin, qui venait juste d’être construit par Alexandre-Théodore Brongniart lorsqu’il a été déclaré bien national en 1789. Pour adapter le bâtiment à sa nouvelle fonction, on rappelle le célèbre architecte qui conduit les travaux d’appropriation. L'une des deux cours du lycée est l'ancien cloître du couvent . 

        P1380231       LyceeCondorcet (1)    

                                                             Entrée du lycée Bonaparte

           2 (Large) (Medium)     cloitre-web

                                        Lycée Condorcet ( ancien cloître du couvent des Capucins )

                             lyceecondorcet

                                                   Eglise Saint-Louis d'Antin et lycée Condorcet

      Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades dans le quartier de la Chaussée d'Antin d'aller visiter l'église Saint-Louis d'Antin . 

Posté par jacauber à 18:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2017

LE VILLAGE SAINT-PAUL

     

                          lk

     df    image

                                                                     Le Village Saint-Paul 

     Partons ensemble à la découverte du Village Saint-Paul qui se trouve dans le quartier du Marais peu connu des parisiens exceptés les amateurs d'antiquités . 

     Histoire du Village Saint-Paul 

    Le Village Saint-Paul, se situe dans un lieu chargé d'histoire en plein cœur du quartier du Marais. Structuré autour de cours intérieures , son périmètre est défini par les rues St-Paul, Ave Maria, Charlemagne et les Jardins St-Paul. Au VIIe siècle, en 630, Saint-Eloi Ministre et Grand Argentier de Dagobert 1er . En 635 il construit à la limite des marécages sur la rive droite une basilique dédiée à Saint-Paul-de-Thébaïde. Cet édifice sera à l'origine du Village Saint-Paul des Champs. Après la construction des remparts Philippe Auguste (1190-1209), le Village Saint-Paul sera nommé hors les murs. Choisi par Charles V comme lieu de résidence en 1360, le Village Saint-Paul deviendra la paroisse des Rois de France de 1361-1559 .

      6a00d8341c464853ef016306090fe2970d-800wi    marais-hotel-de-sens

              Sacre du roi  Charles V à Reims                                                    Hôtel Saint-Paul

    Le village Saint-Paul a été crée en 1358, alors que le roi Jean le Bon était retenu prisonnier en Angleterre, Charles V fit l'acquisition de plusieurs terrains appartenant à des particuliers ou à des monastères. Le tout formant un enclos, appelé hôtel Saint-Paul, s'étendait de la rue Saint-Antoine à la Seine. coup de grâce, François Ier finit par vendre à des particuliers ce qui restait des bâtiments. De nouvelles maisons les remplacèrent et, à part le nom des rues avoisinantes  , rue Charles V , rue des lions, rue des jardins Saint-Paul- plus rien ne subsiste des fastes de la résidence de Charles V . Il y a une trentaine d'années, des antiquaires décidèrent de redonner à ce lieu son cachet. Les façades des immeubles furent alors nettoyées. Les cours furent débarrassées des voitures qui s'y garaient abusivement. Le village Saint-Paul était né . ( Ref. Cityzeum ) . 

      Le Village Saint-Paul , le paradis des amateurs d'antiquités  

               aa-plan-village-st-paul950x429-02

                                                   Le Village Saint-Paul 

    À l’origine village antiquaire dédié à une clientèle majoritairement américaine, le village Saint-Paul a beaucoup changé depuis une dizaine d’années, transformé aujourd’hui en un petit marché caché au coeur du Marais proposant une plus grande diversité de produits : meubles et déco, jeux et jouets, antiquités/brocante, restaurants… C’est un endroit dans lequel flâner, dans une atmosphère de village qui vous fera oublier que vous êtes au centre de Paris.  Composé de plusieurs cours intérieures, le village Saint-Paul a en effet conservé une atmosphère authentique dans laquelle il est agréable de se promener. Vous y découvrirez une ambiance générale calme et silencieuse, à l’écart du bruit et entouré par de jolis bâtiments anciens du Marais. Un vrai luxe à Paris .

         SD      P1110977     

          village-saint-paul-romantique    P1110970

                                                                     Le Village Saint-Paul

     Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades dans le quartier du Marais d'aller découvrir le Village Saint-Paul vous ne le regretterez pas !

  

 

    

Posté par jacauber à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2017

LE CALVAIRE DE LA RUE DE L'ÉVANGILE

        cvb      

        2 Calvaire évangile

                                  Le calvaire de la rue de l'Évangile 

     Le calvaire de la rue de l'Évangile est le dernier calvaire de Paris . Il se trouve à l'angle de la rue d'Aubervilliers et d la rue de l'Évangile dans le XIXème arrondissement de Paris , non loin de la Porte d'Aubervilliers       

      La Rue de l'Évangile 

    Cette rue , longue de 910 mètres et d'une largeur moyenne de 12 mètres , commence place de Torcy et se termine au 175 de la rue d'Aubervilliers . Cette ancienne voie de la commune de La Chapelle  s'appelait " Chemin de la Croix de l'Évangile " .  La première rue s'était appelée  " Chemin de la Flache " en 1655 et rue de la Flache en 1704 ( une " flache " était un endroit rempli de boue et d'eau ) .  Cette rue tirait son nom d'une croix déjà citée en 1540 érigée à l'intersection avec notre rue d'Aubervilliers .

   181ruedelamadone01    1406004

                    P1300944

                                        Le calvaire de la rue de l'Évangile en 1930

  Ce chemin était bordé de fossés plein de boue que venait y déposer les entrepreneurs chargés de l'enlèvement des boues de Paris . On y trouva en 1775 les cadavres d'un homme et d'une femme mots étouffés  par la boue du fossé dans lequel ils étaient tombés . La rue de l'Évangile est officiellement créée le 2 avril 1868 par fusion de deux rues : l'ancienne rue d'Aubervilliers , de la place de Torcy à la place Hébert , et le chemin de la Croix de l'Évangile , de la place Hébert à l'actuelle rue d'Aubervilliers . Au XXe siècle, le bout de la rue de l'Évangile est longé par un ensemble de gazomètres qui disparaîtront  en 1978 pour laisser place à la zone d'activités .

                  cvc

                                     Les gazomètres de la rue de l'Évangile

   Marcel Aymé  décrit Rue de l'Évangile  dans le recueil " Derrière chez Martin "  en 1938 . La rue est également décrite par Jules Romains dans son roman Les Hommes de bonne volonté et Alexandre Arnoux dans Rue de l'Évangile . Enfin l'extrémité de la rue près de la Croix de l'Évangile , est reconstitué en studio pour le film de Marcel Carné " Les Portes de la nuit ", sorti en 1946 . Dans cette scène, les héros Diego et Malou s'embrassent devant l'édifice , l'arrière-plan étant constitué d'une succession de gazomètres aujourd'hui disparus . Tout naturellement le photographe Robert Doisneau n'a pas manqué d'immortaliser le calvaire de la rue de l'Évangile 

              3 1946 Calvaire Evangile au cinéma - Copie (Large)

 La rue de l'Évangile reconstituée en studio pour le film " Les portes de la nuit " de Marcel Carné

             14368765_1118122521607748_7150343693967419393_n

                 Calvaire de la rue de l'Évangile photographié par Robert Doisneau 

          P1280984    1406005

                                                      Le calvaire de la rue de l'Évangile 

    

     

Posté par jacauber à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2017

HISTOIRE DU XIXème ARRONDISSEMENT

 

           117165099     17861792_1257639994343651_5775096376325843706_n

                  Martine Annabelle Arak                              Histoire du XIXème arrondissement 

                       IMG_20170904_195526_345

                             Martine Annabelle Arak - Armel Louis ( éditeur )  - Pascal Varejka 

      P1250431      P1290799    

                        Martine Annabelle Arak présentant son livre à librairie du Parc de La Villette 

   Je vous propose aujourd'hui de découvrir un livre remarquable sur l'histoire du XIXème arrondissement à travers les souvenirs et les témoignages de ses anciens habitants  .  Ce livre a été écrit par madame Martine Annabelle Arak et monsieur  Pascal Varejka  et édité par monsieur Armel Louis .  

    Martine Annabelle Arak est consultante Feng Shui ( ouvrez le lien ci-contre ) après une carrière dans la fonction publique, Le Feng Shui lui a appris à aller au-delà des apparences et lui confère un regard et une sensibilité particulière sur l’environnement. Elle habite le 19ème depuis sa naissance, y a grandi et construit sa vie. Elle est allée à la rencontre des habitants pour recueillir leurs sentiments et l’âme de l’arrondissement.

    Pascal Varejka , né à Paris  a parcouru en tous sens sa ville de prédilection depuis près d’un demi-siècle et vit dans le 19e depuis 1988. Historien, traducteur, journaliste, il a publié depuis 1995 une douzaine de livres sur Paris, dont le guide 10 promenades pour découvrir Paris, paru en français et en anglais en 2016 mais aussi Paris, mythes et légendes, Rues historiques de Paris ou Paris au Moyen Age.

                                          011   

                                                    Plan du quartier de La Villette   

   Raconter Paris et plus particulièrement un arrondissement de Paris, c’est raconter une ville dans la Ville. Raconter le 19e, c’est parcourir un espace longtemps industriel et ouvrier, au service de Paris : viande, sucre, eau, éclairage, imprimerie, cinéma ou télévision, cela jusqu’au début des années 1970.  Aujourd’hui, cet arrondissement est voué à la culture musicale ou théâtrale, à l’apprentissage, aux loisirs, à la science, tout en restant populaire ; un musée permanent à ciel ouvert de l’architecture contemporaine, mais aussi le lieu le plus vert de Paris avec ses parcs, ses jardins partagés. Des quartiers solidaires et résistants, passages des migrations et de l’histoire. Quartiers de canaux et de ponts, de péniches et de passerelles, d’avenues et de chemins de traverses, de tours et de squares, leur diversité reflète les cultures du monde entier à travers leurs cuisines, leurs marchés ou leurs bazars. Paris reste Paris grâce à ses périphéries : le 19e en est un bel exemple.  Partageant leur ressenti et leur savoir, les deux auteurs, habitant avec leur famille le 19e depuis trois générations, nous accompagnent dans ce voyage au bout de Paris . 

      556_001     709_001_paris-xixeme-arrondissement-le-pont-levant-de-la-rue-de-crimee

                  Les abattoirs de La Villette                                         Le pont-levant de la rue de Crimée 

   Ce livre magnifiquement illustré est une véritable mine d'or ! Vous trouverez tout ce que vous désirez connaître sur cet  arrondissement (  plans détaillés des différents quartiers  , stations de bus et de métro  ,  lieux de de santé , équipements sportifs , cinémas , cafés , restaurants , lieux de culte ,  sites intéressants à visiter ainsi que de nombreuses anecdotes ) . Vous pouvez vous procurer ce livre dans les librairies de l'arrondissement et tout particulièrement celle de monsieur Armel Louis , l'éditeur de ce livre ,  à  " La  Lucarne des écrivains " 115 rue de l'Ourcq , contre la somme de 19.90 euros , ce qui n'est pas cher  compte tenu de la qualité et la richesse de cet ouvrage . 

                  librairie-lucarne-des-ecrivains

                                     Librairie " La Lucarne des écrivains " 

          

 

             

    

 

 

               

   

       

Posté par jacauber à 17:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 août 2017

LA FONTAINE DE LA PETITE HALLE

   

   18581936_1368431816576624_1602139024033439635_n    pa00086535

                                        La Fontaine de la Petite-Halle ( Fontaine de Montreuil )

      Partons ensemble à la découverte de l'histoire de la Fontaine de la Petite-Halle qui se trouve  place Antoine Béclère , à l'angle du 184 de la rue du Faubourg Saint-Antoine et de la rue de Montreuil à la sortie du métro Faidherbe-Chaligny .

        La Petite-Halle

    On pouvait voir jusqu'en 1940 devant l'hôpital Saint-Antoine sur la pointe que forme la rencontre des rues du Faubourg Saint-Antoine et de Montreuil un ensemble constitué par un marché couvert , dit la " Petite-Halle " construit en 1643 devant l'abbaye Saint-Antoine  des Champs . La Mère abbesse avait annexé à ce petit marché une boucherie de dix étaux dont elle avait le monopole de la vente de la viande dans tout le faubourg . L'abbaye Saint-Antoine des Champs fut confisquée à la Révolution de les bâtiments conventuels abritèrent un hôpital appelé de l'Est en 1795 . et qui prit en 1796 le nom d'hôpital Saint-Antoine . A ses côtés, la fontaine de la Petite-Halle fut érigée en 1719 , un corps de garde avait accolé à cette fontaine .

                  abbayestantoine2   

                                          Abbaye Saint-Antoine des Champs

                  Docteur_Antoine_Beclere_place_du_Petite_Halle_36

                                                        La Petite-Halle

                               cvb  

               xcv

                          Le corps de garde , la fontaine et la Petite - Halle

 

        La Fontaine de la Petite-Halle

 

               18619920_1368433159909823_3229349209757383666_n

                                           La fontaine de la Petite-Halle 

     A coté de la Petite-Halle on édifia en 1719 une des fontaines prévues pour désservir le la faubourg Saint-Antoine . Cette fontaine dont Louis XV avait posé la première fut contruite par Jean Beausire . Elle fut achevée en 1710 . Elle est constituée d'un bâtiment isolé de toutes parts , de plan carré, en pierre de taille . Les façades sont composées de deux pilastres portant un fronton triangulaire . Entre les pilastres sont des arcades aveugles à clef saillante passante et pendante dont le tympan est percé d'un oculus sur les côtés est et ouest  et qui ouvrent, sur les deux autres côtés , sur une niche concave circulaire au sol voûtée en coquille appareillée en panache . L'eau s'écoule de la bouche de mascarons métalliques à figure humaine . Cette fontaine était alimentée  par la pompe à feu de Chaillot .

            P1330637_Paris_XI_Fontaine_de_la_Petite-Halle_rwk    sdnj

                                                       P1240193

                                                             Mascaron de la fontaine de la Petite-Halle

    A leur emplacement , se trouve aujourd’hui un petit square  . La fontaine de la Petite-Halle existe toujours , mais parait bien isolée, et hélas  rien ne rappelle l'histoire des lieux....  ( Ref. Patrick Marsaud - John d'Orbigny )

         

  

     

 

 

 

Posté par jacauber à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2017

LE THÉÂTRE DE GRENELLE

 

                     vbbb

                     2866

                                                     Le Théâtre de Grenelle

    Partons ensemble à la découverte du théâtre de Grenelle aujourd'hui disparu . Ce Théâtre de Grenelle se trouvait 55 rue de la Croix-Nivert dans le XVème arrondissement .

    La rue de la Croix-Nivert

                    lecourbe2

                               Angle de la  rue Lecourbe et de la rue de la Croix-Nivert

   Ancienne voie des communes de Vaugirard et de Grenelle,  cette voie existait à l'état de chemin en 1730 .  En 1623 était édifiée à l'intersection de nos rue de Lourmel et Lecourbe une croix que les habitants de l'époque appelèrent la  " Croix Nivert " , dû sans doute au nom de son premier propriétaire . Le nom de Croix-Nivert fut donné à la rue qui remplaça cet ancien chemin . Cette rue sera prolongée en 1875 jusqu'à la rue de Vaugirard afin de relier la rue Lecourbe à la gare du chemin de fer de la petite ceinture .

    Le Théâtre de Grenelle

    Deux ans avant la réunion de l'agglomération de Grenelle à la commune de Vaugirard ( 22 octobre 1830 ) un théâtre fut construit pour le divertissement de ses habitants au 55 de la rue de la Croix-Nivert .

                            aze_card08021-1376_001

                                        Le Théâtre de Grenelle en 1860

    Le Théâtre de Grenelle est inaugurée en 1828 . La salle de 1.300 places avec façade décorée des statues d'Euterpe et et d'Appolon sera restaurée en 1837 . Son exploitation est confiée à la veuve de Sevestre  et à ses fils qui l'administrèrent mal jusqu'à ce que leur fût retiré en 1852 le privilège conféré par Louis XVIII . Ils furent remplacés par Henri Larochelle qui l'adminisra jusqu'à sa mort en 1884 .  Du fait de la médiocrité des spectacles proposés, le théâtre périclite rapidement.  Le théâtre ferme définitivement en 1929  année de son centenaire . Il est alors détruit et remplacé par des immeubles modernes et par une salle de cinéma  " Le Palace " , jusqu'en 1983. C'est maintenant un lieu de prière pour les Ismaéliens de la région parisienne (Fondation Aga Khan) .

                 carte-postales-anciennes-Paris-Théatre-de-Grenelle-582x367  

    55171-5    aff-0258

                                                           Le Théâtre de Grenelle

                     th193

                                            Entrée de 'ancien cinéma " Le Palace "

    Décidemmenr le  cinéma " Le Palace " n'aura pas eu plus de chance que le théâtre de Grenelle ! Tous deux ne connurent qu'un succès éphémère .

                                   

                      

Posté par jacauber à 14:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 mai 2017

LA VILLA DU PRÉ

 

                           villa du pré

                                                     la Villa du Pré " au Pré-Saint-Gervais 

    Quittons pour une fois le sol parisien pour nous rendre au Pré-Saint-Gervais  situé dans la banlieue nord de Paris , non loin de la Porte des Lilas à la découverte de la Villa du Pré . Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir , à quelques pas de la mairie du Pré-Saint-Gervais au 73 de la rue André Joineau  , un véritable petit hameau de verdure hors du temps avec ses petites pavillons , ses ruelles et ses passages au charme bucolique . 

        P1230325     P1230362

        P1230320     P1230324

        P1230306     P1230288

                                                                               La " Villa du Pré " 

          Histoire de la " Villa du Pré " 

     La "  Villa du Pré " , ruelles bordées de jolies maisons du XIXe siècle est une ville dans la ville et un exemple du mode de vie de la classe moyenne et « petit-bourgeois » sous Napoléon . Il s’agit d’un ensemble pittoresque de maisons individuelles construites autour de petites rues plantées de grands arbres auquel on accède principalement par un porche voûté du 73-75, rue André Joineau . La  " Villa du Pré " compte deux cents pavillons et jardinets . La diversité architecturale , d’implantation , de volume des pavillons et les accès confidentiels du site (porches, escaliers , chemins étroits) lui confère une ambiance particulière très prisée par les Gervaisiens et les Parisiens en ballade . Ancienne Villa Gide , la Villa du Pré devint au XIXème siècle une propriété gérée par un syndic . La Villa du Pré, est créée en 1830 par Monsieur Gide , un riche entrepreneur parisien . Monsieur Gide possédait à cet emplacement une grande propriété agricole dont il voulut exploiter le sous-sol en carrière de gypse , mais la municipalité de l’époque lui en refusa l’autorisation d’exploitation . C’est alors qu’il décida de lotir sa propriété en deux cents lots pour y réaliser maisons avec jardinets , qu’il va vendre à des petits bourgeois et des rentiers modestes attirés par le cadre de vie gervaisien . En 1955, le syndic accepte qu’elle fasse partie intégrante de la commune. ( Ref. SIte de la " Villa du Pré " ) . 

       

     P1230303     P1230300

     P1230287    P1230364

                                                                           La  " Villa du Pré " 

   Ne manquez pas d'aller visiter  la " Villa du Pré " vous ne le regretterez pas !  Profitez de cette occasion pour aller voir le  " regard " ((ouverture permettant la visite et surveillance des conduits ) du Pré-Saint-Gervais qui de trouve sur la place de la mairie . C'est avec celui du " Trou Morin " ( situé boulevard Serruruer en contrebas du boulevard périphérique ) les deux regards encore visibles de nos jours au Pré-Saint-Gervais . 

        P1230276      P1230272

              qwxv    unnamed

              Regard du Pré-Saint-Gervais   ( Fontaine Louis XII )                       Regard du " Trou Morin " 

                         

         

 

Posté par jacauber à 13:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 mai 2017

LE PONT DE BERCY

 

                    le-pont-de-bercy-depuis-la-passerelle-simone-de-beauvoir

                                                    Le pont  de Bercy 

    Partons ensemble à la découverte de l'histoire du viaduc de Bercy qui se trouve dans le XIIIème arrondissement . Souvenons-nous qu'à cette époque Bercy était un petit Village qui sera rattaché à Paris en 1864 . 

        L'ancien pont de Bercy

   Le premier pont de Bercy était pont suspendu de trois travées à la hauteur de la barrière de la Rapée construite par Nicolas Ledoux aux abords de la Salpêtrière . Il fut construit en 1831 par Bayard et Vergès pour remplacer un bac qui transportait voyageurs et marchandises  . Il fut inauguré le 24 janvier 1832 par Louis-Philippe  . L'ancien pont disposait d'un péage jusqu'en 1861 . Les coûts étaient de , un sou par piéton et trois sous par cabriolet ( y compris pour les personnes transportées ) et de cinq sous par voiture à quatre roues attelée à deux chevaux . Ce pont suspendu soumis à un trafic intense fit craindre qu'il ne s'effondre un jour , d'un tonnage  insuffisant il fut  remplacé en 1863 par un ouvrage en maçonnerie plus solide . 

                     Capture

                                               La Barrière de de la Rapée 

 

                                 sdc

                                          L'ancien pont suspendu de Bercy 

           Le nouveau pont de Bercy 

   En 1863-1864 , un nouveau pont en pierre est bâti sur les plans de l’ingénieur Garnuchot . inauguré en 1864 par Napoléon III , il  comporte 5 arches elliptiques et 6 piliers . Sa longueur est de 175 m , la longueur des cinq travées est 29 m. La largeur de la poutre est de 19 m . Sa reconstruction s’inscrivant dans le cadre de la rénovation globale de la capitale voulue par Napoléon III et portée par le baron Haussmann . 

     1376127473-75-Viaduc-de-Bercy-72-ELD  1368945320-1

                                                           Le nouveau pont de Bercy

   En 1904, le pont de Bercy est élargi à 5,5m afin de pouvoir accueillir le viaduc du métro . En 1971 la ligne 6 ( Étoile-Nation ) en partie aérienne sera équipée de nouvelles rames de métro roulant sur pneumatiques afin de réduire les nuisances pour les  riverains lors de son parcours aérien de 6 kilomètres .                                                   

     P1200767    P1200798

     P1200759    P1200747

                                            Rames de métro sur pneumatiques 

   Entre 1989 à 1992, le pont est à nouveau élargi et prend son aspect actuel : trois voies supplémentaires sont créées. Le pont est réalisé en béton armé habillé de pierre . En 1986 , la décision fut prise d'élargir le pont afin de créer trois voies supplémentaires . Le projet retenu proposait de doubler l'édifice en lui accolant un pont parfaitement symétrique par rapport au viaduc du métro . Bien qu'identique en tout point à l'original , tant au niveau des piles que des travées, le nouveau pont est bâti en béton armé et recouvert d'un habillage en pierre. Les travaux débutèrent en 1989 et le pont fut livré en 1992 , après avoir gagné 16 m de large pour une largeur totale de 35 mètres . Cette réalisation fut confiée à l'architecte néo-classique Christian Langlois (1924-2007) , spécialisé dans la restauration et l'extension de bâtiments anciens . Il comprend un viaduc ferroviaire pour la ligne 6 du métro au-dessus du niveau réservé à la circulation automobile .

       P1200832    P1200849

       P1200854    P1200863

                          P1200787

                                                       Le pont de Bercy 

   Ne manquez pas lors de l'une promenade dans ce quartier de vous promener sous le pont de Bercy . Vous avez des vues magnifiques du Ministère des Finances , de la grande Bibliothèque de France et du viaduc d'Austerlitz . 

                                                                                                

                                                                                

                                                                                                                                      

                     

Posté par jacauber à 16:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 mars 2017

CITÉ JANDELLE

 

                                 csdff

                                 P1050450

                                                                   La Cité Jandelle 

      Partons aujourd'hui ensemble à la découverte de la Cité Jandelle . Elle se trouve  située entre le 53 et le 55 de la rue Rébeval dans le XIXème arrondissement . Cette voie qui se termine en impasse mesure 115 m de long pour une largeur de 3.6 m . Elle fut  ouverte en 1846 , située dans l'ancienne commune de Belleville jusqu'en 1860 date de son rattachement à Paris , elle  porte le nom de son ancien propriétaire l'architecte Edouard Jandelle . C'est aujourd'hui  une ruelle privée ouverte à la circulation le 23 juin 1959 .

      La Rue Rébeval

     Cette ancienne rue de Belleville  est l'ancien Chemin de Saint-Laurent de 1672 qui conduisait de Belleville vers le quartier parisien de Saint-Laurent par le chemin de la Chopinette . Appelée rue Saint-Laurent de 1837 à 1864 date à laquelle elle reçut le nom du Lieutenant Général Joseh Boyer de Rébeval ( 1768-1822 ) qui s'illustra héroïquement  dans presque toutes les campagnes de la Révolution et l'Empire . Toutes les anciennes rues situées du côté impairs de la rue Rébeval se heurtaient à la butte de Chaumont d'où elles pouvaient atteindre , soit les nombreuses carrières de Gypses situées au pied de la butte , soit les moulins édifiés à son sommet .  Je vous invité à découvrir le remarquable site sur l'histoire de Belleville intitulé   " Plateauhassard "

        60bbce_98270243aa81433cac786715caaeb2b4         export (10)

             Carrières de la butte Chaumont                                         Moulins de la butte Chaumont 

        Edouard Jandelle-Ramier

    La cité Jandelle porte le nom d'un ancien propriétaire,   Edouard Jandelle-Ramier architecte et entrepreneur de maçonnerie bellevillois à qui l'on doit notamment le célèbre Parisiana  , un café-concert ouvert en 1894 au 27 boulevard Poissonnière . Le Parisiana  était un " caf'conc " très à la mode , ne désemplissant jamais et rencontrant un énorme succès . Fermé en 1910 pour raison de travaux de sécurité non effectués , il fut l'un des premiers lieux d'exploitation du cinématographe sous le nom de Parisiana cinéma surnommé le " roi des cinémas " en raison de ses 1.500 places assises  . En 1937 il sera transformé en salle de concert . En 1957, le Parisiana cinéma  est racheté par la " Gaumont " qui le modernise et il  devient le " Richelieu-Gaumont " avec 1 800 places assises. Par la suite, le cinéma s'agrandit avec la création de cinq salles. Malgré ces transformations, le cinéma ferme définitivement en 1987  pour faire place à un grand magasin de jouet " La grande Récré " .  

        le-Parisiana-concert-582x379     1925a21b4b1ce6002a408e3f4af05c23

                  Café-Concert le Parisiana                                                   Cinéma le Parisiana 

              marguerite_du_perret_parisian129899_2       parisiana_concert_albens126646_0       h_fragson_parisiana_concert130025_2

                                                             Le Parisiana - Concert 

    La Cité Jandelle 

   Parmi les horribles tours d'habitation modernes , les immeubles haussmanniens bordant le parc des Buttes Chaumont et les constructions de l'entre-deux-guerres , il demeure encore quelques  petits passages préservés  où il fait bon vivre et se promener  avec des maisons individuelles comme celles de la Cité Jandelle témoins d'une époque où Belleville était un petit village . Un havre de paix loin de l'agitation  des rues avoisinantes . Mais pour combien de temps encore .... 

       IMG53220     IMG5320x0

       P1050447     P1050448

       P1050449     P1050444

     P1050464   IMG53230   P1050446                 P1050457  P1050468

     P1050454    P1050455

                                                                     La Cité Jandelle 

    Profitez d'une belle journée printemps pour aller découvrir cette jolie petite ruelle , témoin d'un Paris hélas de plus en plus menacé par l'avidité croissante des promoteurs immobiliers et de la mairie de Paris qui se soucie bien peu de la sauvegarde du patrimoine parisien  . Vous passerez un bon moment , bonne promenade . 

    

   

 

 

  

Posté par jacauber à 18:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 février 2017

COLLÈGE DES IRLANDAIS

                       cvv                      

                                         paris fev 2017 058

                                         unnamed

                                                     Le Collège des Irlandais 

   Partons ensemble à la découverte du Collège des Irlandais , un lieu méconnu de nombreux parisien situé au n°5 de la rue des Irlandais non loin du Panthéon . C'est , avec le Collège des Écossais situé au n°65 de la rue du Cardinal Lemoine ,  les seuls collèges de  la Montagne Sainte-Geneviève encore visibles  de nos jours . 

      Rue des Irlandais 

            rue_du_cheval_vert_turgot-43926

            eerr

                                          Rue du Cheval-Vert 

   La rue des Irlandais existait en 1602 sous le nom du  Cheval-Vert dû à la couleur d'une enseigne ornant d'une teinturerie . Elle reçut le 6 février 1807 suite à un décret napoléonien le nom de rue des Irlandais à la demande du proviseur du Collège des Irlandais  situé dans cette rue .  

      Le Collège des Irlandais  

  Le Collège des Lombards fut fondé en 1334 par Monseigneur André Ghini , évêque d'Arras , pour accueillir des élèves italiens démunis . On attribue au Père John Lee, de Waterford, la création en 1578 de la toute première communauté collégiale irlandaise à l’étranger six de ses étudiants avaient alors intégré le Collège de Montaigu de l’Université de Paris . Ce collège se trouvait place du Panthéon . 

                                      zzzz

                                                   Le Collège de Montaigu

 En 1677 Louis XIV fit du collège des Lombards la résidence d’une communauté de séminaristes et de prêtres irlandais . Ce collège était situé rue des Carmes à Paris . Cette communauté irlandaise était partagée entre un séminaire pour les étudiants ecclésiastiques irlandais et une maison de retraite pour pour les prêtres réfugiés en France . En 1775  les étudiants déménagèrent au sein d’un nouveau bâtiment construit par l'architecte Bélanger père rue du Cheval Vert , qui devint le Collège des Irlandais. Le séminaire des Irlandais fut quand à lui fermé en 1793 . Ce bâtiment était un ancien hôtel particulier acheté en 1769 par Lawrence Kelly , alors préfet du collège des Lombards , et rénové spécialement pour les accueillir . 

    DSC02301      Centre_culturel_irlandais

    DSC02298      CollegeIrlandaisBx

                         unnamed (1)

    Le Collège des Irlandais  fut confisqué  pendant la Révolution française de 1793 à 1802 et devint une école pour jeunes français . Napoléon Ier unifia les collèges irlandais de Toulouse, Bordeaux, Nantes, Douai, Lille, Anvers, Louvain et Paris et les fusionna en un seul établissement situé rue du Cheval-Vert . Durant les siècles suivants le collège reprit son activité de séminaire pour étudiants irlandais. Durant la guerre de 1870 il servit d’hôpital aux soldats blessés. 

                          DSC02305

   Il fut ensuite utilisé comme refuge par l’armée américaine en 1945, puis il fut occupé par le séminaire polonais entre 1945 et 1997. À ce dernier titre, il a reçu plusieurs fois la visite du pape polonais Jean-Paul II . Entre 2000 et 2002 furent lancés d’importants travaux de restauration du bâtiment . Le 18 octobre 2002 le Centre Culturel Irlandais de Paris fut inauguré . C’est le seul Centre Culturel Irlandais dans le monde . La création du Centre Culturel Irlandais est une initiative du gouvernement irlandais. Son financement est assuré par une Fondation .

          unnamed (2)     zeui

                                                                       Collège des Irlandais 

      La Chapelle du Collège des Irlandais Collège des Irlandais 

   Consacrée à Saint-Patrick apôtre de l'Irlande , la chapelle du Collège des Irlandais a été conçue pour la pratique religieuse de la communauté irlandaise . L’une des particularités de cette chapelle réside en ce que les bancs ne sont pas dirigés vers l’autel mais se font face. L’intérieur d’origine a été remplacé aux environs de 1860 par une décoration ornementale riche, toujours visible aujourd’hui . On peut y voir le buste de John Lee fondateur de la communauté irlandaise  et de Patrice Maginn qui l'installa dans le Collège des Lombards . Au-dessus de l’autel se trouve la statue de la Vierge à l’Enfant, qui provient sans doute du Collège des Lombards . Au mur on peut voir un tableau représentant Patrick d'Irlande repoussant les serpents hors d’Irlande (allusion à la légende de Saint Patrick), ainsi qu’un tableau de Sainte Brigitte d'Irlande . Un aumônier irlandais nommé par l'assemblée des évêques d'Irlande auprès de la communauté irlandaise  de France célèbre tous les dimanches la messe dans la chapelle .

     unnamed (3)     unnamed (4)

                                                    unnamed (5)

                                                             La chapelle du Collège des Irlandais 

    La bibliothèque du Collège des Irlandais 

   La Bibliothèque du collège est quant à elle située dans une austère salle voûtée, au-dessus de la chapelle. Sa collection d’origine fut entièrement perdue au cours de la Révolution. La collection actuelle de 8 000 ouvrages, dont près de la moitié date du XVe au XVIIIe siècle , regroupe des livres et manuscrits provenant d’établissements religieux dissous, en particulier anglophones (comme le Collège des Écossais et le Séminaire Anglais à Paris), ainsi que des ouvrages acquis au cours du XIXe siècle présentant un intérêt irlandais .

       OldLibraryVisit_Mar2017_620_385_c1      bibliothque-5-centre-culturel-irlandais

                                                       mlnj

                                                              La bibliothèque du Collège des Irlandais 

     Le Centre Culturel Irlandais 

    L’objectif du Centre Culturel Irlandais est de présenter un large éventail de la culture irlandaise contemporaine sous tous ses aspects : cinéma, arts visuels, théâtre, littérature , musique, etc. Un programme culturel est ainsi mis en œuvre et propose tout au long de l’année des évènements ouverts à tous tels que des expositions, concerts, rencontres, conférences et projections de films . Ouverte à tous , la médiathèque met à la disposition de ses usagers plusieurs milliers de documents en anglais et en français consacrés à l’Irlande , son histoire et sa culture ( livres , journaux , DVD , CD de musique et CD ROM ) . Le Centre possède aussi une fonction d’hébergement puisqu’il dispose de 45 chambres louées à des étudiants irlandais étudiant en France ou mises à disposition des artistes venant en résidence dans le cadre du programme culturel .

    centre_culturel_irlandais_paul_seawright_9       Seawright+Paris+2014

                                    FD27604-1-768x513

                                               Exposition et concert au  Centre Culturel Irlandais 

   Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades d'aller visiter le Collège des Irlandais je peux vous assurer que vous passerez un moment bien au calme loin de l'agitation des rues avoisinantes . Peut-être aurez la chance de visiter une exposition en cours ou d'assister à un concert . Vous pouvez consulter le site ci-joint agenda du Centre Cuturel Irlandais avant de faire  votre visite . Bonne promenade . 

                                                            

 

 

 

 

   

      

Posté par jacauber à 10:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 janvier 2017

CITÉ DU FIGUIER

 

                    www

                 FGH     P1240473

                                               Cité du Figuier 

    Partons ensemble à la découverte de la pittoresque Cité du Figuier . Son entrée se trouve située au 104 de la rue Oberkampf dans le XIème arrondissement de Paris . Cette rue possède également au 154 la Cité Durmar , tout aussi pittoresque et que je me propose de vous découvrir dans un de mes  prochains articles . 

    La rue Oberkampf

   Autrefois cette rue était un chemin raide et escarpé qui conduisait au village de Mesnil-Maudan ( aujourd'hui Ménilmontant , dont la pente ne fut adoucie qu'en 1762 . Cette rue s'appelait au milieu du XVIIIème siècle chemin de Mesnil-Maudan , puis de Mesnil-Mautemps entre le boulevard des Filles du Calvaire et de la rue de la Folie-Méricourt , puis le nom d'un échevin nommé Chapus entre la rue Amelot et de la Folie-Méricourt . Elle se prolongeait enttre les rue de la Folie-Méricourt et  Saint-Maur par la rue de la Roulette ( nom dû au bureau d'octroi monté sur roues situé au carrefour de la rue de la Folie-Méricourt ; puis de la rue Saint-Maur au boulevard de Ménilmontant par la rue de la Haute-Borne . Ces trois rues fusionnèrent et prirent le nom de Ménilmontant en 1806 , puis d'Oberkampf en 1864 , du nom de Guillaume Oberkampf qui créa la manufacture royale de toile imprimée de Jouy-en-Josas plus connue sous le nom de " toile Jouy " . La toile de Jouy est une étoffe de coton dite " indienne " sur laquelle sont représentés des personnages avec décors ou des paysages . Les dessins sont le plus souvent monochromes , rouges ou violets (aubergine) sur fond écru ou bistre mais peuvent se décliner dans d'autres coloris, rose, bleu clair ou marine, vert clair ou foncé voire beige ou gris. Parfois, les couleurs sont inversées, c'est-à-dire qu'on peut avoir des dessins de teinte écrue ou bistre sur des fonds colorés.

 Je vous recommande de vous rendre sur le blog " Paris , rue du Pressoir " qui traite remarquablement bien l'histoire de Belleville et de Ménilmontant . 

    884856830   gklm

         Rue de Ménilmontant au XIXème siècle                                 Barrière de Ménilmontant 

                                              Christophe-Philippe Oberkampf2 

                                                 Christophe-Philippe Oberkampf ( 1738-1815 )

   La-Manufacture-de-Jouy         La fête de la Fédération

 Manufacture Royale de toile imprimée à Jouy-en-Josas                           Toile de Jouy 

     Ne manquez pas d'aller visiter à Jouy-en-Josas le superbe Musée Oberkampf consacré à l'histoire de Manufacture Royale de toile imprimée fondé en 1760 par Guillaume-Philippe Oberkampf . 

     La Cité du Figuier 

   Cette impasse pavée et verdoyante semble être coupée de la ville . Profitez de ce havre de paix en plein Paris loin de l'agitation des rues avoisinantes . Cette impasse est bordée de maisons basses et souvent colorées qui ont une histoire particulière. Elles étaient autrefois occupées par des ateliers et logeaient les ouvriers qui y travaillaient. D’où cette architecture industrielle que les nouveaux propriétaires ont su mettre en valeur. Aujourd’hui des artistes, des artisans ou encore des sociétés indépendantes occupent les bâtiments . Chaque pas de porte a le droit à son amoncellement de plantes en tout genre , comme cette majestueuse Agave qui serait là depuis quarante-cinq ans . 

  P1240441    P1240437                   P1240464    P1240463                   P1240467   P1240469                 P1240431    P1240432

                     P1240433

    En s'attardant sur certaines maisons, on y découvre une multitude de petits détails incroyables. Notamment, une des façades qui me fascine le plus est celle de cette  maison de couleur turquoise avec sa magnifique fresque éléphants . Les arcades de cette dernière proviendraient de pavillons de l'exposition universelle de 1900 .

      P1240449          P1240450

                            P1240451

                                                              La Cité du Figuier 

    Lors de n'une de l'une de vos prochaines promenade dans ce quartier n'hésitez pas à passer la voûte du 104 de la rue Oberkampf afin de découvrir cette petite merveille , vous ne le regretterez pas ! 

                                                          

 

Posté par jacauber à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2017

LA VILLA DES OTAGES

 

                     65cv    

                                       P1020153

                                               La Villa des Otages  -  85 rue Haxo 

   Je vous propose aujourd'hui de découvrir un lieu ô combien chargé d'histoire et pourtant fort méconnu de bien des parisiens , La Villa des Otages qui se trouve au 85 de la rue Haxo dans le XXème arrondissement . 

       La rue Haxo

                        haxo                                dfg

                                  Général Haxo                  Tombe du Général Haxo au cimetière du Père Lachaise          

   C'est rue est ouverte en 1834 sur l'emplacement d'une allée de l'ancien parc du château de Ménilmontant . Elle est tout d'abord appelée rue de Vincennes entre les rues du Surmelin ,  de Romainville et de la rue de Pantin ou rue du Pré-Saint-Gervais . Ces rues fusionneront en 1865 pour former la rue Haxo du nom du général Benoît Haxo ( 1774-1838 ) . Ce général français de la Révolution et du premier et second Empire a été souvent comparé à Vauban de par les nombreux sièges victorieux auxquels il a contribué du fait de ses innovations en matière de fortification . 

  La Villa des Otages 

    La Villa des Otages était appelé en 1860 Cité de Vincennes . C'était un ancien café-concert abandonné pendant la guerre de 1870 lorsque les Fédérés y établirent leurs derniers postes de commandement à le fin de la Commune . 

                       otages001   

                                                     Villa des Otages en 1900

                                       atgetbellevillevilladesotagesruehaxo85-1901w1

                                                     Villa des Otages en 1985

   Pendant la Commune lors de la  " semaine sanglante " le colonel fédéré Emile Gois accompagné d'une soixantaine de fédérés conduisit le 26 mai 1871 à la Cité de Vincennes ( future Villa des Otages ) cinquante deux otages extraits de la prison de la Roquette dont 11 prêtres et pères Jésuites , 36 gardes de Paris et des civils . C'est l'assassinat de l'un de ces otages , l'abbé Planchat ( fondateur du patronnage de Charonne ) , par une jeune fille de 18 ans , qui déclencha un massacre général  à la fin duquel tous les otages furent fusillés . Les corps de ces malheureux furent jetés dans une fosse commune au cimetière de Belleville . A cet endroit un monument portant leur nom a été érigé . 

                    haxo massacre

                                        Reconstitution de l'exécution des otages rue Haxo

  Les Jésuites achetèrent en 1872 cet endroit s'étendant du 79 au 85 rue Haxo et du 55 au 59 rue Borrégo . Ils y indiquèrent tous les détails de ce massacre . Ils ont reconstitué dans un petit pavillon isolé les cellules où les cinq pères Jésuites avait été enfermés à la prison de la Roquette avec les grilles , les portes , les verrous et le carrelage achetés lors de la démolition de cette prison en 1899 . Cette propriété fut vendue en 1909 après le départ des pères jésuites en 1906 qui depuis l'ont racheté . 

     cvbb   xcvb

     jio    24885-1

                          f7d51e37af54fab0996b4787a70f2018

                                         Reconstitution des cellules de la prison de la Roquette 

                                              800px-Mémorial_Otages_Belleville

                       Cimetière de Belleville - Monument à la mémoires des otages fusillés par les fédérés

  La Villa des Otages aujourd'hui

    Hélas la Villa des Otages a été entièrement détruite et il n'en reste aujourd'hui que quelques vestiges situés au fond du passage de l'immeuble du 85 de la rue Haxo comme vous le montre ces quelques photos . Comment a-t-on pu laisser détruire dans l'indifférence générale un lieu ô combien émouvant et si chargé d'histoire !!! 

   P1020160     P1020158

   P1020184     P1020165

                                                                  La Villa des Otages 

       Eglise Notre-Dame des Otages 

                        P1020187                                       P1020169

    P1020170      P1020174

                                                    Eglise Notre-Dame des Otages

  A l'emplacement de leur martyre, les jésuites élevèrent en 1894 une petite chapelle dédiée au Sacré-Cœur. Devenue trop petite pour le nombre croissant de paroissiens la chapelle est remplacée par une église plus vaste, construite entre 1936 et 1938 par l'architecte Julien Barbier (1869-1939) dans un style néoroman assez dépouillé. L'édifice est en béton armé recouvert par de la pierre de taille et des moellons . La chapelle initiale a été bâtie par les jésuites. Aussi l'église sera-t-elle confiée à la Compagnie de Jésus. Et ceci jusqu'en 1974 . Les vitraux ont été réalisés par Jacques Le Chevallier et Théodore-Gérard Hanssen sur des cartons de Louis Barillet . Dans la cour, à l'arrière de l'édifice, se trouve le monument commémoratif en hommage aux fusillés de 1871 . On y voit aussi l'une des portes de la cellule de la prison de la Roquette, cellule qui fut occupée par trois pères jésuites, ainsi qu'un pan de mur devant lequel se sont tenus les condamnés .

         5b (Custom) (Custom)     ParNDO_EXT03

              Cellule de la prison de la Roquette                               Fragment du mur du massacre des otages 

    Ne manquez pas , à l'occasion de l'une de vos prochaines promenades , d'aller visiter ce lieu émouvant et ô combien chargé d'histoire ainsi que l'église Notre-Dame des Otages . 

         

   

                                                                                                                                                        

        

          

Posté par jacauber à 12:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 janvier 2017

BONNE ANNÉE 2017

 

                   P1100169

                                             La Rotonde La Villette 

   Je vous adresse , bien chers lecteurs et lectrices tous me vœux à l'occasion de la Nouvelle Année . Que 2017 vous apporte , joie , bonheur et surtout la santé sans quoi rien n'est possible  . J'espère continuer à vous intéresser avec de nouvelles promenades  et vous transmettre mon amour immodéré pour Paris ,  afin que , vous aussi  deveniez à votre tour " Piéton de Paris " .

 

Posté par jacauber à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2016

CITÉ DU PALAIS-ROYAL-DE-BELLEVILLE

 

                            wwxcv

                           jkoi   

                           cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_5

                                              Cité du Palais-Royal-de-Belleville 

  Partons à la découverte d'un havre de paix bien caché au 151 rue de Belleville dans le XIXème arrondissement , comme Paris  en recèle encore , mais hélas de moins en moins et pour combien de temps encore tant l'avidité des promoteurs immobiliers est grande avec malheureusement la complicité de la ville de Paris  ... Cachée derrière deux cours successives , la cité du Palais-Royal-de-Belleville est un ensemble de jolies maisons basses de part et d’autres d’une allée tranquille plantée d'arbres typiques de l'habitat morcelé de Belleville . 

       cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_6      cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_20

       cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_7_2     cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_15

                                                       La Cité du Palais-Royal de Belleville 

   La cité du Palais-Royal-de-Belleville est un superbe ensemble de jolies maisons basses de part et d’autres d’une allée tranquille plantée d’arbres, typiques de l’habitat populaire très morcelé de Belleville. Le nom curieux de ce  lieu viendrait, selon les habitants , des décors du théâtre du Palais-Royal qui aurait été entreposés ici pendant un temps . Cela parait peu probable car au XVIIIème siècle, la commune de Belleville est très éloignée de Paris et la pente abrupte de la rue de Belleville semble bien difficile à gravir avec les lourdes charges des décors du théâtre du Palais-Royal tirées par des chevaux . Une autre théorie suggère que le nom serait un rappel de celui d’une grande demeure située en face du couvent des moines de Picpus, demeure appelée Maison Rustique et surnommée Palais Royal par les habitants du quartier propriété en 1812 d’un notable de Belleville du nom de Peres . Détail historique intéressant , de 1899 à 1909 , sous l'impulsion de deux étudiants protestants , Jean Schlumberger et Jacques Bardoux , un pavillon de la cité du Palais-Royal-de-Belleville est loué pour accueillir " la Fondation universitaire de Belleville "  Son but étant de développer un centre d'enseignement mutuel et d'éducation sociale . D'après leurs fondateur , le quartier de Belleville avait été choisi en raison de la qualité de ses ouvriers . 

      cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_20     cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_21

      cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_25     cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_17

                           cite_du_palais_royal_151_rue_de_belleville_paris_19_14_2                                       

                                               La Cité du Palais-Royal de Belleville        

      Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades dans la quartier de Belleville de visiter ce petit coin de verdure , témoignage vivant du vieux Belleville que j'ai connu dans ma jeunesse . 

 

   

Posté par jacauber à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]