LE PIETON DE PARIS

02 juillet 2015

FÉLIX POTIN

 

  Rue_Reaumur_51-21   cvb   131039602794

                      Magasin Félix Potin à l'angle du boulevard de Sébastopol et de la rue Réaumur

 

     FÉLIX POTIN    

   En 1844 Felix Potin ouvrit sa première épicerie au 28 rue Neuve-Coquenard dans le 9ème arrondissement de Paris . contrairement à ce qui se pratique , il affiche des prix fixes et pour attirer et fidéliser sa clientèle certains produits comme le sucre , l'huile , cafés ... sont a prix coûtant , la vente dite "à la gâche" était créée . On " gâchait " un article afin de pouvoir en placer cent autres à des prix moins attrayants . En 1860 se construit le premier magasin à étage à l'angle du boulevard de Sébastopol et de la rue Réaumur . Le Monoprix Réaumur-Sébastopol occupe l'ancien immeuble Félix Potin, construit à l'emplacement du cimetière de l'hôpital de la Trinité , fondé au XIIe siècle et détruit à la fin du XVIIIe siècle . Puis  en 1864 celui du boulevard Malesherbes . En 1861 il fait construire sa propre  usine de fabrication à La Villette , on y casse le sucre , torréfie le café , et également on traite la mise en conserve des produits frais qu'il fait récolter sur ses propres terrains acquis en France et en Tunisie .  

              163-rue-neuve-coquenard   POTIN Félix    04_67_680_03

            Rue Neuve-Coquenard             Félix Potin                          Sépulture de Félix Potin 

 1024px-AlfredDecaenJacquesGuiaud-QueueFelixPotin1870     potin

                Magasin Félix Potin à l'angle du boulevard de Sébastopol et de la rue Réaumur 

 felix potin 4    1367705126-carte-postale-FAUBOURG-SAINT-ANTOINE

     Magasin Félix Potin boulevard Malsherbes              Magasin Félix Potin faubourg Saint-Antoine 

           10930780        1aush3        1top

                                              Magasin Félix Potin rue de Rennes 

  En 1870 il invente la livraison a domicileLes voitures de livraison Potin, qui sillonnent la capitale, font également beaucoup pour étendre la renommée de la maison . Lors du siège de paris en 1870 , il sera un des rares à refuser la spéculation sur les  denrées alimentaires , il maintient les prix bas et met de la nourriture à disposition des cantines nationales . il meurt en 1871 . et sera inhumé au cimetière du Père Lachaise . Ce sont ses fils et gendres qui continueront l'aventure , avec la construction des magasins en 1899 du faubourg saint Antoine et surtout en 1904 le magnifique magasin art nouveau de la rue de Rennes . Avec un des tout premiers tapis roulant . En ce début de siècle la marque Felix Potin sera la première maison de l'alimentation du monde avec son célèbre slogan " Potin on y revient " . La société Félix Potin comptera 70 succursales, 10 usines , 5 chais , 650 chevaux en 1923. Les deux usines parisiennes de Pantin et de La Villette compteront 1800 personnes en 1906 et 8000 en 1927. Elle possède également une boucherie sur le même boulevard et une poissonnerie sur la rue Palestro . 

   001felixpotin005 001felixpotin010

   100_7897-2640ef7  750c0f24c95a184742d01f6a3e427e5c

                                                    Véhicules de livraison Félix Potin 

   _1 (Custom)   1421774080-Rouvillain-fe-lix-potin-OK

             Usine Félix Potin à Pantin                                         Usine Félix Potin à La Villette

                     xvb

                                               Usine Félix Potin à La Villette

   En 1956 , les 1.200 magasins Félix Potin deviennent des supérettes . Mal gérée la société Félix Potin est contrainte à les vendre . Elles seront rachetées par André Mentzelopoulos en 1958 . Le 1er Décembre 1995 Félix Potin est contraint de déposer le bilan . La société est placée en cessation de paiements par le tribunal de commerce de Corbeil-Essonnes . Le plan de redressement n'ayant pas pu être mené à bien (difficultés à vendre les magasins) , la BNP refuse de soutenir davantage le distributeur . Le 22 décembre , les propositions de reprise ou de poursuite d'activité n'ayant pas été retenues par le tribunal de commerce, Félix Potin est mis en liquidation judiciaire. Les derniers 370 magasins ferment leurs portes au 31 décembre , ce qui entraînera le licenciement de 1057 salariés . En 1996, "Promodès" reprend sous ses propres enseignes une centaine de magasins et 112 salariés, tandis que Franprix obtient trois supermarchés . En 2004, la marque  Félix Potin  est rachetée, puis utilisée par la société nouvelle d'alimentation Philippe Potin , distributeur pour la restauration collective et commerciale implanté dans le sud-est de la France ( Montpellier, Brignoles, Grasse et Monaco ) . C'est la triste fin d'une aventure familiale commencée en 1844 par Félix Potain .

   FelixPotinParis17    05-FelixPotin-RA

 

    " RÉCLAMES " FÉLIX POTIN 

          1745       article_2858_3085      sagaracismeIEUP9

 

 

   LE MAGASIN DU BOULEVARD DE SÉBASTOPOL 

  Construit par Charles Lemaresquier ( 1870-1972 ) en 1910 à l'angle du boulevard de Sébastopol et de la rue Réaumur , il est emblématique du goût de la Belle Époque pour la polychromie architecturale. Surmonté d'un dôme appelé le plus souvent " La Poivrière " cet immeuble de style Post-Haussmannien met en exergue le faste de cette entreprise . De style néo-baroque, on admirera la rotonde d’angle polychrome et les éléments de décoration en ronde-bosse : guirlandes de fruits, caducées, attributs d’Hermès . Charles Lemaresquier (1870-1972), son architecte, a assez peu construit mais ses œuvres furent toujours ambitieuses. Il est également célèbre pour son poste de professeur à l’école des Beaux-Arts et emmena de nombreux élèves jusqu’au Prix de Rome . On lui doit à Paris le Palais Berlitz et l'Hôtel de Rochechouart .

 charme-architectural-rue-reaumur-L-IEBeqU  charme-architectural-rue-reaumur-L-tOMxrD  charme-architectural-rue-reaumur-L-0hQixB

                          Magasin Félix Potin rue Réaumur ( Ref photos. " Paper Blog " )

               felix potin 1            felix potin 3

                                  Magasin Félix Potin rue Réaumur intérieur 

 

    LES SQUELETTES DU MONOPRIX DE RÉAUMUR-SÉBASTOPOL 

                   5253192339_f4a601f075_b

                                        Monoprix Réaumur-Sébastopol

  Lorsqu'en 2006, le Monoprix de Réaumur-Sébastopol, dans le 2ème arrondissement de Paris, entreprend, sous l'immeuble où il est installé, des travaux d'abaissement du niveau du sol pour agrandir ses locaux de stockage, apparaissent très vite au jour de très nombreux ossements humains. Des ossements humains très bien conservés, des squelettes qui pour beaucoup sont parfaitement rangés, disposés les uns à côté des autres, certains tête-bêche. Il apparaît immédiatement qu'il s'agit là de fosses communes du cimetière de l’Hôpital de la Trinité , fondé au 12ème siècle et détruit à la fin du 18ème siècle . Cet hôpital servait également de refuge aux pauvres et aux pèlerins de passage  . A ce jour, huit fosses communes ont été découvertes . Sept d'entre elles ont accueilli entre cinq et vingt-cinq individus . La huitième , beaucoup plus importante compte , en l'état actuel des fouilles , cent cinquante défunts qui semblent être décédés à la même date et témoigner d'une crise de mortalité dont il s'agira de trouver la cause : épidémie, maladie particulière etc...

                     Hopital_Trinité_R_St_Denis_Paris_1550

                                                    Hôpital de la Trinité

 DSC3510-530x794  DSC39011-530x354 DSC3797-530x794

                               Fouilles archéologiques sous le Monoprix Réaumur-Sébastopol 

                               

                   

    

 

 

Posté par jacauber à 09:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 juin 2015

LE MANOIR DE PARIS

 

    SDV        le-manoir-de-paris-paris-1349629681

                                                      Le Manoir de Paris 

    Découvrons ensemble l'histoire de cette magnifique bâtisse qui abrite désormais le " Manoir de Paris " . Elle se trouve 18 rue de Paradis dans le Xème arrondissement .

        La Faïencerie Hippolyte Boulenger

   En 1889 les faïenceries de Choisy-le-Roi, maison Hippolyte Boulenger, font construire par les architectes Georges Jacotin et Ernest Brunnarius leur magasin et nouveau siège 18 rue de Paradis-Poissonnière aujourd'hui rue de Paradis . Les grandes manufactures provinciales et celles du pourtour parisien se devaient d’avoir un magasin de vente dans la capitale . Elles se sont majoritairement installées rue Paradis dans la tradition des rues dédiées à un corps de métier, ici les verriers et les faïenciers . Le bâtiment est inscrit au titre des monuments historiques deviendra en 1978 musée de l'Affiche puis en 1982 musée de la Publicité avant de déménager en 1990 . Il abrite aujourd'hui le " Manoir de Paris " . 

 490_001 691_001

                                              Faïencerie Boulenger à Choisy-le-Roi

  Choisy7    assiette-parlante-en-faience-de-choisy-le-roi-1-

                                                          Faïences de Choisy-le-Roi

 En 1804, les frères Paillart fondent à Choisy-le-Roi une manufacture et commencent à produire de la faïence fine à décor imprimé . Les ateliers , bâtis sur les restes du château construit par Louis XV pour Madame de Pompadour , se multiplient à partir de 1878 . Sur les 21.000 m2 dont dispose la faïencerie , plus de 10.000 sont occupés par des bâtiments . En 1936, l’usines’étend sur 36.000 m2 . On retrouvera , à la démolition des bâtiments, les restes du château de Madame de Pompadour .

                                  0_Choisy_Perelle (Custom)

                               Château de Madame de Pompadour à Choisy-le-Roi

  La faïencerie de Choisy-le-Roi a fourni dès 1900 la C.M.P ( Compagnie du chemin de fer Métropolitain de Paris ) devenue R.A.T.P en 1949  et celle de la compagnie du Nord-Sud qui fusionnera en 1931 avec la C.M.P EN 1931 en petits carreaux biseautés de faïence blanche qui ornent les stations du métro , ainsi que des carreaux de teintes diverses . La faïencerie de Gien a également travaillé pour ces deux compagnies . Les frises à vague avaient ainsi un fond "granité" ou "pointé" pour les stations carrelées par la faïencerie de Boulenger et Cie et "lisses" (avec une différence de contraste) pour les stations carrelées par la faïencerie de Gien .

 

 big_hbmarque_hbou_metro  P1070064  27528968  Gien

                   FaÏncerie Boulenger C.M.P                                Faïencerie de Gien Nord-Sud  

                                       frise-en-ceramique-de-la-station-pyrenees-bas-belleville (1)      P1250078b

                                         Frises Boulenger C.M.P            Frises Nord-Sud Gien 

  En 1824 elle est dirigée par l’un des frères, Valentin , et son associé Hippolyte Hautin . Après le départ de Valentin en 1836 , Hyppolite Hautin et Louis Boulenger prennent la direction de l’usine . La faïencerie devient Boulenger-Hautin et Cie . Il faudra cependant attendre la deuxième génération Boulenger , en 1863 avec Hippolyte Boulenger , pour que la faïencerie locale se transforme en une réussite industrielle . De son côté le groupe Creil et Montereau est créé en 1840 par le rapprochement des deux manufactures de Creil et de Montereau , la deuxième moitié du XIXe siècle est une période d’expansion et de succès pour la manufacture qui gagne de nombreux prix et médailles . En 1895, la fermeture du site de Creil marque le début du déclin . En 1920, le groupe Creil-Montereau est repris par Hippolyte Boulenger . Les produits sont alors marqués du sigle HBCM (Hippolyte Boulenger-Creil-Montereau). La faïencerie de Montereau ferme définitivement en 1955 . Dans la salle à manger de la maison de Monet à Giverny est exposé un service de la faïencerie de Creil-Montereau . 

  550_001  ARCHIPEL-Manuf-CREIL+MONTEREAU-12

            Faïencerie de Montereau                                              Faïencerie de Creil 

  creil_japon1   assiette-xix-creil-et-montereau-signee-lebeuf-1834-1839-I18644-00-540

                                                 Faïences Creil-Monterau

               R-Monet--22-

                              Salle à manger de la maison de Monet à Giverny                                               

 

          Le Manoir de Paris

   La façade monumentale du siège de la Faïencerie Boulenger de la rue du Paradis qui abrite aujourd'hui le " Manoir de Paris " est prolongée dans le hall d’accueil par de grands panneaux décoratifs , vitrine de ses possibilités en matière de décoration extérieures , de jardins d’hiver, pièces d’eau et boutiques . L’architecte Jacottin est l’auteur de ce beau projet et l’on peut retrouver des œuvres de Guidetti, et d’Arnoux qui était responsable de l’atelier de décoration de cette faïencerie gérée par Hippolyte Boulenger & Cie . Elle est inscrite au titre des monuments Historiques depuis 1981, mais l’intérieur est occupé par  «Le Manoir de Paris » , masquant une grande partie des décors . Le panneau extérieur sur le mur voisin indique une autre facette beaucoup plus modeste de l’entreprise : la réalisation de mosaïques . Il est surplombé de carreaux biseautés , création de la faïencerie pour le métro parisien qu’elle a fourni dès 1900 .

         o     Faïencerie_Boulenger_-_décor_d'entrée     file-411

                                Photo-2796  

           DSC06263    DSC06280   DSC06267

                                          Faïenceries Boulenger - Manoir de Paris 

    Premier spectacle hanté de France , Le Manoir de Paris fait revivre , dans le cadre prestigieux d'une demeure classée , une vingtaine de légendes parisiennes . Entrez dans les ténèbres d'un parcours interactif . Devenez la victime de l'histoire sombre de la Ville Lumière . Vivez une expérience théâtrale inédite et découvrez les terribles secrets de la capitale ressuscités par 35 comédiens professionnels . Un show unique et une adresse incontournable pour amateurs de sensations fortes. Frissons et divertissements garantis !

  manoir-de-paris-z02    manoir_MG_1188

   Créé en 2011, Le Manoir de Paris a pris le parti de valoriser le patrimoine immatériel de la Ville Lumière avec pour ambition de devenir l'un des lieux incontournables de la capitale . Concept inédit, il développe sur trois niveaux et près de 1500 m2 un parcours interactif original dans des décors inspirés du réel . Plus de trente comédiens professionnels interprètent des personnages légendaires et vous interpellent , à la recherche d'une victime. Vous croiserez  dans l'obscurité des figures illustres : l'homme au masque de fer , le Fantôme de l'Opéra, Quasimodo, La Voisin, le pâtissier sanguinaire... ( Réf. Site du Manoir de Paris ) . Si vous êtes amateur de sensations fortes ou nostalgique du " Grand Guignol " ne manquez pas de vous rendre un soir au Manoir de Paris . Attention il n'est ouvert le vendredi de 18 h. à 22 h. et le samedi et le dimanche de 15 h. à 19 h . Il vous en coûtera 22 euros . Bonne soirée ! 

 

              

           

 

     

 

  

Posté par jacauber à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2015

LE PARIS DES ÉCRIVAINS

                      

                  27_MDLP_moyen-4     P1060662

                                  Le " Marché de la Poésie " place Saint-Sulpice 

     A l'occasion de mon passage au  " Marché de la poésie " qui se tenait , place Saint-Sulpice à l'occasion de la Foire du même nom ,  j'ai été agréablement surpris de découvrir de remarquables petits livres sur le " Paris des écrivains " publiés par les  Éditions  Alexandrines  . Il m'a donc semblé indispensable de faire découvrir ces ouvrages aux amoureux de Paris que vous êtes . Poésies , créations littéraires, petites éditions  , lectures et musique était au programme de cette 33ème édition . Le " Marché de la Poésie " défend ceux qu'il est désormais convenu d'appeler les " petits éditeurs " .

 P1060670  P1060633  P1060630 P1060634

 P1060638  P1060635  P1060666  P1060663

                                                          Le " Marché de la Poésie " 

       Les Editions Alexandrines

   Née à Alexandrie , Marie-Noëlle Craissati n’a longtemps connu la France que par ses écrivains ( la Normandie par Gide, Flaubert et Maupassant , Paris par Proust , Balzac et Hugo , Bordeaux par Montaigne et Mauriac etc.) . l’idée lui vint d’attacher les écrivains aux lieux dont ils se sont nourri ou qu’ils ont marqués de manière significative et durable. Jusque-là essentiellement tournées vers la France des régions , les Éditions Alexandrines se consacrent aujourd’hui à Paris et ses écrivains . C’est ainsi que naissent ces 9 premiers titres . Paris a toujours représenté une sorte d’Amérique . De nombreux romanciers y résidèrent .

               alsc      513Zyr2DomL

                                                            Le Paris des Écivains

    Une première collection « Sur les pas des écrivains » dessine une géographie littéraire de la France . Cette collection compte aujourd’hui plus de cinquante titres . Depuis quinze ans, plus de 900 biographies d’écrivains d’hier et d’aujourd’hui ont été composées . La collection , « Le Paris des écrivains » se concentre sur la ville-capitale pour en faire connaître la vie littéraire et l’influence que cette ville a eue sur les plus grands écrivains qui y ont séjourné . Ainsi, Dumas a fait de Paris l’un des cœurs de son œuvre , Duras y a puisé inspiration et engagement politique , Prévert a fait vivre sa poésie dans les rues de la ville… Ces ouvrages , de 96 pages, sont une merveilleuse façon de découvrir ces écrivains et de se promener au travers de leur vie et de la littérature dans les rues de Paris . 

    le-paris-de-cocteauparis-de-modianole-paris-de-sartre-et-beauvoirle-paris-de-dumas

                                                       Le Paris des Écrivains 

      Ne manquez de vous rendre à la librairie des Éditions Alexandrine qui se trouve 31rue du Couëdic dans le XIVème arrondissement , vous y serez accueilli chaleureusement par madame Craissati comme je le fut lors de mon passage à son stand lors du " Marché de la Poésie " . 

             SDVF         unnamed

                                                       Librairie des Éditions Alexandrines 

  Ne manquez de vous rendre à la librairie des Éditions Alexandrine qui se trouve 31rue du Couëdic dans le XIVème arrondissement , vous y serez accueilli tout aussi chaleureusement par madame Craissati que je le fut lors de mon passage à son stand lors du " Marché de la Poésie " . 

 

 

     

 

Posté par jacauber à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juin 2015

LE MARCHÉ AUX TIMBRES

 

                       xcb

                                            Le marché aux timbres " Carré Marigny "

 

        LE MARCHÉ AUX TIMBRES 

   Le marché aux timbres de Paris se situe dans le 8ème arrondissement au Carré Marigny , avenue Gabriel , Métro Champs-Elysées Clémenceau . Il est ouvert les jeudis, samedis, dimanches et jours fériés , de 10 heures à 18 heures .        Après la parution du 1er timbre-poste français en 1849 la philatélie se développe rapidement . A Paris, les jeunes collégiens collectionneurs prennent dès 1860 l'habitude de se rencontrer dans les jardins du Palais-Royal pour y faire des échanges . La bourse aux timbres est née .Mais en 1864 , ces grands rassemblements attirant quelques éléments indésirables , la bourse est interdite . Les philatélistes  sont également évincés des jardins du Luxembourg , où ils s'étaient alors repliés . C'est en 1887 qu'un riche collectionneur de timbres lègue le terrain du Carré Marigny à la Ville de Paris à condition qu'elle y autorise l'implantation d'une bourse de plein air . C'est le seul marché aux timbres de ce genre en Europe voir même dans le monde . Marché où philatélistes , promeneurs ou simples touristes se retrouvent pour acheter ou vendre timbres postes neufs ou oblitérés , anciennes collections de timbres , lettres affranchies , timbres fiscaux cartes postales , télécartes , pin's pour tous budgets . On y trouve une cinquantaine de stands allant du négociant professionnels aux particuliers venus partager leurs passions . 

    669_001    Capture   813_001

                           775_001

                                                 Le marché aux timbres vers 1900

              365_001         472_001         hqdefault (1)

              _carremarigny        Marché-aux-timbres-stands---630x405---©-OTCP-Amélie-Dupont---150-45          marche-aux-timbres

                                                              Marché aux timbres 

 

      Petite histoire du timbre-poste  

  Bien qu'étant à la base une idée de la toute jeune Belgique née en 1830 , le timbre-poste est une invention des Britanniques , Rowland Hill et James Chalmers dans le cadre d'une importante réforme postale . Le premier timbre mobile fut émis par les postes royales britanniques en 1840 sous la forme d'un portrait de la jeune reine Victoria . De couleur noire et valant un penny il est appelé le « Penny Black » coté de nos jours 275 euros . Il fut tiré à plus 70 millions d'exemplaires . Mais comme le cachet de la poste était difficile à lire sur le fond noir , un nouveau timbre-poste vit très vite le jour , le ‘2-pence bleu’. Le premier timbre en couleur, La Colombe de Bâle, fut créé en Suisse en 1845 par le canton de Bâle coté de nos jours 220.000 euros .

          Penny_black         2pencebleu-mackay         Stamp-Basler_Taube     

                                                         Premiers timbre-poste 

    Dès 1837, l'adoption d'une réforme analogue au système britannique avait été proposée en France . Mais il faudra onze ans pour que la résistance de l'administration des postes soit surmontée par Etienne Arago , à la suite de la révolution de 1848 , et que le port-payé à bon marché soit institué par un vote de l'Assemblée nationale , le 24 août 1848 . Ce port-payé fut fixé à 20 centimes . C'est en application de cette réforme que fut émis, le 1er janvier 1849, le premier timbre-poste français, le 20 centimes noir, au type Cérès gravé par Jacques-Jean Barre . Il sert à affranchir une lettre ne pesant pas plus de 7,5 g sur tout le territoire français , y compris la Corse et l’Algérie. Non dentelé, il est imprimé en typographie . Il sera vendu à 31 millions d’exemplaires . Coté aujourd'hui 500 euros neuf et environ 100 euros oblitéré . C'est en 1862 qu'apparurent les premiers timbres-poste dentelés . C'est en 1862 qu'apparurent les premiers timbres-poste dentelés . En 1924 furent émis pour la première fois des timbres commémoratifs à l'occasion des Jeux Olympiques organisés à Paris .     

 Ceres_20c_noir_01   0029B 1313346-Timbre_émis_à_loccasion_des_jeux_Olympiques_de_Paris_en_1924

    Depuis le 1er janvier 1849 , date de création du timbre-poste en France , La Poste , a émis plus de 4700 timbres , tous créés dans un contexte historique et social particulier . Ils sont le reflet de notre nation . Chaque timbre a une portée artistique , civique et politique et donc éminemment éducative . Chaque année la Poste émet environ 200 timbres . Pour terminer cette petite histoire du timbre-poste mentionnons qu'un timbre peut présenter plusieurs noms , celui du créateur du timbre, sous l’illustration , celui du dessinateur à gauche , celui du graveur à droite .

                               Paris à travers quelques timbres-poste  

 

     0258      0424      0782

     0911      1126      1206

     0429       0751      0776

     0760      0818       0783

      College_Ste_Barbe_1960_GF      College_de_France_1997_GF      timbre-france-1975-1843-Vue-de-la-grande-salle-des-seances-du-Senat-Palais-du-Luxembourg-a-Paris-pour-le-centenaire-du-Senat-de-la-Republique

      2973      Grande_Mosquee_2012_GF       Cent_ans_PJ_Paris_2013_GF

      Abbaye_StGermain_1979_GF       2886      3252

      POSTE-1999-83       Annees_60_MaisonRadio_2015_GF      Canal_Ourcq_1992_GF

      1388       3032     Timbre FR018-11 France 14 Fevrier 2011 Beaux-Arts Peinture Kiosque des noctambules - Jean-Michel Othoniel

                                           Quelques timbres-poste sur Paris 

   Ne manquez pas de vous rendre au Marché aux timbres du Carré Marigny lors de l'une de vos prochaines promenades dans le quartier des Champs-Elysées et pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour commencer une petite collection thématique sur les timbres-poste sur Paris !!! 

 

       


  

 

   

 

 

                 

      

     

  

   

 

 

Posté par jacauber à 06:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2015

MÉDIATHÈQUE FRANÇOISE SAGAN

 

                              xc     

        P1050397      P1050407

                                                              Médiathèque Françoise Sagan 

    Partons ensemble à la découverte de magnifique Médiathèque Françoise Sagan  . Elle est installée dans l'ancienne prison Saint-Lazare . Située rue Léon-Schwartzenberg dans le 10e arrondissement de Paris qui  débute au 9 square Alban-Satragne et se termine au 9 cour de la Ferme-Saint-Lazare . Elle contourne par l'arrière l'ancienne infirmerie de la prison Saint-Lazare bâtie par Louis-Pierre Baltard en 1834 , seul vestige avec la chapelle de la prison . 

     P1050423       P1050408       003

                                 qsd

                                         Chapelle de la prison Saint-Lazare 

      La Prison Saint-Lazare 

     Érigé en lieu et place d'une ancienne léproserie, le couvent fondé par saint Vincent de Paul et où il mourut en 1660 . Il fut transformé en prison au XVIIIe siècle . Elle ne contenait guère plus d'un cinquantaine de détenus à la veille de la Révolution . Elle fut mise à sac le 13 juillet 1789. Elle fut ré-ouverte en 1791 puis accueillit spécifiquement les femmes en 1794 . La prison Saint-Lazare dont l'entrée se trouvait 107 rue du Faubourg Saint-Denis , était à la fois maison d’arrêt , de justice , de correction et d’éducation correctionnelle pour les jeunes filles . Elle ne contenait pas plus d'un cinquantaine de détenus à la veille de la Révolution. Elle fut mise à sac le 13 juillet 1789 . Elle fut ré-ouverte en 1791 puis accueillit spécifiquement les femmes en 1794 . Sous la Révolution, les Lazaristes sont dispersés suite au décret de la Convention sur la suppression des Ordres religieux et en 1794 la Convention reconnaît Saint-Lazare comme prison . La prison Saint-Lazare était à la fois maison d’arrêt , de justice , de correction pour les jeunes filles , des détenues pour dette envers l’État, des prostituées privées de liberté qui étaient confinées dans l’infirmerie ou dans la prison . La garde des détenues etait assurée par des religieuses , les Sœurs de Marie-Joseph , dites Sœurs des prisons,  qui assurèrent cette tâche à partir de 1849 . 

    011      002      32_b

    arrivage-filles-publiques-saint-lazare      aze      wxcv

     xwxc     qsd      011

                         vue-prison-st-lazare       qcfg

                                                La prison Saint-Lazare 

   Elle servait aussi de maison de détention municipale pour les mineures arrêtées en flagrant délit de prostitution . En 1836, on y hébergea les filles publiques jusqu’alors internées à la prison des Madelonnettes située rue des Fontaines du Temple dans le IIIème arrondissement . L'entrée de la prison se situait 107 rue du faubourg Saint-Denis . Parmi les détenus célèbres pendant la Révolution on peut mentionner : Henri Chénier , sa muse Aimée de Franquetot de Coigny qu'il immortalisa dans son poème " La jeune captive " , le marquis de Sade et Marie-Louise Laval de Montmorency , la dernière abbesse de Montmartre . Puis au XIXsiècle , Louise Michel , Mata Hari , Henriette Caillaux pour ne citer que les  prisonnières les plus célèbres . 

      

victims   Louise_Michel2   Mata-Hari-7

   Henri Chénier - L'appel des condamnés à mort              Louise Michel                        Mata Hari                                                

    En 1927 on décida la destruction des bâtiments compris entre la chapelle et le faubourg Saint-Denis . La prison fut fermée en juillet 1932 et la démolition effective entre 1935 et 1940 . Les bâtiments subsistants transformés en hôpital en 1930 (dont la chapelle est visible au fond du square Alban-Satragne) appartenaient à l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris . C’était dans cet établissement que les prostituées étaient conduites de force pour y subir une visite médicale obligatoire . En 1955 la préfecture de Police cède une partie de ses lits à l'Assistance publique et l'hôpital Saint-Lazare devient un service de désencombrement de l'hôpital Lariboisière . Le 1er janvier 1961 La préfecture de Police cesse d'administrer l'hôpital qui dépendra alors entièrement de l'Assistance publique , l'hôpital Saint-Lazare , dépendra du groupe hospitalier Lariboisière - Fernand-Widal - Saint-Lazare . Ces locaux fermeront définitivement leurs portes en 1999 . 

     La Médiathèque Françoise Sagan 

    La médiathèque Françoise Sagan est la deuxième plus grande bibliothèque parisienne . Elle à ouvert ses portes le samedi 16 mai 2015  , à quelques pas de la gare de l'Est . Cette nouvelle médiathèque pour les Parisiens et les franciliens propose un fonds riche de 100 000 documents . La surface totale est de 4 300 m², dont 2 600 ouverts au public . Elle possède un jardin intérieur de 1 000 m² inspiré des cloîtres méditerranéens . Chargés de la réhabilitation de l'ancienne prison Saint-Lazare , les architectes Stéphane Bigoni et Antoine Mortemard ont choisi de transformer, derrière l’enveloppe en pierre de l'ancienne prison Saint-Lazare , le système porteur afin de créer des espaces généreux destinés à une médiathèque . C'est une troisième vie pour ce bâtiment conçu par Louis-Pierre Baltard . Elle possède un toit-terrasse pour couronner ce magnifique espace culturel  . Cette médiathèque s’adressera à tous les publics et leur offrira un large éventail de services ainsi que des collections et des supports de consultation diversifiés . 

     P1050412       img_0035       P1050405    

     P1050409       P1050408       P1050426

                                           La Médiathèque Françoise Sagan 

    De grande capacité , elle offrira aux habitants du 10e arrondissement et des quartiers voisins de nouveaux espaces de travail et de convivialité . Les familles y trouveront des espaces pour les jeunes enfants et un accueil adapté , et le partenariat avec les associations et autres partenaires institutionnels créera une dynamique au service des habitants du quartier. Des espaces de travail , des outils numériques importants , compléteront l’offre et permettront une diversification des publics . Par ailleurs , en rendant à nouveau accessibles au public les collections patrimoniales de la bibliothèque " l’Heure Joyeuse " entreposées provisoirement dans des entrepôts (Plaine Saint Denis) , et dont la mission éducative et pédagogique sera poursuivie , c’est un panorama unique de l’édition pour enfants du XVIIIe siècle à nos jours qui sera proposé, associé à des services toujours à la pointe pour le jeune public. La réalisation de ce programme est l’opportunité de créer une dynamique en réunissant dans un même lieu passé et présent selon un schéma novateur, nourri et éclairé d’une histoire riche d’expériences et de réussites .

      csd       xsdq      yui

                                          La Médiathèque Françoise Sagan 

    Ne manquez pas , lors de l'une de vos prochaines promenades dans le quartier de la gare de l'Est , d'aller visiter cette magnifique médiathèque , lieu ô combien chargé d'histoire ! 

            

 

 

    

 

Posté par jacauber à 17:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]



ALLÉE DU CHÂTEAU OUVRIER

 

    xcv   P1050136

                                                        L'allée du Chateau ouvrier 

     Suite à mon article précédent sur la rue des Thermopyles , partons ensemble à la découverte de l'allée du Château ouvrier situé à proximité de la rue des Thermopyles dans le XIVème arrondissement . Rien de plus simple pour vous y rendre , il se trouve près de la station de métro Pernety sur la ligne 13  L'allée du Château-Ouvrier est une voie privée située qui débute au 69 rue Raymond-Losserand et se termine place Marcel-Paul . Elle reçut son nom actuel par un arrêté municipal du 14 novembre 2006 , faisant référence au  "château ouvrier", une bâtisse édifiée au 19ème siècle ayant pour vocation d'offrir un habitat de meilleure qualité à des familles de condition modeste . Un titre qu'il a probablement usurpé à son illustre ancêtre, un pavillon de chasse, entouré d'un vaste parc, construit par le duc du Maine au XVIIIe siècle. En revanche, des ouvriers l'ont bel et bien habité.

         Christian-Benilan-Paris-Domaine-de-Fantaisie-dit-chateau-du-Maine-vers-1770-web     Louis_Charles_de_Bourbon,_fils_du_duc_du_Maine

                      Le château du duc Maine                                Le duc du Maine 

       Ce château fut improprement attribué au Duc du Maine , frère légitimé de Louis XIV ,  qu'il eut avec sa maîtresse la marquise de Montespan . Il prit le nom de Louis-Auguste de Bourbon , duc du Maine . Ce château connut de nombreuses vicissitudes . Il s'étendait au début du XVIIIe siècle, un domaine  comportant un parc arboré , un jardin potager , des corps de ferme avec leurs dépendances , ainsi qu'un « château » typiquement XVIIIe siècle construit entre 1728 et 1731 . . Connu sous l'appellation de « château du Maine », il occupa cet emplacement pendant près de deux siècles . Il était un rendez-vous de chasse très prisé . Le domaine , bordé côté est par le sentier du Terrier-des-Lapins (future rue Didot), était un secteur de garenne . Ce domaine a été démoli qu'en 1899 . 

       Le " Château ouvrier "

      Au fond de l'allée on peut apercevoir  une  grande bâtisse construite au XIXème siècle pour loger des familles d'ouvriers aux revenus modestes . Elle a été remarquablement restaurée . Au XIXe siècle, devant les conditions de vie misérables des ouvriers , Saint-Simon et Fourrier imaginent de nouvelles organisations de la société et d’autres formes d’habitat . L’idée d’un Palais social a sans doute été à l’origine de ce grand bâtiment de 6 étages appelé communément le " Château ouvrier " . Il a fallu la mobilisation d’associations et de riverains auprès de deux municipalités différentes, avant et après 2001, pour sauver cet immeuble. Réhabilité, il est devenu un lieu de vie dans le quartier animé par l’association Florimont . Il est le siège de 65 associations et de logements privés

  chateau_06  P1050137

                                                            Le Château ouvrier 

     Derrière le château ouvrier , place Marcel Paul , se trouve un magnifique îlot de verdure , Le jardin de la ZAC Didot remplace des anciens hangars des Transports Automobiles Municipaux, et des locaux municipaux . Des propriétés privées occupaient également autrefois ces lieux . Ce jardin a été conçu comme un lieu de promenade pour les piétons, entre la rue Raymond-Losserand et la place de la Garenne. Au centre, une pelouse accessible au public se déploie sur 670m². Le promeneur est invité à se diriger vers le fond du jardin en suivant un chemin agrémenté d’une pergola. Une glycine a été conservée et reste le témoin de l’existence de jardins particuliers. Les enfants bénéficient d’une aire de jeux de ballons et d’une aire de jeux destinée aux petits et aux plus grands . Un jardin partagé et pédagogique du " Lapin ouvrier " crée en 2006, composé de carrés de culture de 27 parcelles de quatre mètres carré , est un point d’animation important de la vie de ce quartier. 

    P1050162      P1050146     P1050149

    téléchargement      IMG_2305     IMG_2281

                                               Jardins de la ZAC Didot 

     Voici une excellente idée de promenade pour cet été . Ne manquez pas de vous y rendre , vous serez émerveillé ! 

 

    

Posté par jacauber à 11:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2015

LA RUE DES THERMOPYLES

  

                           dfg

                                                       La rue des Thermopyles

    Je me propose de vous faire découvrir aujourd'hui la buccolique rue des Thermopyles . Cette voie est située dans le 14e arrondissement de Paris . Elle débute au 32 rue Didot et se termine au 87 rue Raymond-Losserand ( ancienne rue de Vanves ) et mesure 230 mètres de long, C'est une des rares rues de Paris encore pavées de gros pavés . Bordée de maisons anciennes ou de maisons récentes hautes de un à quatre étages décorées de glycines formant plusieurs arches tout du long , cette rue garde un aspect champêtre , un véritable  havre de paix loin de l'agitation des rues environnantes . Rien de plus simple pour vous y rendre , elle se trouve juste à côté de la station de Métro Pernety ( ligne 13 ) . 

    P1050166   P1050171   P1050214  

                      Métro Pernety                                                        La rue des Thermopyles

     La rue des Thermopyles tient son nom du célèbre  " défilé des Thermopyles " ( signifiant littéralement " les portes chaudes " ) , étroit passage et point stratégique dans la Grèce antique qui fut le théâtre de nombreuses batailles dont la première en 480 avant .J.C. qui opposa les soldats grecs de Léonidas , roi de Sparte , aux soldats perses de Xerxès  . Durant 3 jours, les Spartiates tiendront tête héroïquement aux assaillants en surnombre avant de succomber jusqu'au dernier autour du cadavre de leur roi .

          athenes06b - Copie           xcbn

      La bataille des Thermopyles - Tableau de Louis David             Leonidas - Sparte 

    La rue des Thermopyles comme sa voisine la rue Léonidas est un vestige de l'ancien château de Plaisance loti par Chauvelot entre le milieu respectif des règnes de Louis-Philippe et de Napoléon III . Mais avant 1925, alors qu’elle était un passage privé , qui partait de la rue des Plantes . Cette partie dont elle a été amputée est devenue la rue Olivier-Noyer ( nom d’un propriétaire des terrains ) . La rue des Thermopyles prend la dénomination de rue en 1937. Elle est composée de deux parties . La première est bordée de petits immeubles , d’ateliers et de petits pavillons aux couleurs chatoyantes , le tout étant inclus dans un écrin de verdure et de glycine . Elle est fermée par des chaînes jusqu'en 1958 . Elle devient une voie publique le 23 juin 1959 , ou plutôt semi-publique : cette différence permet aux habitants , propriétaires d’un mètre cinquante de terrain devant leurs maisons , de pouvoir planter toute sorte de végétation en pleine terre .

      P1050175       P1050185      P1050205

      P1050201       P1050208     P1050203

       P1050191       P1050198      P1050186

                                                   La rue des Thermopyles

    La seconde partie, après un coude , est recouverte de pavés grossiers et longe un petit jardin, le jardin Bauer. Il est bordé d’ateliers et de petites maisons . Dans le jardin Bauer ont peut admirer au printemps de magnifiques lys . Quelques petits jardins sont agrémentés d'amusantes fresques de style " Street art " . Un coin du jardin est réservé aux joueurs d'échecs . C'est un petit espace de verdure bien au calme où il fait bon se promener et s'y reposer . 

      P1050231       P1050238       P1050240

      P1050250       P1050260       P1050246

      77635850_o       P1050230       P1050232

         P1050270     P1050263     P1050255

                                                        Le jardin Bauer 

    Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades de flâner rue des Thermopyles et d'aller vous reposer dans le magnifique jardin Bauer , c'est un dépaysement garanti . Non loin de là vous pourrez également la surprenante église Notre-Dame du Travail  avec son armature métallique apparente construite par Astruc . Bonne promenade .

   

 

 

Posté par jacauber à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2015

LE BANC D'ŒUVRE DE L'EGLISE SAINT-EUSTACHE

 

                            P1020659_Paris_Ier_Eglise_Saint-Eustache_Banc_d'oeuvre_rwk

                                         Le Banc d'œuvre de l'église Saint-Eustache 

    Partons ensemble à la découverte du " banc d'œuvre " de l'église Saint-Eustache à Paris . En l'examinant avec attention nous allons faire une surprenante découverte !

     Le banc d'œuvre 

   Le banc d’œuvre était un siège orné muni d’un certain confort , dossier , velours , etc , situé en face de la chaire . Il était en général surmonté d’une croix qui faisait face au prédicateur . C’était la place réserve au Conseil de Fabrique . La fabrique, au sein d'une communauté paroissiale catholique, désigne un ensemble de « décideurs » (clercs et laïcs) nommés pour assurer la responsabilité de la collecte et l'administration des fonds et revenus nécessaires à la construction puis l'entretien des édifices religieux et du mobilier de la paroisse : église , chapelle, calvaire , argenterie , luminaire , ornement , etc. Les membres du « conseil de fabrique » sont donc des administrateurs désignés plus spécifiquement par les termes de marguilliers et de fabriciens . Les revenus de la fabrique provenaient , c'est ce qui est le plus connu , des quêtes et offrandes . Mais pas seulement : la location des places de bancs dans l'église , par exemple , était aussi un revenu régulier (bien souvent perçu annuellement à date fixe) pour la fabrique . De nombreuses églises possèdent encore leurs banc d'œuvre .

     Sainte élisabeth      P1280558_Paris_IX_eglise_St-Eugene_Ste-Cecile_banc_oeuvre_rwk1

           Banc d'œuvre de l'église Sainte-Elisabeth                   Banc d'œuvre de l'église Saint-Eugène 

     bsgpc-d79a1       église 1

            Banc d'œuvre de l'église Saint-Gervais                          Banc d'œuvre de l'église de Longjumeau

                                            banc-doeuvre-saint-sulpice-de-favieres

                                           Banc d'œuvre de l'église Saint-Sulpice de Favières 

 

        Le banc d'œuvre de l'église Saint-Estache 

    Le banc d'œuvre de Saint-Eustache date de 1720 . En forme de portique grec , il a été exécuté par Pierre Lepautre (1660-1758) d'après les dessins de Jean-Sylvain Cartault (1675-1758) . A son pinacle, la statue en bois sculpté entourée d'anges illustre  " Le Triomphe de sainte Agnès " . À la Révolution, l'église fut fermée et pillée , de graves dommages sont causés à son mobilier , fort heureusement quelques oeuvres furent épargnées , notamment les vitraux du choeur peints en 1631 par Antoine Soulignac et le mausolée de Colbert exécuté par Coysevox d'après des dessins de Charles Lebrun . Colbert fut marguillier de l'église Saint-Eustache Cette église est alors transformée en " temple de l'Agriculture " à la Révolution . De graves dommages furent causés à son mobilier . Rouverte en 1795 , elle est concédée partiellement aux théophilanthropes . L'église Saint-Eustache est rendue au culte en 1803 . Si l'on examine avec attention le sommet du banc d'œuvre " on peut voir sous le " Triomphe de Sainte-Agnès " un macaron où se dessine les traces un bonnet phrygien ! 

                                          P1030970

      

   Ne manquez pas lors de votre prochaine visite de l'église Saint-Eustache d'admirer son magnifique banc d'œuvre . Bonne chance à vous pour découvrir les traces de ce bonnet phrygien ! 

    

Posté par jacauber à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2015

LA FONTAINE MAUBUÉE

 

                 sdg          

                                  P1000505

                                                       La fontaine Maubuée 

   Découvrons ensemble la passionnante histoire de la fontaine Maubuée , l'une des plus vieilles fontaine de Paris  . Elle se trouve dans le quartier Beaubourg à l'angle du 129 de la rue Saint-Martin et de la rue de Venise . Bien que située en face du Centre Pompidou , elle passe presque totalement inaperçue et bien peu de personnes la remarque en se promenant dans ce quartier  et en connaissent son histoire . C'est Philippe Auguste qui a fait construire les premières fontaines parisiennes (vers 1180) . Il profitait ainsi de l'aqueduc de Belleville , ce qui explique que les fontaines les plus anciennes se trouvaient rive droite ,  la fontaine Maubuée est l'une de celles-ci .

     font04maubuee01    P1000508    IMG_9797-bis_DxOVP_DxOVP

    La Fontaine Maubuée

   Le nom  de " Mau buée " donné à cette fontaine signifierait  mauvaise buée ou mauvaise lessive en raison de la mauvaise qualité des ses eaux par trop calcaires provenant des sources de Belleville . Cette fontaine date de la fin du XIIIème siècle . Elle est mentionnée dans les lettres patentes du 9 octobre 1392 par lesquelles Charles VI essaya de mettre fin aux concessions accordées sur les eaux de Paris . Elle était édifiée contre une maison à l'angle des rues Saint-Martin et Maubuée ( Simon-le-Franc ) . Cette maison appartenait à la ville de Paris qui la loua en 1600 , au notaire Levasseur , puis en 1620 au notaire Guy Remant et enfin en 1667 au notaire Jacques . Cette fontaine fut chantée par François Villon en 1461 . La ville de Paris  la vendit en 1733 date à laquelle elle fut reconstruite par Jean Beausire et son fils , Jean baptiste Augustin Beausire . Elle est décorée d’un bas-relief du XVIIIème siècle représentant un vase rocaille , entouré de roseaux et de plantes marines . 

                 04ruedevenise01      pict7991

                                        La fontaine Maubuée

  Originellement située sur l'emplacement occupé aujourd'hui par le Centre Georges-Pompidou . Cette fontaine a été démontée en 1937 pierre par pierre pour être entreposée dans un enclos situé au sud de l'église Saint-Julien-le-Pauvre . Quelques années après elle fut remontée à son emplacement actuel situé à l'angle de la rue Saint-Martin et de la rue de Venise . Ne comptez pas y venir étancher votre soif car de nos jours l'eau n'y coule plus ! 

 

                                             

Posté par jacauber à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2015

LA PHILHARMONIE DE PARIS

                                 

     P1000084   sssf

                                                 La Philharmonique de Paris - Parc de La Villette 

     Partons ensemble à la découverte de la Philharmonie de Paris qui a ouvert ses portes au public le 17 et 18 janvier 2015 à l'occasion de deux journées " portes ouvertes " . Le concert inaugural de la Philharmonie de Paris avait été donné le 13 janvier sous la baguette de Paavo Järvi son nouveau chef attitré , avec la participation de la pianiste Hélène Grimaud . L'absence remarquée de Jean Nouvel , l'architecte de la Philharmonie de Paris , a été justifiée par son concepteur car ce dernier considérait inadmissible d'inaugurer un bâtiment totalement inachevé !

     gala_concert-15-01-2015cbeaucardet-17_resultat_resultat     708737-philharmonie-paris

                                   Concert inaugural de la Philharmonie de Paris 

     La Philharmonie de Paris 

    Le début du projet lancé par Renaud Donnedieu de Vabres , ministre de la culture , et Bertrand Delanoë , maire de Paris , date d'octobre 2005 . Sa conception est confiée à l'architecte de l'Institut du Monde Arabe , Jean Nouvel . Mais à quel prix ! le projet, lancé en 2006 par l’État et la ville de Paris, a vu en effet son coût s’envoler de 200 à 386 millions d’euros. L’État ayant même remis en question son engagement financier , le chantier a dû être interrompu entre février 2010 pour ne reprendre qu'en mars 2011 . 

   vf_jean_nouvel_3451    IMAGE_2010_02_17_1035575

 Jean Nouvel devant la construction de la Philharmonie               Institut du Monde Arabe 

   13099159474_998541107f_b     1000x936xIMAGE_20130627_21604789

                                                Construction de la Philharmonie de Paris 

    Il comprend six salles de répétition , dix studios de musique de chambre , des salles pédagogiques , cinq salles de répétitions , un espace d’exposition de 800 mètres carrés , des lieux de convivialité avec , un toit-promenade , un restaurant panoramique qui n'ouvrira qu'au printemps et surtout , des locaux pou les résidences d'orchestre et un vaste auditorium qui peut accueillir jusqu’à 3.400 personnes . La forme enveloppante de cette salle modulable permet de ne jamais se trouver à plus de 32 mètres du chef d’orchestre, pour que les yeux n’aient rien à envier aux oreilles . La salle symphonique de la capitale a bénéficié des recherches acoustiques les plus pointues . Les meilleurs acousticiens mondiaux , le Néo-Zélandais Harold Marshall et le Japonais Yasuhisa Toyota ont participé à ce projet qui s’inspire de la Philharmonie de Berlin édifiée en 1956 par Hans Scharoun . La Philharmonie de Paris est recouverte de 340 000 oiseaux métalliques qui semblent s’envoler vers la Seine-Saint-Denis .

   

P1000082       P1000095

     La Philharmonie de Paris                                                    Hall d'entrée de la Philharmonie              

P1000099      Philharmonie-de-Paris-repetition-concert-d-ouverture_exact783x587_l

                Salle de répétition                                                      Grand auditorium 

    Jean Nouvel s'est entouré de Brigitte Métra comme architecte associée pour la salle de concert et des acousticiens Marshall Day Acoustics et Nagata Acoustics pour l’acoustique de la salle . Le projet s’inscrit dans l'espace architectural du Parc de la Villette, œuvre de l’architecte Bernard Tschumi , comprenant la Cité de la musique conçue par Christian de Portzamparc, la Grande Halle de la Villette , la Cité des Sciences et de l'Industrie et la Géode . Le dessin du projet reprend les formes d’une colline en aluminium couverte de pavés superposés horizontalement coupés d’un aileron vertical pour jouer sur les lignes de perspectives existantes . Il s’érige comme une butte offrant un panorama sur Paris et ses alentours, au delà du périphérique . 

 058082-000_1629008_32_202    P1000167

              Le grand auditorium                                          La Philharmonie et la Cité de la Musique 

  La Philharmonie de Paris accueille cinq orchestres : deux formations résidentes (Orchestre de Paris , orchestre résident , et l'Ensemble intercontemporain, ensemble résident ) , et trois formations associées (Orchestre de chambre de Paris, Les Arts Florissants, et l'Orchestre national d'Île-de-France) . Dans le domaine pratique sachez qu'une salle est accessible aux personnes avec handicap . Des informations en braille , des couloirs spécialement aménagés pour les déplacements des personnes en fauteuil roulants , des audioguides ainsi que 30 places pour les personnes à mobilité réduite et un siège pour l'accompagnant , tout est fait pour une accessibilité à tous ! L'espace d’exposition  fêtera l’arrivée en France de l’exposition du Victor et Albert Museum de Londres dédiée à David Bowie . Pas seulement réservé à la musique classique , tous les genres musicaux y seront présentés et le grand auditorium pourra se métamorphoser en fonction des styles musicaux . Pour les programmations des spectacles rendez-vous sur le site de la Pilharmonie de Paris . Ne manquez pas non plus de consulter les  " Week-ends de la Philharmonie  "  . Sachez enfin que l'on désigne l'auditorium de la Philharmonie de Paris sous le nom de Philharmonie 1 afin de le différencier de l'auditorium de la Cité de la Musique , appelé Philharmonie 2 .

     symphonies-en-salle-majeure-symphonies-en-salle-majeure-a-paris    paavo_jarvi_par_julia_baier

                  Grand auditorium                                                          Paavo Järvi 

      Ne manquez pas d'aller découvrir ce nouveau " temple de la musique " lors de l'une de vos promenades dans le parc de La Villette et , pourquoi pas , vous rendre à l'un des concerts donnés . 

                         

 

                              Hélène Grimaud - Maurice Ravel - Orchestre de la                                                                Philharmonie de Paris

 

 

 

 

 

 

 

    

Posté par jacauber à 16:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 janvier 2015

MEILLEURS VŒUX 2015

 

     

         Thomas-Kinkade-Winters-Dusk-1000x660C

 

 

      Chers lecteurs et lectrices 

       Je vous présente tous mes meilleurs vœux pour cette année nouvelle . Que 2015 vous apporte à tous joies , bonheur et surtout la santé , le bien le plus précieux , sans quoi rien n'est possible . J'espère vous faire découvrir , cette année encore , malgré mes problèmes de santé , de nouveaux lieux insolites et plein de charmes comme Paris en recèle encore et qui , hélas , se font de plus en plus rares . J'espère surtout vous donner l'envie à votre tour de devenir des "Piétons de Paris" !!! 

     

Posté par jacauber à 11:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 novembre 2014

MUSÉE DU FUMEUR

 

                           dfg      

                                      Musée du Fumeur , 7 rue Pache dans le XIème arrondissement 

 P1320012    P1320010

                                                                 Le Musée du Fumeur 

    Partons ensemble à la découverte du Musée du Fumeur , un musée que bien peu de parisiens connaissent ! Il fait partie de ces nombreux petits musées parisiens qui restent méconnus comme ceux de la magie , de la poupée , de l'éventail ,de l'érotisme , de la contrefaçon ou du parfum . 

      6a00e554acca9b88340168e5eac38f970c-800wi      1BPCO_-_CONTREFACON_-_2012_2013_40     musee-de-la-poupee

         Musée du Parfum               Musée de la Contrefaçon           Musée de la Poupée 

 

       LE MUSÉE DU FUMEUR 

   Le musée du Fumeur a été fondé en 2001 par Michka Seeliger et Tigrane Hadengue . Il réunit plantes , œuvres d’art et objets liés à une pratique ancestrale : fumer. Témoignant de l’évolution des comportements à travers les siècles, ces collections sont propres à susciter la réflexion sur l’acte de fumer, originellement rapporté des Amériques par Christophe Colomb et , en cinq siècles . On peut ainsi suivre l'évolution à travers les âges du comportement des fumeurs .

     P1320016      P1320015      P1320019

     P1320023      P1320044      P1320020

    Sont exposés des objets usuels du fumeur en différents lieux et à différentes époques . Citons, par exemple , de fragiles pipes en terre cuite du XVIIe siècle ou celles, en cuivre , que les dignitaires chinois portaient à la ceinture pour fumer l’opium ; ou encore, les longues feuilles de tabac suspendues dans le séchoir, à dix-sept centimètres d’écartement, comme dans le Périgord ; des moules à cigare , des tabatières destinées à la poudre à priser , un calumet de la paix sioux , des briquets tibétains etc. Certaines de ces pièces exposées sont rares et remarquablement bien conservées . 

    P1320043       P1320042      P1320014

    P1320026       P1320030        P1320027

                                P1320016

   Le musée présente également de nombreuses gravures , allant du XVIIe au XXe siècle , signées Gavarni , Daumier , Martinet , Pia , Valerio , Cheret , Gérôme et bien d’autres , tel une page de l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert . Le plantarium , espace clos reproduisant les conditions naturelles de culture, permet de suivre en toutes saisons l’évolution de plants de tabac , du semis jusqu’à la floraison . Une signalétique compose un parcours lettré de A à Z , reflétant la nouvelle structure de la collection permanente , plus claire et didactique : 26 thématiques légendées et illustrées y dessinent un panorama du Fumeur à travers les siècles et les cultures . Vous pourrez également découvrir des anciennes boites d'allumettes , paquets de cigarettes , paquets de tabac avec leurs carnets de papier à rouler  priser ,  les boites de tabac à priser et à chiquer . De magnifiques affiches de vieilles chansons  immortalisées par Mayol , Mistinguette , Berthe Sylva ,  Fréhel et Damia . Ecoutez la chanson " Du gris " magnifiquement interprété par Berthe Sylva :

                https://www.youtube.com/watch?v=hU2jpUPz_cg

    P1320056   P1320050    P1320052

    P1320034     P1320037     P1320076

                           P1320078    P1320075  

  Une place est tout naturellement réservée à l'art de fumer le narguilé que l'on trouve aujourd'hui dans les bars à chicha dans de nombreux pays . Vous pourrez admirer de magnifiques narguilés exposés dans les vitrines de ce musée . 

                         P1320047           P1320049

                                                   Magnifiques narguilés 

  Le Musée du Fumeur dispose d'un vapor lounge avec une dizaine de places assises et vend aussi des cigarettes électroniques , e-liquide , et vaporisateurs haut de gamme ainsi que divers accessoires fumeurs . Le Musée du Fumeur et la boutique sont ouverts du lundi au samedi de 11h30 à 20h00, sans interruption . L'accès au musée est gratuit .

                                   P1320048

                                                     " Vapor lounge " 

     P1320083      P1320081     P1320084

                                       Le musée du Fumeur - Point de vente 

  Ne manquez pas à l'occasion de l'une de vos prochaines promenades  d'aller visiter ce petit musée il en vaut largement le détour et vous y serez chaleureusement reçu . 

 

 

Posté par jacauber à 18:27 - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 novembre 2014

LA GRANDE LOGE DE FRANCE

  

                scv      SDC14692

                                                La Grande Loge de France rue Puteaux 

 

     Découvrons ensemble un endroit méconnu des parisiens , la Grande Loge Maçonnique de France . Elle est située 8 rue Puteaux dans le XVIIème arrondissement . Comme vous allez le découvrir le bâtiment qui l'abrite a une histoire incroyable ! La Grande Loge de France , qui regroupe les différentes loges maçonniques françaises , autrefois installée dans un local par trop exigu rue de Rochechouart , a pour siège aujourd'hui un ancien couvent de Récollets situé rue Puteaux . La Grande Loge de France , héritière de trois siècles d'histoire et de culture , propose une démarche initiatique qui s'appuie sur des valeurs de progression intellectuelle , éthique et spirituelle . Notre obédience trouve sa source dans le Rite Écossais Ancien et elle est réservée uniquement aux hommes . Elle est sous la direction d'un Grand Maître .

          P1330563      P1330559      P1330561

                                                       La Grande Loge de France 

    Ce couvent a connu un destin curieux au fil du temps , avant d’être occupé par la Grande Loge. En 1852 les " Réformatis " italiens fondent des couvents de franciscains dans le sud de la France ( Nice et Lyon ) en remplacement de ceux fermés par la Révolution . Pour franciser le nom ils reprennent celui de Récollets inutilisé depuis plus d'un demi-siècle .  En 1884, les franciscains de Nantes décident de fonder une communauté à Paris . Une fois acquis l'immeuble du 8 rue Puteaux , jusque là occupé par une institution protestante.Les travaux entrepris seront achevés en en 1886 . Une première  chapelle sera édifiée en 1888 . Mais du fait de sa très grande fréquentation, elle doit être agrandie et on procède à sa reconstruction . L'archevêché la considère comme le troisième lieu eucharistique à Paris . Suite à des problèmes de remboursement des travaux , le couvent de Récollets est définitivement fermé en 1906 et les franciscains expulsés suite à la loi de 1903 qui dissous les congrégations religieuses .

    57523434        57524117        57523461

                                                         Moines Récollets 

   Déjà en 1907 la Grande Loge de France se trouvant à l'étroit 42 rue Rochechouart s'intéresse à cet ancien couvent , mais devant le peu d'intérêt que ce projet suscite mais il restera sans suites . En 1909 le couvent est acheté par messieurs Bernheim pour une somme de 300 000 Francs de l'époque . Ceux-ci  louent la chapelle et le jardin entourant le chœur à un industriel pour un bail de dix ans. Celui-ci installe dans la nef la salle de projection du Fééric Cinéma, dans la crypte une piste pour les adeptes du patin à roulettes ! Le reste du bâtiments attend des locataires depuis deux ans .

                fgh        xcv

                                        Le cinéma le " Fééric " 

   Pendant la Grande Guerre, il est en partie transformé en un hôpital de 28 lits , servant d’annexe à l’hôpital militaire Villemin . En 1924, la chapelle qui était restée occupée par le cinéma fait place à un bal populaire " Le bal de l’Abbaye " , où se produisait le célèbre accordéoniste , virtuose du diatonique , Emile Vacher, un des précurseurs du musette accompagné au piano par Jean Peyronin. La première valse musette s'appela tout naturellement " La valse de l'abbaye " . Des reines de la musette comme Fréhel , Damia , Emma Liebel se sont produites au Bal de l'Abbaye .

     Vacher-2         vacher_tourbillonnette        vacher

                                                              Emile Vacher 

   En 1910, grâce à la ténacité du Frère Francfort, l’ancien couvent est acheté par la Grande Loge de France pour y installer le siège social et les temples . La chapelle sera finalement récupérée par la Grande Loge de France en 1929 . Des travaux d’aménagement l’amputent de ses bas-côtés , qui deviennent des réserves . La crypte est reprise par la Grande Loge de France et une partie est louée à un Frère pour y gérer une salle à manger " Le Buffet " . On entreprendra des travaux pour couper la monumentale chapelle dans le sens de la hauteur ( première photo ci-dessous ) pour créer deux temples dans la partie supérieure et une salle des fêtes au rez-de-chaussée .

                  kmzc    P1330514

                   Chapelle avant travaux                                  Temple Franklin 

                                     P1330521

                                              Grand Temple " d'Estienne d'Orves "                                     

    Le 15 juin 1940, les soldats du commando Rosenberg forcent la porte du 8 rue Puteaux. Les coffres sont fracturés, les archives emportées en Allemagne. Les locaux sont saccagés par les partisans de Vichy, et le mobilier emporté. Le lieu est donné à Henri Coston, un anti-maçon virulent , qui y établit son « centre de documentation » combattant les Francs-Maçons . Ci dessous des affiches anti-maçonnqiue présentées dans le petit musée installé dans l'atrium . 

               P1330476      P1330477

   Dès la libération de Paris, l’immeuble est restitué à la Grande Loge de France. La chapelle va être aménagée pour répondre aux besoins : La partie supérieure devient le grand temple qui sera rebaptisé temple d'Estienne d'Orves en souvenir du grand résistant maçonnique qu'il fut . La partie inférieure (rez-de-chaussée) est coupée en deux : dans le chœur on installe la Bibliothèque, et dans le vaisseau le temple Franklin Roosevelt en l’honneur du président américain . La veuve du Président américain  , que la Franc-maçonnerie avait appelé à l'aide bien avant le conflit ,  venue à Paris pour une assemblée de l'ONU l'inaugure en décembre 1948 . Les vitraux de 1895 de type grisaille, ont été conservés et divisés en deux sortes . Les premiers sont encadrés par un chapelet franciscains et les seconds par une cordelière .               

     P1330511         P1330527        P1330515

                                                           Temple Franklin 

         P1330553       P1330555

                                                      Grand Temple d"Estienne d'Orves

   Enfin, en 1967, de nouveaux travaux modifient considérablement l’aspect des lieux. L’ancien déambulatoire du couvent est couvert, pour créer un atrium qui accueille les premières vitrines du musée . Il se voit décoré de trois mosaïques symboliques en 1977 . Des bureaux sont créés dans les étages . En 1987 la Grande Loge de France , devant le manque de place ,  envisage de déménager son siège en banlieue , mais le coût de l'opération étant trop élevé pour l'obédience le projet est annulé . A coté du musée situé dans l'atrium se trouve une remarquable bibliothèque qui recèle une impressionnante collection de 25 000 volumes . 

  P1330451     P1330481

  P1330472     P1330473

   P1330465     P1330469

                                                              Musée de la Grande Loge de France 

                             iikl

                                                                  La bibliothèque

    Outre les temples pour accueillir les réunions des Frères maçonniques , le bâtiment est ouvert au public . Il peut visiter dans l'atrium le magnifique musée qui recèle précieusement des pièces anciennes témoignage de la culture maçonnique , ainsi que la bibliothèque . Le musée est ouvert au public du lundi au vendredi de 10 heures à 13 heures et de 14 heures à 18 heures . Ne manquez pas d'allez le visiter . Un accueil chaleureux vous sera réservé . Pour plus amples renseignements consulter le site de la Grande Loge de France sur internet . Ne manquez pas les visites organisées chaque année à l'occasion des Journées du Patrimoine . Je tiens à remercier chaleureusement les Frères qui m'ont accueilli lors de ces  Journées du Patrimoine 2014 . 

 

Posté par jacauber à 17:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 septembre 2014

IMPASSE DES ARBALÉTRIERS

         Capture 

         P1310906

                                             Impasse des Arbalétriers 

     Partons ensemble à la découverte de cette impasse moyenâgeuse situé au  de la rue des Francs-Bourgeois dans le quartier du Marais . Cette impasse se trouve au 98 rue des Francs-Bourgeois . Elle s'ouvre entre deux corps de logis à encorbellement datant du début du XVIIème siècle et mène à une cour, elle-même reliée à la rue Vieille-du-Temple . Dans cette impasse se trouve également le Centre Culturel Suisse

           P1310914      P1310908

        P1310915     P1310909      P1310905

                                                    Centre Culturel Suisse 

       L'impasse des Arbalétiers 

 Ex-allée des Arbalétriers elle se prolongeait au sud de la rue des Francs-Bourgeois jusqu'au rempart de Philippe Auguste , parallèle ici à la rue des Rosiers . Elle desservait une entrée secondaire de l'Hôtel Barbette , propriété d'Etienne Barbette prévôt des marchands ,  dont l'entrée principale se trouvait rue Vieille-du-Temple et qui conduisait à un champ longeant l'enceinte de Philippe Auguste et qui servait de terrain d'exercices aux arbalétriers . On avait depuis longtemps oublié l'anathème jeté par le concile de Latran contre l'arbalète jugée comme une arme de lâches , puisqu'elle tuait les gens à distance et évitait le corps à corps . 

          959397DSCF8717 (Copier)     Arbaletearmement

 

                             post-4-0-96891000-1315228315

                                                Arbalètes et arbalétriers

   Cette voie du XVème siècle , précédemment appelée rue Neuve Barbette ; fut le décor de l’assassinat du Duc Louis 1er d’Orléans , frère du roi Charles VI , alors qu’il venait de rendre visite à la reine Isabeau de Bavière en l’hôtel Barbette tout proche . L’assassinat du Duc de Bourgogne par les hommes de Jean-sans-Peur ( Jean 1er de Bourgongne ) fut considéré comme annonciateur de la Guerre Civile qui opposera Armagnacs et Bourguignons de 1411 à 1435 ou fut signé le traité de paix d'Arras entre Charles VII engagé dans dans une patiente reconquête du territoire français , et Philippe le Bon , reconnaissant l'indépendance de la Bourgogne   . 

     L'assassinat de Louis 1er D'Orléans 

    Le 23 novembre 1407, Louis d'Orléans, en sortant de l'hôtel Barbette , où il avait soupé avec la reine Isabeau de Bavière, tombait , rue Vieille-du-Temple, sous les coups d'un gentilhomme normand , Raoul d'Octonville, écuyer du duc Jean Sans Peur . Le meurtre nocturne du 23 novembre 1407 prouva que ce n'était pas une menace vaine . Le brutal emblème était pour ainsi dire la fleur d'une vengeance dont cet assassinat de la rue Barbette fut le fruit sanglant. Le meurtre eut lieu rue Vieille-du-Temple, dans la partie qui s'appelait alors rue Barbette, en face de l'hôtel de ce nom, dont il reste encore une tourelle en encorbellement au coin de la rue des Francs-Bourgeois, et de l'autre côté en face de l'hôtel de Rieux , remplacé aujourd'hui par le charmant hôtel qu'Amelot de Bisseuil fit bâtir vers 1660. Il porte le n° 47 de la rue Vieille-du-Temple et fait face à la rue des Rosiers . 

    JeanSansPeur2      Louis_Ier_d'Orléans       375px-Assassinat_louis_orleans

         Jean Sans Peur                    Louis 1er d'Orléans       Assassinat de Louis 1er d'Orléans 

   Ne manquez pas lors de l'une de vos prochaines promenades dans le quartier du Marais de visiter cette impasse chargée d'histoire . Vous pourrez en outre assister à l'une des nombreuses conférences données au Centre Culturel Suisse dont voici le lien : http://www.ccsparis.com/

                                             

 

 

Posté par jacauber à 16:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 juillet 2014

LA PRISON MAZAS

 

                          6-copie-27

                                                                   LA PRISON MAZAS 

    Partons ensemble à la découverte de l'ancienne Prison Mazas aujourd'hui disparue . La prison Mazas , couramment appelé Maison d'arrêt cellulaire , tire son nom  du colonel Mazas mort à la bataille d’Austerlitz  . C'était une ancienne prison de Paris, construite par l'architecte Émile Gilbert entre 1845 et 1850 pour remplacer le dépôt des condamnés de la Force . Elle était située en face de la gare de Lyon, et était utilisée de 1850 à 1898 essentiellement à l'internement des prisonniers de droit commun . Elle reçut à son ouverture les 840 prisonniers de La Force . La prison occupe l'emplacement du pentagone d'une superficie de 130 hectares limité aujourd'hui par le boulevard Diderot (anciennement le boulevard Mazas ) , la rue de Lyon, la rue Traversière, l'avenue Daumesnil et la rue Legraverend . Cette « maison d'arrêt cellulaire » s'inspire des modèles du régime carcéral américain en vogue dans le milieu du siècle, le système cellulaire, dans l'esprit de la prison de la Petite Roquette construite en 1836 . Il est à noté qu'acun prisonnier ne s'est échappé de la prison Mazas . 

       1851g032       MAISON~1        mazas2

          walks-of-the-mazas-prison-paris-c-1900       Maison_D'Arrét_Cellulaire_-_Galerie_Cellulaire

                                                        La prison Mazas 

       Les travaux d’appropriation furent achevés en mars 1853 pour un coût de 5 437 000 francs . Le bâtiment d’entrée en pierre meulière était de forme presque carrée. Les détenus arrivaient dans une première cour, pour pénétrer ensuite dans le bâtiment administratif et avancer jusqu’au guichet central situé sous une rotonde vitrée de 45 mètres de large. Au greffe du rez-de-chaussée, avaient lieu les formalités d’écrou, au premier étage était situé l’autel sur lequel l’aumônier de la prison célébrait la messe chaque dimanche. Cinq promenoirs panoptiques, disposés au centre des cours, étaient séparés par six galeries de 80 mètres chacune comportant 200 cellules sur trois étages convergeant vers un minaret central . L’air chaud, en hiver, était distribué par ventilation, de même en été avec de l’air frais . 

          pz_mazas004      pz_mazas005     pz_mazas006

          pz_mazas007      pz_mazas011     images

           Les dessins de Cochard, Migron et Fanfan par Louis Cocula prisonniers à Mazas

    La prison Mazas était surnommée  " l'hôtel des 1 200 couverts " . De nombreuses personnalités célèbres furent incarcérées à Mazas après le coup d'état de 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte ( Victor Hugo , Rasapail , Rochefort  , Jules Vallès , Arago , Clémenceau pour ne citer que les plus célèbres .  Un rapport du conseil général de la Seine en date du 30 novembre 1894 présenta des projets « relatifs aux lotissements des terrains occupés par les prisons Mazas, la Grande Roquette et Sainte-Pélagie prochainement désaffectées » . Ainsi programmée pour des raisons sanitaires, et aussi parce que la vue de la prison gâchait la perspective de la gare de Lyon au moment de l'exposition universelle de 1900 à Paris, la démolition de la prison Mazas débuta en octobre 1897 et fut achevée deux ans plus tard. Les pierres de Mazas servirent à la reconstruction des égouts de la rue de Rivoli, déviés par le passage du métropolitain. À l’emplacement de la prison dont les matériaux de démolition furent vendus dès août 1898, une fête foraine fut tenue en février 1899 : « Ici l’on danse. » Les prisonniers de Mazas furent transférés à la nouvelle prison construite à  Fresnes en région parisienne et ouverte en 1898 . 

         

Destruction_de_Mazas   godefroy

                                            Démolition de la prison Mazas en 1898

                         

                                      imagesCAVSPU5J

 

      Aristide Bruant immortalisa la prison Mazas dans une de ses chanson intitulée  " A Mazas " , tout comme il le fit pour la prison de La Roquette dans sa chanson " A la Roquette " . 

                                                                             À Mazas

Pendant qu't’étais, à la campagne

En train d'te fair' cautériser,

Au lieur cd' rester dans mon Pagne, Moi, j'm'ai mis à dévaliser,

Mais un jour, dans la ru' d'Provence,

J'me suis fait fair' marron su' l'tas,

Et maint'nant j'tire d'la prévence,

A Mazas

C’est en dévalisant la case

D’un' gerce, un' gironde à rupins,

Qu'on m'a fait avec Nib de naze,

Un monte en l'air de mes copain.

Faut y passer, quoi ! c’est not’ rente

Aussi, bon Dieu l j'me plaindrais Pas

Si j'avais d'quoi m'boucher la fente,

A Mazas

        

 

Posté par jacauber à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

COUR DE BRETAGNE

         

                     FRG      

     Capture

                                                          COUR DE BRETAGNE 

    Suite à mon précedent artile sur la Cour de la Grâce de Dieu voici une autre cour pittoresque située au 99 le la rue du faubourg de temple , la Cour de Bretagne . 

           P1050651        P1050652       P1050647    

             P1050657     P1050656    P1050694

                                   P1050698

                                                 COUR DE BRETAGNE 

    Elle a porté les noms de Cour des Etats Réunis , Cour de Bretagne , Cour des Bretons (arr. du 1er février 1877) puis , de nouveau Cour de Bretagne et enfin , actuellement , Cour des Bretons . A  ne pas manquer de visiter !

 

      

                                                                                               

Posté par jacauber à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2014

COUR DE LA GRÂCE DE DIEU

         QSD                         

                       P1050691

                                   Cour de la Grâce de Dieu 

     Partons ensemble à la découverte de la Cour de la Grace de Dieu , un des petits passages pittoresques de la rue de Belleville , miraculeusement conservé . La cour de la Grâce-de-Dieu avec son passage cocher monumental typique des cours du faubourg du Temple est une voie privée de 133 mètres de long pour une largeur minimum de 3.50 mètres . Elle débute au 129 rue du Faubourg-du-Temple dans le Xème arrondissement et se termine en impasse . Le nom de Cour de la Grâce de Dieu a été donné par monsieur Meyer, propriétaire du terrain et directeur du théâtre de la Gaîté-Lyrique , en mémoire du succès de la pièce  " La grâce de Dieu  ", drame de messieurs Adolphe Dennery et Gustave Lemoine joué dans le théâtre de l en 1871 . On trouvait à cet emplacement au XVIIème siècle , le cabaret de la Courtille tenu par Gilles Desnoyers . Bien que le " père " Desnoyers y vendit des " civets à base féline " , son cabaret était un redoutable concurrent pour celui de Ramponeaux situé non loin de là . 

          AdolpheDennery    th_gai10

               Adolphe Dennery                         Théatre de la Gaîté-Lyrique 

     L'étude historique permet d'en détailler la chronologie . Cet ensemble résulte de plusieurs phases de construction . Situé à proximité de la barrière des Fermiers Généraux , il s'est constitué dans le courant du XVIIIème siècle , de trois parcelles sur rue et d'un grand Jardin . A gauche , au numéro 129 sur une première maison de 1689 a lieu au milieu du du XVIIIème siècle une importante campagne de travaux qui l'élargit et la surélève d'un étage . A l'arrière au-delà du jardin , s'élevait un autre corps de logis d'un étage sur cave de la même époque . Au 131 une maison de deux étages est également reconstruite en 1760 . La première volée de l'escalier daterait de cette époque . Les deux propriétés changent de mains à plusieurs reprises , avant d'être réunies au début du XIXème siècle par le marchand de vin Desoyers , important promoteur du Bas-Belleville . Son fils acquiert un vaste terrain qui constitue le fond de la parcelle actuelle , alors occupée par des étables . L'ensemble est acquis en 1841 par monsieur Meyer directeur de théâtre qui investit les bénéfices tirés tirés d'une pièce à grand succès de l'époque " La Grâce de Dieu " . Il fera construire dans la cour des immeubles de rapport " en peigne " , complétés dix ans plus tard par une aile en limite ouest du terrain . L'ensemble est aujourd'hui la propriété d'un seul bailleur qui a procédé à un entretient courant . Les ravalements des parties communes datent des années 1980 . Ref. Commission du vieux Paris , séance plénière du 24 juin 2010 .

       58002045_Feb12thSundayresized105CourdelaGracedeDieu129rueduFaubourgduTemple      14

      QSD       145                                  sdtr

                                                          Cour de la Grâce de Dieu                                                                                                                 

    Début 2014, un programme de réhabilitation sera confié à "  l'Immobilière 3F " livrera une première tranche des travaux  la Cour de la Grâce de Dieu , un ensemble immobilier situé au 129-131 rue du Faubourg du Temple . Objectif : améliorer l'habitat existant et proposer plus de logements . Au programme : démolition/reconstruction , réhabilitation (pour partie en milieu occupé) et surélévation . La seconde phase de travaux, qui débutera début 2014, portera sur la réhabilitation des 3 bâtiments de la cour, et la rénovation de cette dernière . Les travaux, d'une durée de trois ans et demi, ont été confiés à l'équipe d'architectes Patrick De Jean, Jérôme Marin et François Brugel et à l'entreprise générale Brézillon .

       img3   img5

    Ne manquez pas lors de l'une de vos promenades dans le faubourg du Temple de visiter la Cour de la Grâce de Dieu ainsi que la Cour de Bretagne , situé non de là et qui fera l'objet de l'un des mes procahins articles . 

      

 

  

Posté par jacauber à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2014

LE CARREAU DU TEMPLE

       Capture         P1290912                                                                                Le Carreau du Temple 

    Partons à la découverte de la passionnante histoire de l'un des plus vieux marchés de Paris celui du Carreau du Temple . Le Carreau du Temple se trouve à quelques mètres de la mairie du 3e arrondissement , dont il est séparé par la rue Perrée, de l'École supérieure des arts appliqués Duperré , de l'autre côté de la rue Eugène Spuller , et du square du Temple . 

      Histoire du Carreau du Temple 

     Au début du XIIème siècle , les chevaliers de l’Ordre du Temple de Jérusalem reçoivent en donation du roi les terres qui constituent l’enclos du Temple . Entourés d’une enceinte de 8 mètres de haut, renforcée au XIIIème siècle par un donjon , la grosse tour, l’enclos est le lieu central de l’ordre en occident . Après l'arrestation des Templiers par Philippe le Bel et l'excution de leur grand Maître Jacques de Molay et de ses compagnons dans l'île aux Juifs à Paris  , l'ordre fut dissous en févier 1314 . Le Temple conserva son nom et devint propriété de l’ordre de l’Hôpital (plus tard Ordre de Malte)  qui devint la maison du grand prieuré de France . L’enclos , couvrait un espace d’environ six hectares , aujourd’hui compris entre les rues du Temple, de Bretagne , de Picardie et Béranger.

            bg         53160570

                                                 Plans de enclos du Temple 

           photo-016-64a833        gt      images

          La grosse tour du Temple       Exécution de Jacques de Molay et de ses compagnons 

    Au XVIIème siècle , de nombreux hôtels s’élevaient au sein de l’enclos , recherchés par l’aristocratie et la bourgeoisie . Artistes et beaux-esprits y logeaient . En 1786 , l’enclos comptait environ 4000 habitants . Au XVIIIème siècle , la Révolution se saisit de l’enclos . La famille royale fut enfermée dans le donjon en août 1792 jusqu’à son exécution. L’église fut rasée . La Tour du Temple fut ensuite démolie par ordre de Napoléon .

                  6a00d8341d8a0f53ef011279723ee328a4-500wi

                                                      L'enclos du Temple 

    Partie intégrante de l’Enclos du Temple , la Rotonde du Temple, construite en 1788 par l’architecte Pérard de Montreuil , bénéfice toujours des privilèges d'extraterritorialité accordés à l’enceinte du temple (exemption de taxes, etc). Les boutiques s’y louent à prix d’or . La Ville de Paris fait construire un marché couvert entre la rue du Temple et la Rotonde . Ce marché , ancêtre du " Carreau du Temple " ,  édifié entièrement en charpente de bois , œuvre de l’architecte Jacques Molinos , rencontrera un grand succès . Le marché est alors constitué de quatre carrés  ayant chacun sa spécialité . Le  carré du Palais-Royal ( tapis, soieries, rubans, gants, plumes et articles à la mode , le carré de Flore pour le  linge de maison , le carré du Pou-volant pour la ferraille et les friperies )  et le carré de la Forêt-Noire pour le cuir . Entre ces 4 halles et la Rotonde se trouvait un carreau  sur un terre-plein où fonctionnait une bourse du vêtement d’occasion, qui durera jusqu’à l’après-guerre.

         1024px-ROTONDE      le marché 1811      le_marche_du_temple-89e57

                           15394427-carreau-du-temple-covered-city-market-paris-created-by-fichot-published-on-l-illustration-journal-un-61c08

                                Le carreau du temple au XIXème siècle 

    La ville dans le cadre de la rénovation urbaine voulue par Napoléon III et le préfet Haussmann , décide de le remplacer par une structure métallique , plus sure face aux fréquents incendies , et lance un concours d’architecture qui sera remporté par l’architecte Jules de Mérindol en 1860 . C'est à ce même architecte que l'on doit la grande Halle du marché aux bestiaux de La Villette , miraculeusement conservée . Sa façade monumentale s’ouvre sur la rue du Temple . Le marché avec ses pavillons de métal , de verre et de briques , peut accueillir plus de 2000 places pour les vendeurs .

         6a00d8341d8a0f53ef0192abd3fbf1970d-800wi         carreau-du-temple-19001          maarche-Temple

                                                 Le nouveau Carreau du Temple 

    Cependant le marché décline et en 1892 il ne reste plus qu’une centaine de marchands . En 1901, la Ville de Paris envisage la démolition d’une partie des pavillons alors désertés , pour effectuer une opération immobilière sur les terrains ainsi récupérés . La presse s’empare alors du sujet , et publie de nombreux reportages sur la fin du marché du Carreau du Temple . En 1904, il est choisi pour abriter la première Foire de Paris .

                                    Capture

                                         La Foire de Paris au Carreau du Temple

  Dans les années 1920 la démolition du dernier tiers subsistant est également mis à la vente en 8 lots seul un lot trouve acquéreur avant la grande crise de 1929 et abrite encore aujourd’hui des logements sociaux de la RIVP . Après la seconde Guerre Mondiale il devient un haut lieu de la fripe parisienne . Il périclite cependant progressivement et dans les années 70 plusieurs projets visant à sa destruction définitive sont présentés . En 1982 , toujours très attachée à ce lieu , la population locale réussit à faire inscrire à l’inventaire des Monuments historiques l’unique bâtiment restant , écartant ainsi définitivement tout risque de démolition future .

         scan034      97149798

         zer      imagesCANH3AZM     

                                                                    Carreau du Temple - Fripiers 

     Dès 2001, le maire de Paris fait part de sa volonté de restaurer entièrement le bâtiment . Lors d'un concours d'idées lancé en 2003 , 133 projets sont déposés , trois propositions de projets  seront et soumises en février 2004 à un vote local . Les personnes habitant, étudiant ou travaillant dans le 3ème arrondissement sont alors appelées à voter pour le projet de leur choix . Aux termes d’un concours d'architecture en 2007, le projet retenu est confié à l’agence " Studio Milou architecture " dirigée par l'architecte Jean-François Milou . Cette agence a notamment réalisé de nombreux projets de reconversion de bâtiment historiques et la création de Musées (Cité de l’auto à Mulhouse, Cité de la mer à Cherbourg, Place de la Brèche à Niort, Singapore National Art Gallery, etc…) . En 2011 ont lieu des fouilles archéologiques lors des travaux du nouveau Carreau du Temple . Sur l’ancien emplacement de l’église Ste-Marie-du-Temple construite en 1150, le travail des archéologues va permettre de mettre à jour 800 squelettes provenant d’un cimetière qui accueillit des sépultures du XIIème jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

                     P1170735

     azert     P1170745

                                               Fouilles archéologiques au Carreau du Temple 

    Ainsi, le studio Milou imagina la nouvelle vie du Carreau du Temple avec une intervention minimale . La structure métallique est magnifiée tandis que les façades et la nef largement vitrées permettent de conserver un apport de lumière optimal . Afin de répondre à la pluralité du lieu , un étage dédié aux activités accueille un gymnase , un dojo , un espace de danse et un studio de son. Le rez-de-chaussée quant à lui est voué à accueillir des évènements avec l’auditorium pour les concerts et le choeur de la halle . Cet espace intérieur de 1800 m2 est agrémenté de parois et de gradins mobiles qui permettent d’organiser les espaces en fonction du programme . " L’espace public " est accentué par l’ensemble des vitrage du rez-de-chaussée qui s'ouvrent vers les trottoirs . Ainsi la limite d’espace intérieur et extérieur n’existera plus . En septembre 2012 , Jean-Luc Baillet est nommé Directeur Général du Carreau du Temple , par le Maire de Paris  pour développer un projet d'activités de loisirs , événementiel et culturel .

      P1290912      P1300037      P1290913

      P1290924       P1290930      P1290920

      P1300018       P1290976      P1300035

                                                Le Nouveau Carreau du Temple 

     Ne manquez pas de rendre visite au nouveau Carreau du Temple , vous ne le regretterez pas ! Souhaitons une longue vie à cet ancien marché , miraculeusement sauvegardé et plein d'avenir grâce à son éclectisme .

                                                                    

      

 

      

                                     

Posté par jacauber à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2014

UNE LOCOMOTIVE DEVANT L'INSTITUT DU MONDE ARABE

      

                          afiorient-expresswsb_700x393_181-230g353surleparvisdel27ima1

                      La locomotive à vapeur  230 G 353 sur le parvis de l'Institut de monde arabe    

   Je me propose aujourd'hui de vous faire découvrir la passionnante histoire de cette locomotive à vapeur installée sur le parvis de l'Institut du monde arabe à l'occasion de la magnifique exposition sur ce train mythique connu sous le nom  " d'Orient-Express " ,  qui s'y déroule jusqu'au 31 août . 

                            Affiche_Expo_Orient-Express-SNCF-Paris (Copier)

     DSC_4590 (Copier)       img-corp-orient_express_restaurant-3       VSOE platform met stewards 2

     P1260563       P1260570       P1260575

                                            Exposition " l'Orient-Express "   

  L'Orient-Express est un train de luxe créé par la Compagnie Internationale des Wagons-Lits qui , depuis 1883, assure la liaison entre Paris , Vienne, ainsi que Venise , et à partir de 1919 Istanbul , desservant ainsi plusieurs capitales européennes . Son activité cessera en 1977 , vaincu par la faiblesse de sa vitesse commerciale (à peine 55 km/h vers la fin) due aux interminables arrêts douaniers dans les pays communistes traversés, ainsi qu'à l'état obsolète de leurs réseaux, et malmené par la concurrence grandissante de l'aviation . Depuis 1982 , un nouveau train de luxe régulier, assuré par une compagnie privée , le " Venice-Simplon-Orient-Express " a pris le relais sur le trajet Boulogne-sur-Mer (désormais Calais) - Paris - Venise , via Innsbruck ou Vienne , avec parfois un prolongement vers Istanbul .

     P1020772      P1020765      P1020777

     P1020785      veniceorientexpress1291887490      P1020781

                        Le Venice-Simplon-Orient-Express en gare de l'Est 

    Numérotation des locomotives à vapeur 

  La numérotation d'une locomotive à vapeur est défini comme suit : Pour les locomotives à vapeur standard , le  numéro qui la caractérise se compose de trois chiffres : le premier chiffre représente la quantité d'essieux porteurs a l'avant , le deuxième la quantité d'essieux moteurs et le troisième la quantité d'essieux porteurs a l'arrière . En cas d'absence d'essieux porteurs on attribue le chiffre zéro . Les locomotives-tender possédaient à la fin de leur numérotetion la lette T . Voici quelques exemples en images . 

    Locomotive_030T_27_La_Glaciere-Gentilly     images

                            Une 030                                                          Une 241

      pvc1-28ecc0a    loco_oe_0

                          Une Pacific 231                                                Une 230

     141tc34        La-151-TQ-puissante-imposante

 

                   Un 141 T                                                      Une 151 TC

     La prise d'eau en marche d'une locomotive à vapeur

 

  Le problème majeur rencontré pour les puissantes locomotives à vapeur telles les 241  , capables de parcourir de longues distances sans arrêts en gare , fut celui de l'approvisionnement en eau contrairement à celui du charbon dont les tenders pouvaient contenir une quantité de charbon nécessaire . La solution fut trouvé en 1866 par un ingénieur anglais , Ramsbottom . Son ingénieux procédé reposait sur la construction au milieu des rails d'un bac de 15 cm de haut et d'une longueur de 400 mètres . Lorsque la locomotive arrivait sur cette zone le mécanicien abaissait un bec situé sous la locomotive qui grâce la vitesse écopait l'eau comme le feront plus tard les Canadairs pour se ravitailler en eau en plein vol . On peut voir dans le film " La bête humaine " de Jean Renoir , Jean Gabin , le mécanicien de la locomotive à vapeur effectuer les manœuvres de cette prise d'eau pendant la marche de son train . 

 

      imagesCAJO077E     sans-titre   Capture

 

         sd     

 

        Histoire de la locomotive à vapeur 230 G 353

 

  La 230 G 353 (ex 4353 du P.O.) construite aux ateliers des Batignolles en 1922 , lourde de ses 4,2 tonnes de charbon , elle est classée Monument Historique en 1987 . Elle fait partie de la collection gérée par convention par la Cité du Train de Mulhouse. Pour sa présentation à Paris, SNCF et la Cité du Train ont confié à l’association APPMF (Association Pour la Préservation du Patrimoine et des Métiers Ferroviaires) crée par un ancien mécanicien de la SNCF , la réalisation des travaux de remontage et de remise en peinture de cette locomotive aux ateliers d'Epernay . Ces machines robustes et fiables, sont faites pour la remorque des trains de voyageurs, express, omnibus et des trains de marchandises. Elles pouvaient emmener des trains de 400 à 500 tonnes à la vitesse de 90 à 100 km/h selon la dureté du profil. Elles craignent cependant les fortes rampes (supérieures à 25 pour 1000) car l'adhérence n'est pas leur point fort. Elles accomplirent tout au long de leur carrière qui s'acheva en 1970, un excellent service . Son dépôt fut celui de Noisy-le-Sec , puis Paris La Villette jusqu'à son retrait du service . Les photos ci-dessous m'ont aimablement été envoyées par un parent , ancien mécanicien à SNCF , qu'il en soit grandement remercié . 

   depôt Noisy 04        10      Gretz 30

       Dépôt de Noisy-le-Sec                       230 G 353 tractant d'un rapide . 

                          1633768059_B972405607Z

                                 La 230 G 353 au dépôt d'Epernay 

  Surnommée affectueusement ,  “ la zézette ” par Jean d’Ormesson , elle débute en 1974 sa  « carrière » de star de cinéma dans un film resté dans les mémoires : Le Crime de l’Orient-Express, du Britannique Sydney Lumet , tourné près de Pontarleir . Suivront , Monsieur Klein, La vie parisienne , Vipère au poing , La rage de Paris 1938 et Le sang des autres . elle fut aussi utilisée par les associations de passionnés du rail , pour des circuits touristiques autour de Paris, sur la petite ceinture où elle parcouru  plus de 15.000 kilomètres pour le plaisir de 40 000 voyageurs . Elle fut la seule locomotive à vapeur autorisée à circuler sur le réseau  SNCF . Suite à une gave avarie de chaudière en 1999 elle sera définitivement hors service !

                images         sans-titre          imagesCA5EOI11  

     fgh     imagesCA8BR2W2

                                                    La 230 G 353 sur la " Petite Ceinture " 

   Mais l’histoire n’est toujours pas terminée. Lionel Henoch veut, en effet, la voir reprendre à nouveau du service . Dès la fin de l’exposition , la locomotive sera donc à nouveau entre les mains de passionnés de la vapeur du dépôt d'Epernay qui tenteront de la «  remettre en chauffe  » , quinze ans après l’avarie de chaudière qui a mis fin à sa deuxième vie .

   

                                                          La 230 G 353  en Gare de l'Est 

    Ne manquez de vous rendre à la magnifique exposition " L'Orient-Express " qui se tient à l'Institut du monde arabe et d'aller admirer l'imposante 230 G 353 , en espérant qu'elle pourra de bientôt circuler sur les voies de la SNCF . 

                                                              

 

 

 

 

 

 

                                                                           

 

   

          

 

 

 

 

 

 

  

     

    

                   

                          

                  

Posté par jacauber à 14:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]

01 avril 2014

SAINT-FRANÇOIS XAVIER

         

 

Capture   ob_06b395_eglise-saint-francois-xavier

                                                         Église Saint-François Xavier 

  Partons aujourd'hui à la découverte de l'histoire de cette magnifique église bien peu connue des parisiens . C'est  l'église de la paroisse « Saint-François Xavier-des-Missions-Étrangères » dont Mgr Patrick Chauvet est l'actuel curé . Saint-François Xavier-des-Missions-Étrangères existe en tant que paroisse depuis 1842 . Avant la construction de l'église , son lieu de culte était l'actuelle la chapelle des missions étrangères de Paris située rue du Bac.

   Église Saint-François-Xavier 

   Cette église se trouve située 12 , Place Du Président Mithouard dans le VIIème arrondissement .  L'église a été construite entre 1861 et 1874 par Adrien Lusson , puis à la mort de dernier en 1864 par Joseph Uchard . Comme l’église de La Trinité elle possède une façade inspirée de la Renaissance italienne . L'église fut achevée en 1873 (à l'exception de sa décoration intérieure), ouverte au culte en 1874 et consacrée le 23 mai 1894 . 

                                800px-Paris_St_francois-xavier

                                    Chevet de l'église Saint-François-Xavier 

      Le fronton de la façade 

                  SFX08

                              Fronton de la façade de l'église Saint-François Xavier

  Le fronton de la façade représente Saint-François Xavier baptisant les habitants de l'Inde et du Japon œuvre du sculpteur Gabriel-Jules Thomas .

      Saint-François Xavier 

    Sixième enfant de Jean de Jassi, famille de grande noblesse et de petites ressources , il naît en 1506, au château de Xavier près de Pampelune . Il quitte la Navarre pour faire ses études à l'Université de Paris. Il conquiert brillamment ses grades et reçoit une chaire au Collège de Beauvais. A Paris, il partage sa chambre avec un étrange étudiant, âgé de 40 ans, Ignace de Loyola . Au début , François-Xavier supporte mal celui que la pauvreté oblige à résider avec lui . Longtemps il résiste à l'ardeur évangélique de ce nouveau converti, homme de feu , qui répète: « Que sert à l’homme de gagner l’univers, s’il vient à perdre son âme ? » . Conquis, lui aussi, ils prononcent ensemble des vœux, le 15 août 1534 et fondent la Compagnie de Jésus au Martyrium de Montmartre à Pais . Ses membres seront appelés les Jésuites .  

    imagesCAIHWJ20   Regimini_militantis_Ecclesiae

            Ignace de Loyola                                                    Ignace de Loyola et le pape Jules III

  Lorsque le Pape demande des missionnaires pour l'Inde, François Xavier dit simplement: "Eh bien, me voici!" En 1541, il part pour Goa, ville portugaise, qu’il ramène à la Foi. Pendant une dizaine d'années, il travaille à la conversion des Paravers , pêcheurs de perles , près de Ceylan . Son ardeur et les nombreux miracles ont un succès extraordinaire . Pour porter plus loin l’Évangile, il s’adresse plus difficilement aux Musulmans des îles Moluques , puis fonde les premières communautés chrétiennes au Japon . Son désir de faire connaître Jésus-Christ est si grand qu'il projette d'aller en Chine , mais il meurt , le 2 décembre, à l’île Sancian , en vue de la côte chinoise . Canonisé en 1622 , il est avec Sainte Thérèse de Lisieux le patron des missions .

     saint_ignace_de_loyola_et_saint_francois_xavier       15-St-François-Xavier-tableau-14        xavier3

 

                               Body_of_Saint-François_Xavier_Goa_India

             Châsse de Saint-François Xavier à la basilique du Bon-Jésus à  Goa 

        Eglise Saint-François Xavier 

   A partir de Napoléon III , la technique de construction des églises a changé : on construisait une ossature métallique masquée par un revêtement en pierre. Cette pratique avait un triple avantage : l'édifice était très solide , la construction se faisait vite et ne coûtait pas très cher . L'église Saint-François Xavier suit ce nouveau concept . Parmi les 130 églises de Paris, Saint-François Xavier est l'une des plus belles . A la fin du XIXe siècle, elle était aussi l'une des plus riches car de nombreuses donations sont venues accroître son patrimoine en œuvres de grands maîtres , parmi lesquels ont peu citer : Le Tintoret ( " La Cène " conservée dans la sacristie des mariages ) , Lubin Baugin , Henri Lerolle et Benedetto Gennari le Jeune , Pinta , Lucas Giordano et Louis Flachéron .

     800PX-~1              SFX17 

                       La Cène - Le Tintoret                                        Mort de Joseh - Pinta 

     La-Deposition-de-Croix     communion-des-apotres

          Déposition de Croix - Joseph de Ribeira                     Communion des Apôtres - Henri Lerolle 

  Au-dessus du chœur, dans le tympan de l’arcade, une peinture de Romain Cazes commandée en 1874 représente Saint-François Xavier présentant à Jésus-Christ les peuples qu’il a convertis . A gauche , Saint-François Xavier est vêtu d’une soutane recouverte d’un surplis blanc . A droite, quatre personnages -deux asiatiques et deux indiens- composent le groupe des nouveaux fidèles . Sur l’autel originel placé au fonds du chœur, un bas-relief en marbre d’Alfred Lenoir représente la mort solitaire de Saint-François Xavier, survenue sur une plage du Japon, aux portes de la Chine, en 1552 .

                   SFX11

       P1250642   b83f7449ad

                                                       Chœur de Saint-Françoix Xavier 

      P1250693      P1250694

                                                                Saint-Françoix Xavier 

   Parmi les nombreuses chapelles de l'église deux ont retenu tout particulièrement mon intention : La Chapelle des morts des deux guerres mondiales et celle de celle du Sacré-Cœur qui renferme la châsse de la sœur Madeleine-Sophie Barat béatifiée par Pie X, le 24 mai 1908, puis canonisée par Pie XI , le 24 mai 1925 . Elle fonda le 21 novembre 1800 la Société du Sacré-Cœur de Jésus dont l'objet était de développer l'enseignement pour les jeunes filles . Le siège de cette congrégation est occupé aujourd'hui par le musée Rodin . 

   La chapelle des morts 

   Souvenir-de-leglise-chapelle-des-morts     Chapelle_des_defunts-2

   P1250645     P1250646

                                                             Chapelle des morts - Henri Pinta

   La chapelle du Sacré-Cœur 

   P1250677    P1250667

   P1250662    P1250661

                    La chapelle du Sacré-Cœur  -  Châsse de Sainte Madeleine-Sophie Barat 

   Les Vitraux 

   Deux vitraux de style modernes de Marcelle Lecamp ornent l'église Saint-François Xavier : Sainte-Thérèse et Saint-Vincent de Paul datant de 1959 . 

                         P1250725              SFX22

                                 Sainte-Thérèse                      Saint-Vincent de Paul 

     Les grandes orgues 

   Les grandes orgues sont Installés sur une large et spacieuse tribune de pierre dressant une silhouette imposante et très découpée par les saillies des dômes de ses grandes tourelles . L'instrument qui date de 1878 a été construit dans le système tubulaire inventé dès 1866 par le facteur Jacques Fermis . En 1923, MM. Gonzales et Ephrème , appelés à le restaurer, ont revu l'harmonie , étendu à l'instrument tout entier un système tubulaire perfectionné , enfermé les jeux du positif dans une boîte expressive , et apporté diverses améliorations dans le tirage des registres et la disposition des pédales de combinaisons . Cette orgue compte 58 jeux, dont 31 expressifs. Le catalogue de la Maison Cavaillé-Coll indique une intervention de celle-ci effectuée en 1890. Le nombre des jeux qu'indique ce catalogue est cependant identique à celui que nous donne Félix Raugel . Depuis l'orgue a été revu en 1957 par le facteur Müller avant d'avoir été complètement reconstruit en 1993 par Bernard Dargassies. A cette occasion l'instrument fut électrifié et l'ancienne console remplacé par une nouvelle (dans le style américain), dotée de claviers de 61 notes et d'un pédalier de 32 notes .

       P1250678    mmm_orgue_console1

                                                Grandes orgues de Saint-François Xavier

     L'enfant Jésus de Prague 

   Une statue de l’Enfant Jésus de Prague offerte par Mme Marie Chatardova , a été inaugurée en l’église Saint-François-Xavier, à Paris, le dimanche 10 février 2013 . Elle se trouve dans la chapelle Sainte-Thérèse .  L’Enfant Jésus de Prague est l’objet d’une dévotion très populaire dans le monde et tout particulièrement à Prague et attire des millions de pèlerins . La statuette de l’Enfant Jésus en cire, revêtue de tenues brodées par des fidèles en signe d’action de grâce, serait originaire d’Espagne. Apportée à Prague en 1620, elle a été offerte aux Carmélites .  Elle a servi de support à la dévotion envers l’enfance du Christ et a été accompagnée de nombreux faits miraculeux .

        P1250726     P1250732

                                               Statue de l'Enfant-Jésus de Prague 

                              954510_878850_IMG_2740

                                 Monseigneur Chauvet lors de l'intallation de l'Enfant Jésus de Prague 

  Surtout ne manquez pas d'aller visiter cette magnifique église de Paris lors de l'une de vos prochaines promenades dans Paris . Vous pourrez en profiter pour vous rendre au musée Rodin qui se trouve dans le même quartier . Vous pourrez y admirer l'ancienne chapelle de la Congrégation du Sacré-Cœur magnifiquement restaurée et qui abrite des expositions temporaires .  Une bonne journée en perspective !!! 

   

 

Posté par jacauber à 11:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]