Si beaucoup de personnes  connaissent les trois grands cimetière parisiens : le cimetière de l'est dit du Père Lachaise , du nord dit de Montmartre et enfin du sud dit de Montparnasse ; bien peu connaissent les petits cimetières intra-muros de Paris . Ils  rappellent les petits cimetières de campagne ( deux jouxtent encore une église comme autrefois : celui de Charonne et celui du Calvaire à Montmarte qui est accolé à l'église Saint- Pierre ) où l'on peut encore y trouver de très anciennes tombes . Ces petits cimetières appartiennent aux différentes communes qui furent rattachées à Paris en 1860 . Il s'agit des cimetières de Charonne , Belleville , Bercy , La Chapelle , Passy , Auteuil , Vaugirard , Grenelle , les Batignolles , La Villette ainsi que les deux petits cimetières de Montmartre : celui du Calvaire  et celui de Saint-Vincent . C'est celui de La Villette que je me propose de vous faire découvrir aujourd'hui .

    Le Village de La Villette

                              Capturer

    C'est autour du pressoir installé ici au  que se constitua une petite agglomération appelée dès 1198 " Ville neuve Saint-Lazare de Paris " puis en 1374 " La Vilette-Saint-Ladre-Lez-Parisen " en référence à une à une petite maison ou " villette " construite par la léproserie Saint-Lazare de Paris , propriétaire des terres et destinée au repos des religieux . Ce petit village agricole où était cultivé céréales , arbres fruitiers , culture maraîchères et vigne se trouvait le long d'une ancienne voie romaine qu'empruntaient  les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle et qui reliait Paris aux Flandres via Senlis et à l'Allemagne .

                              rt

 

     Le Cimetière de La Villette

    Le premier cimetière de La Villette se trouvait situé au chevet de l'église primitive construite au XVème siècle à l'intersection des rue de Flandre et de Nantes . Cette église fut consacrée en 1578 sous le vocable de Saint-Jacques-Saint-Christophe . Il restera encore quelques années en service après l'ouverture en 1770 du second cimetière ; il aura donc servi plus de trois siècles !!! La rue de Nantes appelée successivement rue de l'Église-de-La-Villette , rue Saint-Jacques puis rue Saint-Jacques-Saint-Christophe était avec la rue de Flandre la plus importante du petit village de La Villette .

                       968_001

    Le second cimetière de La Villette

    Ce second cimetière fut ouvert près du précédent , puisqu'il se trouvait situé devant le portail de l'église . Il fut en sorte l'annexe du premier .

                        594_001

    Le troisième cimetière de La Villette

  Les deux cimetières précédents furent fermés et leur terrain vendu lorsqu'ils furent remplacés en 1806 par un troisième ouvert dans un endroit écarté de la commune , dans un terrain vague situé en bordure de la rue de Flandre à la hauteur des n° 1 à 7 de l'avenue du Pont de Flandre ( aujourd'hui avenue Corentin Cariou ) . Bien qu'il fut agrandi par la suite , ce cimetière devint trop petit au point que l'on fut amener à grouper les morts par trois dans chaque fosse !!! Dès 1828 la commune s'inquiéta de le remplacer par un autre . Dès que cela fut fait on le ferma en 1831 , il n'avait servi que vingt-cinq ans .

                         Pont_de_Flandre1

    Le quatrième cimetière de La Villette

     DSC05295          DSC05274                     

  Le quatrième et dernier cimetière fut construit bien à l'écart de La Villette , sur un chemin conduisant à Belleville , soit le long de la rue d'Hautpoul de nos jours . Cette nécropole ouvrira en 1828 une tombe existe encore datant de cette époque, celle de François Jean-Baptiste Quintainne , cultivateur et nourrisseur à La Villette décédé en 1829.  Il comprenait une surface de 80 ares achetés en 1828 à différents propriétaires . On le porta à 2 hectares à la suite de nouvelles acquisitions en 1843 . Un retranchement de 72 ares en 1879 le réduisit à 1 hectare 25 . Il est actuellement limité à l'est par la rue Goubet , au sud par le chemin de fer de Ceinture ( rue Vaudremer ) et à  l'ouest par la rue d'Hautpoul et au nord par des terrains particuliers correspondant à la partie retranchée . Il fut après l'annexion en 1860 de la commune de La Villette à Paris , affecté aux inhumations des habitants du XIXème arrondissement , ce qui le remplit en sept ans . On le ferma alors , mais on le rouvrit pendant le siège de Paris de septembre 1870 jusqu'en 1873 . Il n'est plus ouvert depuis 1880 qu'à des inhumations en concessions perpétuelles jusqu'à ces dernières années . Il totalise aujourd'hui 2500 concessions , ombragées par une centaine d'arbres parmi lesquels on peut admirer des érables , des tilleuls et quelques magnifiques marronniers .

   DSC05275       s0e2501m      

   DSC05276      4308264499_c82269740e                                 

    Parmi les personnes inhumées au cimetière de La Villette on peut citer : l'écrivain naturaliste Lucien Descaves  (  1861-1949 ) anarchiste et antimilitariste convaincu dont le livre " Sous-Offs " fit scandale à son époque, il repose avec son fils Pierre Descaves  - Le sculpteur suisse Auguste Heng ( 1891-1968 ) , il participa à la Croisière Noire d'André Citroën , c'est lui qui a réalisé la pleureuse qui orne sa tombe - Le soldat Maurice Thiéry ( 1895-1917 ) tombé pour la France au Chemin des dames en juillet 1917 et dont la tombe est ornée d'un très beau buste .

     vil4     DSC05277

   Signalons encore pour son courage le bien nommé Juste Mougeot  ( 1846-1864 ) , élève du Conservatoire des Arts et Métiers , qui se noya à l'âge de 18 ans , en tentant de sauver un homme emporté par le courant . On ne peut passer sans émotion devant les tombes des deux jeunes adolescentes ; Marianne Debreux 13 ans et Nathalie Rohner  7 ans victimes de l'incendie criminel du collège Edouard  Pailleron ( situé dans le quartier non loin des Buttes Chaumont ) qui exceptionnellement accueillait le soir du 6 février 1973 les classes de musique . Cet incendie fit 20 morts ( 16 enfants et 4 adultes ) parmi les 4 salles de classe de solfège . Je suis profondément ému en lisanr le petit poème ô combien prémonitoire qu'écrivit la petite Marianne Debreux et qui figure sur sa tombe !!!

   DSC05286    DSC05281

   N'oublions pas que cimetière était proche des anciens abattoirs de La Villette , il n'est donc pas étonnant d'y rencontrer des sépultures de bouchers , comme celle de la famille Camus qui fut de 1904 à  1916 le Président du syndicat de la boucherie en gros .

    790_001   945_001

   Les artisans et les ouvriers y sont également bien représentés ; parmi eux François Servant ( 1887-1962 ) , compagnon charpentier du Devoir , et sa femme Jeanne Servant ( 1888-1961 ) " mère " des compagnons . Une fois par an une délégation de compagnons vient se recueillir sur leur tombe . N'oublions pas que non loin de ce petit cimetière de La Villette se trouve au 161 avenue Jean-Jaurès le siège des Charpentiers du Devoir du Tour de France qui recèle en outre un excellent restaurant  « Aux Arts et Sciences Réunis »  et un remarquable petit musée , où l'on peut admirer de magnifiques " chefs d'œuvre " réalisés par des compagnons charpentiers , et que très peu de parisiens peuvent s'honorer d'avoir visité !!!

     DSC05575      DSC05576

   Je voudrais avant de terminer ce petit article attirer votre attention sur les deux photo ci-dessous . Sur la première vous pouvez voir qu'il est mentionné  " décédé à La Villette " en 1853 , en effet cette commune ne sera rattachée à Paris qu'en 1860. La seconde est assez exceptionnelle quand à la longévité de la personne inhumée !!! Elle naquit en 1764 sous le règne de Louis XV et décéda en 1855 sous le règne de Napoléon III !!! On peut également rencontrer quelques sépultures datant de la période révolutionnaire dont les mois et les années sont ceux utilisés dans le calendrier républicain qui fut de rigueur de 1792 à 1806 ainsi que brièvement en 1871 .

     DSC05674       DSC05675                                             

 DSC05283        DSC05297

   A l'occasion du promenade dans le quartier de La Villette , ne manquez pas d'aller  visiter ce petit cimetière ,  il en vaut la peine . C'est un peu le " livre d'histoire " de ce quartier qui , hélas a perdu comme tant d'autres  , l'âme des petits villages qui donnait tant de charme à Paris !!!

              DSC05293