En ce début d'année je me propose de vous faire découvrir la basilique Notre-Dame des Victoires qui se trouve située entre la Bourse et le Palais-Royal , place des Petits-Pères dans le second arrondissement . C'est une très belle église que beaucoup de parisiens ne connaissent pas !!! Partons ensemble à sa découverte , 

      Origines de la basilique Notre-Dame des Victoires 

  La basilique Notre-Dame des Victoires actuelle remplace une chapelle provisoire dont la première pierre avait été posée par Louis XIII le 9 décembre 1629 . Cette chapelle faisait partie du couvent qu'occupaient les " Petits-Pères " , nom donné aux religieux Augustins réformés , appelés aussi Augustins déchaussés . C'est un ordre mendiant issu d'une réforme de l'ordre des Ermites de Saint-Augustin . Il y avait à Paris trois célèbres couvents d'Augustins : les Grands Augustins établit dès 1259 et qui ne relevaient que de Rome , leur couvent se situait sur l'emplacement de la rue Dauphine , les Petits Augustins , dont le couvent bâti en1606 par Marguerite de Valois , situé rue des Saints-Pères , est devenu l'hôpital de la Charité et enfin les Augustins déchaussés aussi appelés Petits-Pères .

                      1

                           Couvent des Grands Augustins à Paris 

  En 1608 la reine Margot en avait fait venir à Paris et les avait installés dans une dépendance de son hôtel situé à l'emplacement aujourd'hui de notre Ecole des beaux-arts . Chassés par la reine parce qu'ils chantaient faux les cantiques qu'elle composait ...  Ils sont remplacés par les Petits-Augustins . Ils rejoignirent donc leur maison mère près d'Avignon . Ils revinrent néanmoins à Paris en 1619 où ils s'établirent rue du Faubourg Montmartre dans des locaux étroits et misérables qui leur valurent peut-être le surnom de " Petits-Pères " à moins que cela soit à cause de la petite taille des pères François Amet et Matthieu de Sainte-Françoise-romaine qui bâtirent leur couvent près de notre actuelle place des Victoires ( rue des Vieux-Augustins ) ... Les Petits-Pères obtinrent plusieurs réformes adoucissant leurs constitutions très austères . La dernière en 1746 les autorisa à porter des chaussures , ils changèrent de nom et prirent celui celui d’Augustins Réformés . Leur couvent fut fermé comme tous les autres à la Révolution française et les quelques 60 religieux se sont alors dispersés

                                2

                                    Couvent des Petits-Pères  ( Plan de Turgot ) 

   En 1628 ils acquiert avec la protection de Louis XIII des terrains nécessaires pour construire un vaste monastère autour de leur chapelle représentée de nos jours par Notre-Dame des Victoires, dans un quadrilatère compris aujourd'hui entre la Bourse , les rues Notre-Dame des Victoires , des Petits-Pères et de la Banque . Ce couvent  situé dans un riche quartier possédait une riche bibliothèque de près de 40.000 volumes située au dessus des dortoirs , sous les combles , à laquelle s'ajoutait des cabinets de médailles d’estampes , et un incomparable dépôt de cartes , de plans et descriptions de rades , ports et mouillages de toutes les parties du monde . C'est d'ailleurs ici que jusqu'en 1760 on assura la mise à jour des cartes maritimes . 

        La Basilique Notre-Dame des Victoires 

   C'est lors d'un pèlerinage à l'église Notre-Dame des Vertus à Aubervilliers que Louis XIII fit le vœu de faire édifier à Paris une église dédiée à la Vierge sous le vocable de Notre-Dame des Victoires si il sortait victorieux du siège de La Rochelle commandé par le Cardinal de Richelieu et qui l'opposait aux Huguenots . Sa victoire en 1628 est à l'origine de la construction de cette future basilique . 

     3    P1080469   5

            Aubervilliers  Notre-Dame des Vertus                  Louis XIII et Richelieu 

  L'église Notre-Dame des Victoires actuelle remplace la chapelle provisoire dont Louis XIII avait posé la première pierre le 9 décembre 1629 en présence de Jean-François de Gondi le premier archevêque de Paris et futur cardinal de Retz , des seigneurs de la Cour et des magistrats de la ville ; accomplissant ainsi le vœu qu'il avait fait si il sortait vainqueur du siège de La Rochelle . Cette même année on commence , sur les plans de Pierre Le Muet , la construction de l'église définitive et du couvent . Devant la longueur des travaux la chapelle provisoire fut remplacée en 1633 par une église également provisoire aménagée dans une salle au rez-de-chaussée du premier bâtiment du couvent qui venait d'être achevé . Bénie sous le vocable de Notre-Dame des Victoires , elle restera en service jusqu’en 1666 . C'est dans cette église qu' Anne d'Autriche vint remercier Notre-Dame des Victoires pour sa fécondité et qu'elle établit la Confrérie de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs . Après 1666 cette église provisoire servira de bibliothèque au couvent jusqu'en 1682 , puis de sacristie à la nouvelle église .

       6          RBJ102          8

          Vœu de Louis XIII                     Cardinal de Retz                    N.D des sept douleurs 

   La construction de la nouvelle église , l'église actuelle , sera très longue faute d'argent . Commencé en 1629 les travaux seront interrompus en 1632 reprendront en 1642 sous la direction de Libéral Bruant , puis Le Duc les continua en 1663 . Bien qu’inachevée , l'église fut mise en service en 1666 . Les travaux à nouveau suspendus reprirent en 1727 sous l'impulsion de Sylvain Cartaud architecte du Duc de Berry  grâce en partie aux produits d'une loterie dont  bénéficièrent les Petits-Pères . C'est Sylvain Cartaud qui construisit le portail actuel , inspiré des églises de Rome . Il présente deux ordres superposés , l'ionique en bas , le corinthien au dessus . Un fronton triangulaire le couronne portant au tympan un écusson aux armes de la France surmonté de la couronne royale et entouré du grand cordon du Saint-Esprit . 

                          9

                                          Notre-Dame des Victoires 

   Le 13 novembre 1740 l'église Notre-Dame des Victoires est enfin achevée , elle est solennellement consacrée par Mgr Hyacinthe Le Blanc évêque de Joppé , grand protecteur des religieux en présence de Mgr Charles de Vintimille archevêque de Paris . Elle sera desservie parles Petits-Pères de 1666 à 1791 , date de la fermeture de l'église et du couvent par les révolutionnaires . L'église pillée sous la Révolution devint tout d'abord le siège de la loterie nationale puis Bourses des valeurs pendant le Directoire de 1796 à 1809 date où elle fut intégralement rendu au culte célébré depuis 1803 dans la sacristie . Elle fut pillée à nouveau sous la Commune après que les Fédérés apprirent la cachette ( dans le tombeau de Lulli) où le curé avait entreposé les valeurs et le trésor de l'église avant de quitter celle-ci au début de l’insurrection . 

     10    11    12

     Pie XI érigera Notre-Dame des Victoires en basilique mineure . Une basilique est une église privilégiée . C'est un titre honorifique donné par le pape à un édifice religieux , soit parce qu'il s'agit d'un sanctuaire dont l'architecture et l'histoire ont joué un rôle important dans la chrétienté , ou une église fréquentée par nombreux fidèles venant spécialement en pèlerinage pour honorer le Christ , la Vierge ou les reliques d'un saint particulièrement vénéré . Il existe à Paris 7 basiliques : Le Sacré-Cœur de Montmartre , Sainte-Clotilde , Sainte-Jeanne-d'Arc , Notre-Dame du Perpétuel-Secours , la Cathédrale Notre-Dame de Paris et plus récemment l'église Notre-Dame Marie-Médiatrice construite en 1950 près de la porte des Lilas , aujourd'hui confiée à la communauté portugaise . Le curé d'une basilique porte de nom de recteur . L'église Notre-Dame des Victoires est le siège d'une archi-confrérie dite de la Vierge dite de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs comptant plus de vingt mille filiales , elles est le but de pèlerinages importants et ses murs disparaissent sous plus de 30.000 ex-voto . Aujourd'hui encore de nombreux ex-voto de pèlerins de France et du monde entier sont offerts à la Vierge pour la remercier de son intercession et de ses grâces . Aucune autre église de Paris ne peut s'enorgueillir de posséder un si grand nombre d'ex-voto sur ses murs !!! 

    13     14     15

 Le chœur est ornée de sept grands tableaux du grand peintre français Carle Van Loo ( 1705-1765 ) . Sur l'un d'eux on peut voir Louis XIII et Richelieu remerciant Notre-Dame de la prise de La Rochelle . Elle possède également de nombreuses boiseries finement sculptées . Cette église possédait sous sa croisée et s'étendant presque au-dessous du grand autel , un caveau séparé en deux par mur contenant de part et d'autre de celui-ci les sépultures de religieux et de personnes séculières . 

16      17        18

   Carle Van Loo           Tableaux de Van Loo dans le chœur de l'église 

     Personnes célèbres liées à Notre-Dame des Victoires 

  Sainte-Aurélie , vierge et martyre fut mise à mort vers 260 au nom  sa foi sous le le règne de l'empereur Valérien . Son tombeau fut découvert en 1842  dans une galerie de la catacombe Sainte Priscille à Rome. Le pape Grégoire XVI donna ses reliques à Notre-Dame des Victoires . La châsse qui contient les reliques de Sainte-Aurélie , profané en 1871 ,  est placé sous l'autel de l'archiconfrérie . Le Frère Fiacre de son vrai nom Denis Antheaume entre en 1631 chez les Augustins déchaussés . La Vierge lui apparut en 1637 lui annonçant la naissance prochaine du dauphin le futur Louis XIV . Mort en 1684 il est vénéré par les pauvres de la capitale , son image fut placée dans les voitures de louages , peu sures à l'époque , d'où le nom de fiacre qu'elles porteront communément . Après la révélation du Frère Fiacre et alors que la grossesse de la Reine ait été déclarée , Louis XIII formula le vœu de consacrer la France à la Vierge Marie . De retour d'une mission royale en Italie le Frère Fiacre découvre Notre-Dame de Savone et lui fait ériger une chapelle à Notre-Dame des Victoires . 

   19       20      lesage4   

 Reliques de Sainte Aurélie        Frère Fiacre             N-D de Savone 

  Un hôte illustre de Notre-Dame des Victoires n'est autre que le grand musicien de Louis XIV , Jean-Baptiste Lully . Lully habitait rue Neuve des Petits Champs , au coin de la rue Sainte-Anne , dans la maison qui porte aujourd'hui le n°45 . L'église la plus proche de son domicile étant tout naturellement Notre-Dame des Victoires , c'est là qu'il venait y entendre la messe et qu'il désirerait reposer après sa mort . Celle-ci surviendra  à la suite des complications dues à un malencontreux accident . En effet , Lully battait la mesure avec une lourde canne de manière à être vu de tous les artistes . Par mégarde il s'en donna un violent coup sur le bout de son pied , ce qui ne manqua pas de provoquer un abcès . Devant l'évolution de son mal il refusa l'amputation de son doigt de pied que lui conseillait son chirurgien . Soigné par un charlatan la gangrène envahit peu a peu sa jambe et il succombera dans d'atroces souffrances le 22 mars 1687 muni des sacrements de l'église . Sa mort fut un deuil national , après le service funèbre célébré à la Madeleine son corps fut transporté à Notre-Dame des Victoires selon son souhait .

   Jean_Baptiste_Lully_1       Armide_Lully_by_Saint_Aubin        Lulli1  

       J.B  Lully              Théâtre du Palais-Royal           Lully - Opéra 

  Sa femme , Madeleine Lully demanda au sculpteur Cotton d'ériger son tombeau  , Le mausolée est construit en marbre noir et banc comportant deux statues de femmes représentant la musique légère et la musique dramatique . C'est dans ce tombeau que reposent sa femme , Madeleine leur fille et leur trois fils ainsi que leur petit-fils . Le mausolée sera profané en 1796 et le tombeau de Lully sera transféré au musée des Monuments Français , puis rendus à l'église Notre-Dame des Victoires en 1817 .

      auteljean      lully_tombeau03      tombeau

     Chapelle St Jean                                 Cénotaphe de Lully 

  On plaça le cénotaphe dans la chapelle Saint-Jean de l'église au dessus du cintre de la travée . C'est un sarcophage de marbre noir , surmonté du buste en bronze du grand musicien , modelé par Coysevox et accosté de deux pleureurs sculptés par Cotton et au-dessous du buste , deux génies : la Musique profane et la Musique sacrée . De l'autre côté de la travée , sur la paroi opposée dans la chapelle voisine , un autre buste en marbre blanc complète le mausolée . C'est parait-il le portrait authentique de Lully dû au ciseau de Coysevox . Il sera à nouveau pillé par les Communards en 1870 car ces derniers apprirent que le curé de la paroisse y avait caché les trésors de l'église avant de prendre la fuite . 

 De nombreux personnalités célèbres fréquentèrent ce sanctuaire . Parmi les plus connus citons : L'abbé Charles Desgenettes , curé de Notre-Dame des Victoires qui consacre sa paroisse en 1836 au " Très Saint et Immaculé Cœur de Marie "  le 3 décembre 1836 en fondant une association de prière qui va devenir l'Archiconfrérie faisant ainsi de son église un lieu de prière pour la conversion des pécheurs . Théophane Vénard , prêtre des missions étrangères inscrit à l'Archiconfrérie en 1847 , il confia sa mission à Notre-Dame des Victoires avant de partir au Tonkin où il mourut martyrisé le 2 février 1861 . Antoine Daveluy également issu de la Congrégation des Missions Etrangères qui diffusa la dévotion à Notre-Dame des Victoires en Corée du Sud où il sera martyrisé en 1866 . L'abbé Louis Roussel fondateur de l'œuvre des Orphelins Apprentis d'Auteuil qui célébra sa première messe à la Basilique Notre-Dame des Victoires . Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus ( Thérèse Martin ) venait avec sa famille prier souvent dans cette basilique avant d'entrer au Carmel de Lisieux .

     tabldesgenettes      roussel3       TeresadiLisieux

     Abbé Desgenettes          Abbé Roussel             Sainte Thérèse 

  Hermann Cohen , jeune converti qui accompagné de quelques amis inaugura l'Adoration nocturne de Notre-Dame des Victoires fixée chaque premier jeudi du mois de 21 heures à minuit . Il devint carme déchaux sous le nom de Frère Augustin-Marie du Très Saint Sacrement . Saint Jean Bosco fondateur de nombreuses œuvres en faveur de la jeunesse au sein de la Congrégations des Salésiens , Anne-Marie Javouhey fondatrice des religieuses dite de Saint-Joseph de Cluny . Elle sera la première femme missionnaire et passera une quinzaine d'années en Guyane . Mozart venait y réciter son chapelet , et le peintre Georges Desvallières converti en 1904 à Notre-Dame des Vertus se consacra à l'art sacré . Plus près de nous Colette qui écrivait en 1942  " Le chemin le plus foulé du Palais-Royal ( où elle vivait ) mène à Notre-Dame des Victoires . Pour terminer n'oublions pas Sœur Emmanuelle venue prier et se recueillir devant les reliques de Sainte Thérèse et l'abbé Pierre qui célébrera dans cette basilique des 60 ans de sacerdoce le 24 octobre 1998 .

    anne_marie_javouhey_5       001_StJeanBoscoSmall       colette_palais_royal_janine_niepce

     Sœur Javouhey          Jean Bosco                   Colette 

  Comme vous le voyez la basilique Notre-Dame des Victoires est un sanctuaire parisien qui mérite amplement  une visite que l'on soit croyant ou pas !!! Ne manquez surtout pas de vous y rendre lors d'une de vos prochaine promenade dans ce quartier .